Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Statue acéphale de Gudea, prince de Lagash

Œuvre Statue acéphale de Gudea, prince de Lagash

Département des Antiquités orientales : Mésopotamie

Gudea, prince de LagashStatue dite "l'Architecte au plan'' dédiée au dieu Ningirsu

© 2011 Musée du Louvre / Philippe Fuzeau

Antiquités orientales
Mésopotamie

Auteur(s) :
Claire Iselin, Béatrice André-Salvini

Gudea a fait réaliser de nombreuses statues en dure diorite le représentant, debout ou assis, devant les divinités de Lagash, dont il construisit ou restaura les temples. Cette statue, dite L'Architecte au plan, est consacrée à Ningirsu, le grand dieu du panthéon de l'Etat de Lagash. Remarquable à divers titres, elle personnifie le prince comme l'architecte de son temple, l'Eninnu, qui est vraisemblablement figuré sur le plan posé sur ses genoux.

Un monument d'un intérêt exceptionnel

Gudea est représenté grandeur nature, assis conventionnellement sur un tabouret, aux pieds évasés réunis par deux traverses supportant l'assise du siège. Le prince est pieds nus, les mains jointes en signe d'attention à la divinité. Il est vêtu du long manteau princier à bord frangé, couvrant d'un pan le bras gauche, (l'autre pan étant ramené sous le bras droit), puis rentrant dans l'encolure en formant des plis. Parmi les nombreuses statues dédiées par Gudea, cette oeuvre est d'un intérêt exceptionnel par la qualité de la pierre et de la sculpture, ainsi que par la présence, sur les genoux du prince, d'une tablette portant un plan d'architecte gravé. La tablette accueille aussi un stylet, une règle graduée et une inscription - unique par sa longueur et son contenu - qui la recouvre presque entièrement.

Le prince constructeur de temple

Cette statue personnifie le prince comme l'architecte du temple du grand dieu du panthéon de l'Etat de Lagash. Ceci rappelle Ur-Nanshé, prince de Lagash, qui était déjà figuré en porteur du couffin de briques sur un bas-relief perforé du milieu du IIIe millénaire av. J.-C., aujourd'hui conservé au musée du Louvre. La construction de l'Eninnu, consacré à Ningirsu, fut la principale entreprise et la principale préoccupation du règne de Gudea.
Le plan qui se trouve sur la tablette est représenté en projection orthogonale et figure vraisemblablement l'enceinte du sanctuaire de Ningirsu. Il suit les conventions de l'architecture mésopotamienne en briques crues et cuites : un mur épais renforcé de contreforts extérieurs, percé de portes fortifiées à redans, flanquées de tours. L'espace intérieur ainsi délimité forme une aire allongée, irrégulière, dépourvue de constructions. Sur chacun des petits côtés et à l'extérieur, des petites structures sont placées dans des renfoncements.
La règle graduée est mutilée mais on peut restituer seize sections, comportant des graduations de un à six séparées par des intervalles vides.

Une inscription royale votive

Gudea nous a laissé les inscriptions les plus longues que nous connaissions en sumérien, exaltant sa piété envers les dieux dans un idéal très différent du militarisme akkadien qui l'avait précédé. L'inscription se compose ici de trois cent soixante-huit cases réparties en neuf colonnes. Elle commence dans le dos, puis se développant sur les côtés, elle couvre la totalité du siège et le bas du vêtement de Gudea. Le texte débute par une liste d'offrandes régulières faites à la statue de Gudea, comme pour une statue de culte. Il s'agit en effet d'une "statue vivante", destinée à remplacer le prince devant son dieu pour l'éternité, et chargée de lui transmettre ses paroles, notamment le message que l'Eninnu a été construit selon les règles divines et les lois de la société. La titulature de Gudea, donnée après l'énumération des offrandes, révèle que tous les dieux du panthéon de Lagash lui ont conféré la principauté et les qualités nécessaires pour l'assumer. Le récit de la construction de l'Eninnu énumère les pays étrangers qui ont fourni les matériaux : cèdres de l'Amanus, pierres du nord de la Syrie, butin pris en Elam, ce qui révèle la puissance de Lagash. Taillée selon les rites, la statue est réalisée en diorite, une pierre qui est considérée comme un matériau noble, plus durable que les autres car plus difficile à détruire. Elle reçoit un nom et la parole, et une place sur le parvis du temple de Ningirsu, sous le regard duquel elle est placée. L'inscription se termine par une longue malédiction contre les éventuels profanateurs. Les princes ultérieurs ont pris acte de ces paroles, puisque les rois de l'empire d'Ur III honorèrent la mémoire de Gudea par des libations et des offrandes, comme il est écrit sur la statue.

Bibliographie

- ANDRE B., (notice), Extrait de : ANDRE B., ZIEGLER C., Naissance de l'écriture. Cunéiformes et hiéroglyphes, Editions de la Réunion des musées nationaux, Paris, 1982, p. 226, n 168.

- ANDRE-SALVINI B., (notice), Extrait de : Art of the First Cities, Exposition Metropolitan Museum of Art, New York, mai-août 2003, pp. 427-428, n 304.

- CLOBOW G., Zur Rundplastik des Gudea von Lagas, 1987, München.

- DOLCE R., "Gudea di Lagash e il suo regno : stato di grazio o stato di immunità ?", in Studi Micenei ed Egeo-Anatolici, fasc. XXXVIII, pp. 7-38.

- EDZARD D. O., The Royal inscriptions of Mesopotamia. Early Periods. Volume 3/1 : Gudea and his Dynasty, 1997.

- SARZEC E., Heuzey L., Découvertes en Chaldée, Paris, 1884-1912, volume I, pp. 138-140 ; volume II, pp. VII-XV (Amiaud, Thureau-Dangin).

-STEIBLE H., Die Neusumerischen Bau- und Weihinschriften, I, Freiburger Altorientalische Studien (FAOS) Band 9, 1, Stuttgart, 1991.

-SUTER C., Gudea's temple building. The representation of an early Mesopotamian Ruler in Text and Image, " Cuneiform monographs 17", Groningen, 2000.

- WINTER I., The Body of the able ruler : Toward an understanding of the statues of Gudea, Extrait de : H. Behrens and al., Studies in honor of Ake W. Sjöberg,1989, pp. 573-584.

Cartel

  • Gudea, prince de LagashStatue dite "l'Architecte au plan'' dédiée au dieu Ningirsu

    Vers 2120 avant J.-C.

  • Diorite

    H. : 93 cm. ; L. : 41 cm. ; Pr. : 61 cm.

  • Fouilles E. de Sarzec, 1881

    AO 2

  • Antiquités orientales

    Aile Richelieu
    Rez-de-chaussée
    Mésopotamie, 2350 à 2000 avant J.-C. environ
    Salle 2

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet