Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Statue de lion

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Statue de lion

© 1988 RMN / Pierre et Maurice Chuzeville

Antiquités orientales
Mésopotamie

Auteur(s) :
Françoise Demange

Ce lion de bronze a été mis au jour lors des fouilles menées à Mari, riche cité de la région du moyen Euphrate. C'est à l'intérieur d'un temple dédié à une divinité désignée sous le nom de "Roi du Pays" qu'il a été découvert, accompagné d'un deuxième exemplaire tout à fait semblable actuellement conservé au musée d'Alep en Syrie.

Des lions gardiens ?

Les deux lions ont été retrouvés en place : ils étaient installés côte à côte sur un podium à deux degrés adossé au mur, à gauche de l'entrée du sanctuaire. Seul l'avant-train des animaux est représenté, en effet l'arrière des deux sculptures était encastré dans le mur, de telle sorte que les deux lions semblaient surgir de la paroi. Le cou tendu, la tête tournée vers la droite, ils donnent l'impression d'être aux aguets, près à bondir vers l'intérieur du temple.
L'incrustation des yeux, faite de calcaire et de schiste souligne l'intensité du regard des fauves qui sont représentés la gueule ouverte, grondant ou rugissant. Leurs babines relevées découvraient une dentition en os, dont quelques éléments subsistent sur l'exemplaire conservé au musée du Louvre. Tapis dans l'ombre du sanctuaire, ils surveillaient les visiteurs, à l'entrée comme à la sortie. Si les animaux gardiens sont largement attestés au Proche-Orient, la coutume était de les disposer à l'extérieur, de part et d'autre de la porte du temple ou du palais qu'ils étaient sensés protéger. L'emplacement des deux lions, à l'intérieur de la cella, fait penser qu'ils avaient peut-être une fonction différente de celle des classiques animaux gardiens de porte.

La maîtrise des bronziers de Mari

Selon une technique bien attestée en Mésopotamie, ces deux sculptures sont composées d'un assemblage de feuilles de cuivre fixées sur une âme, probablement en bois, qui a actuellement entièrement disparu. Ce noyau de bois avait été sculpté à la forme de l'animal, avant que l'on n'y fixe, à l'aide de clous de cuivre, les tôles qui ont été martelées à froid, directement en place. Dix-huit feuilles de cuivre ont été nécessaires pour façonner le lion du musée du Louvre. Les mèches de la crinière et les moustaches sont représentées avec soin. Sur l'épaule gauche, une touffe de poils en forme d'étoile caractérise l'animal jeune et vigoureux. Certains détails sont incisés, comme la petite barrette qui marque la base de l'oreille droite du fauve. Elle pourrait indiquer que ce lion était un animal gardé en captivité, peut-être consacré au dieu.

"Le Temple aux lions"

Ce temple était situé dans le secteur sacré de la cité, adossé au flanc sud de la Haute Terrasse. Les dépôts de fondation qui ont été retrouvés enfouis dans ses murs indiquent qu'il a été édifié par le Shakkanaku (prince gouverneur) Ishtup-Ilum qui régnait à Mari au XXIIe siècle av. J.-C. Il était dédié à une divinité désignée sous le nom de "Roi du Pays", dont l'identité précise reste incertaine. Les lions ont probablement été mis en place lors d'une reconstruction du sanctuaire, qui intervint au début du IIe millénaire.
André Parrot, le premier fouilleur de Mari, qui avait retrouvé aux abords du temple plusieurs dizaines de paires d'yeux de même type que ceux des deux lions de bronze, avait avancé l'hypothèse qu'une meute d'une trentaine de fauves gardait l'esplanade, située devant le sanctuaire. Mais une étude récente a montré que tous ces yeux n'appartenaient pas à des sculptures destinées à orner cette zone. Si des lions gardiens étaient placés à l'extérieur du temple, ils n'étaient pas en si grand nombre.

Bibliographie

- PARROT A., "Les Fouilles de Mari, quatrième campagne 1936-1937", in Syria, n 19, 1938, pp. 21-27.

- BEYER D., FORRIES C., LEMAIRE F., BARGAIN F., "Les Lions du temple du"Roi du Pays"de Mari", 1993, MARI, pp. 79-105.

- MARGUERON J.-C., Exposition Syrie : Mémoire et civilisation, Paris, 1993, n 132.

- BENOIT A., Les Civilisations du Proche-Orient ancien, Paris, 2003, pp. 290-291.

Cartel

  • Statue de lion

    Début du IIe millénaire avant J.-C. 

    Mari, "temple aux lions''

  • Cuivre

    H. : 40 cm. ; L. : 70 cm.

  • Fouilles A. Parrot, 1936 - 1937

    AO 19520, AO 19824

  • Antiquités orientales

    Aile Richelieu
    Rez-de-chaussée
    Mésopotamie, IIe millénaire avant J.-C.
    Salle 3

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet