Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Secrétaire à abattant

Œuvre Secrétaire à abattant

Département des Objets d'art : XVIIIe siècle : le néo-classicisme

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Secrétaire à abattant

© 2005 Musée du Louvre / Peter Harholdt

Objets d'art
XVIIIe siècle : le néo-classicisme

Auteur(s) :
Muriel Barbier

Ce secrétaire, ouvrant à abattant et doté d'un tiroir dans la ceinture est l'œuvre de l'ébéniste Martin Carlin (vers 1730 - 1785). Composé d'éléments de provenances diverses, il a sans doute été conçu sur la commande d'un marchand mercier, peut-être Daguerre. Réalisé dans des matériaux très variés, le décor est d'une vive polychromie. La façade est ornée de six tableaux de mosaïque de marbres et de pierres dures qui semblent provenir de meubles plus anciens.

Un secrétaire caractéristique de la production de Carlin

Porté par quatre pieds cannelés, auparavant doté d'une entretoise, ce secrétaire est orné sur l'abattant de quatre tableaux de mosaïque et de deux autres sur les côtés. Les mosaïques de la façade sont cernées d'un filet de marbre noir dissimulé par des bronzes tandis que celles placées sur les côtés le sont de fer laqué en noir. La ceinture en accolade est décorée d'aventurine. Le meuble est enrichi de bronzes composés d'une moulure d'oves et de rosaces, sous la corniche, d'une frise de draperies issues de patères et de rubans et sur la ceinture, de deux masques environnés de rayons ainsi que de branchages de chêne noués de rubans. À l'intérieur, le secrétaire présente une niche centrale flanquée de six tiroirs et cinq casiers. Ce type de secrétaire est une des spécialités de l'ébéniste Carlin qui en exécuta plusieurs, habituellement décorés de plaques de porcelaines de Sèvres. L'un d'entre eux fait partie de la Wallace Collection à Londres, deux autres sont conservés au J.-P. Getty Museum de Malibu, un quatrième appartient à la collection Wrightsman. Ils datent des années 1775 - 1776 et sont vraisemblablement plus anciens que celui du Louvre. Leur aspect est cependant très proche, on y retrouve le même type de décrochement bien que les bronzes varient quelque peu.

Des mosaïques de remploi

Les quatre mosaïques de l'abattant représentent des paysages de bord de mer comprenant des constructions diverses, il s'agit probablement d'œuvres florentines du XVIIe siècle. Elles devaient orner d'anciens tiroirs comme semblent l'indiquer les trous (aujourd'hui bouchés) au centre de chacune d'elles. Les deux mosaïques latérales, figurant chacune un vase de fleurs, proviennent sans doute elles aussi de meubles plus anciens. Quant aux panneaux d'aventurine ils sont vraisemblablement issus d'objets dépecés. Ce secrétaire illustre un renouveau du goût pour les objets en pierres dures à la fin du XVIIIe siècle mais aussi la curiosité nouvelle pour la minéralogie. Les marchands merciers qui eurent d'abord recours à la porcelaine pour plaquer certains meubles, en vinrent ensuite à utiliser des panneaux de pierres dures. Carlin laisse cependant peu de meubles décorés de cette façon : une commode dans les collections royales anglaises et une table, conservée au musée national du château de Versailles, ornée de marines proches de celles du Louvre.

Carlin et Daguerre

Si la forme du cabinet et le décor de mosaïques rappellent le mobilier du XVIIe siècle, les pieds fuselés, l'aventurine et le décor de bronze en font une œuvre typique de Martin Carlin. Cet ébéniste d'origine allemande travaillait dans le faubourg Saint-Antoine et fit toute sa carrière auprès des marchands merciers. Il œuvra pour Poirier, les frères Darnault et Daguerre. Ce secrétaire est vraisemblablement une commande de Daguerre qui vendait, entre autres, des meubles et objets en pierres dures. En 1791, le marchand mercier organisa à Londres une vente de meubles qu'il avait importés de Paris ; d'après les termes du catalogue, il se peut que le secrétaire du Louvre ait figuré à cette vente. Néanmoins, un autre marchand mercier, Julliot, vendait lui aussi des meubles ornés de pierres dures.

Bibliographie

- Musée du Louvre, Nouvelles acquisitions du Département des objets d'art 1985 - 1989, Paris, Editions de la Réunion des musées nationaux, 1990, pp. 152 - 155.

Cartel

  • Martin CARLIN (vers 1730 - 1785)

    Secrétaire à abattant

    Vers 1780

    ParisEstampillé : Martin Carlin

  • Bâti de chêne ; placage d'ébène, bois de rose et d'amarante, bois fruitiers ; aventurine, mosaïque de marbres et pierres dures sur ardoise ; bronze doré, fer laqué en noir, marbre brocatelle d'Espagne

  • Collection de la princesse de La Tour d'Auvergne ; collection deM. et Mme Raoul Ancel ; acquis par dation, 1988

    OA 11176

  • Objets d'art

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Estampille sous la traverse gauche de la ceinture : M CARLIN (deux fois), accompagnée du poinçon JME.