Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Statue de galate blessé

Œuvre Statue de galate blessé

Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : Art hellénistique (du IIIe au Ier siècle av. J.-C.)

Gaulois blessé

© 2006 Musée du Louvre / Daniel Lebée et Carine Deambrosis

Antiquités grecques, étrusques et romaines
Art hellénistique (du IIIe au Ier siècle av. J.-C.)

Auteur(s) :
Marie-Bénédicte Astier

Reconnaissable à ses cheveux hirsutes et au bouclier ovale à nervure centrale, ce guerrier gaulois (appelé galate par les Grecs) résiste farouchement malgré la blessure qui l'affaiblit. L'œuvre est teintée de l'esthétique baroque chère à la sculpture de Pergame. Elle s'inspire d'un groupe consacré vers 200 av. J.-C., sur l'Acropole d'Athènes, pour commémorer la victoire des souverains pergaméniens sur les Galates.

Un Gaulois blessé

Exceptionnelle par son matériau, l'albâtre, cette œuvre représente un guerrier gaulois, appelé galate par les Grecs. Certains détails réalistes, comme le bouclier ovale à nervure centrale, manifestent le souci du sculpteur de rendre l'exotisme ethnique du combattant. Ses cheveux hirsutes rappellent que les Gaulois enduisaient leur chevelure de poix afin d'avoir l'air plus terrifiant. Affaibli par sa blessure à la cuisse, le guerrier, qui est nu, a un genou en terre. Armé d'un glaive, il résiste encore farouchement, protégé derrière un bouclier dont l'attache est seule conservée autour de la main gauche.

Un groupe commémoratif

Le thème des Gaulois apparaît dans l'art grec avec l'invasion galate de 280 av. J.-C. Attale Ier, roi de Pergame, remporte plusieurs victoires contre les Barbares, dont la bataille du Caïque vers 237 av. J.-C. Afin de célébrer le prestige des souverains pergaméniens, il consacre deux groupes statuaires commémoratifs représentant des combattants gaulois vaincus. Le premier est érigé à Pergame. Le second, qui est de petites dimensions et probablement de bronze, est dédié sur l'Acropole d'Athènes vers 200 av. J.-C. Décrit par Pausanias dans sa Périègèse (I, 25, II), il met en scène différents combats : celui contre les Géants (la gigantomachie), celui contre les Amazones (l'amazonomachie), celui des Athéniens contre les Perses et la défaite des Gaulois contre les Attalides. Plusieurs répliques romaines des différents combattants, également de petites dimensions mais en marbre, sont conservés au Vatican, à Naples, Venise et Aix-en-Provence. Ce groupe, auquel le Gaulois blessé du Louvre est rattaché, s'inscrit dans la tradition des combats mythologiques et fait écho au décor architectural du Parthénon. Les Pergaméniens apparaissent ainsi comme les nouveaux défenseurs du monde grec, à la suite des Athéniens. D'autres copies de gaulois vaincus, de grandes dimensions, sont conservées au Musée national romain : le Gaulois mourant du Capitole et le Gaulois se suicidant avec sa femme. Elles procèdent du même dessein de glorifier les Attalides et témoignent du succès de ce thème iconographique durant l'époque hellénistique.

Une esthétique baroque

Cette statue, qui est une copie romaine, reflète l'esthétique baroque qui se développe depuis le milieu du IIIe siècle av. J.-C., dont Pergame est un des principaux foyers. La théâtralité et le dynamisme de la composition, qui multiplie les angles de vue, illustrent parfaitement les recherches des sculpteurs pergaméniens. Réalisme et pathétique sont mêlés pour donner au Gaulois une physionomie héroïque. La violence des mouvements, le naturalisme de la blessure, la musculature exacerbée et l'expression du personnage frappent le spectateur par leur intensité dramatique.

Bibliographie

Collectif, D'après l'Antique, Paris, Editions de la Réunion des musées nationaux, 2000, pp. 158-159, n 13

Andreae (B.), Schoenheit des realismus, 1998, pp. 184-193

K. Kaberam (K.), Die Antikensammlung des Kardinals Scipione Borghese, Worms-sur-Rhin, 1995, p. 222, n 117, fig. 79

Cartel

  • Gaulois blessé

    Oeuvre romaine d'époque impériale(Ier - IIe siècle après J.-C.)

  • Albâtre

    H. : 97 cm. ; l. : 75 cm. ; L. : 52 cm.

  • Anciennes collections Orsini, Farnèse, puis Borghèse à RomeAchat, 1807 , 1807

    Inventaire MR 133 (n° usuel Ma 324)

  • Antiquités grecques, étrusques et romaines

    Aile Sully
    Rez-de-chaussée
    Salle d'art grec classique et hellénistique
    Salle 17

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet