Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Statue du dieu Bès

Œuvre Statue du dieu Bès

Département des Antiquités égyptiennes : Croyances religieuses et funéraires

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Le dieu Bès

© Musée du Louvre/G. Poncet

Antiquités égyptiennes
Croyances religieuses et funéraires

Auteur(s) :
Catherine Bridonneau

Cette statue de nain nu et difforme, aux bras trop longs, aux jambes arquées, au visage mélangeant traits humains et léonins, est celle du dieu Bès. Malgré son aspect peu engageant, c'est une divinité bienveillante, amie des hommes, qui les protège pendant les périodes où ils sont vulnérables en éloignant tout esprit malfaisant. Il veille particulièrement sur les femmes enceintes.

Description

Bès debout, bien campé sur ses petites jambes, les mains posées sur le haut des cuisses, regarde le spectateur et lui tire la langue. Il ne reste que la base de sa coiffure, peut-être agrémentée de plumes, creusée d'un trou de fixation. Son visage hybride, aux imposants sourcils en relief et au nez épaté, montre une face plate avec des bajoues qui se perdent dans une barbe généreuse se terminant en volutes de part et d'autre de la bouche. L'emplacement des yeux, très creusé, semble indiquer qu'ils étaient incrustés de même que la langue. Ses deux petites oreilles arrondies où sont visibles des touffes de poils sont celles d'un lion. Il porte sur le dos, des épaules jusqu'aux fesses rebondies, une peau de lion dont la queue est bien visible et le contour, indiqué en léger relief. On aperçoit la petite tête du félin sur son torse, les pattes antérieures sur le dessus de ses épaules et les pattes postérieures sur le haut des cuisses. Dans le dos, la crinière du fauve qui se termine en pointe dessine comme une perruque. Un serpent, le corps noué sous son nombril, fait office de ceinture.

L'habit ne fait pas le moine

Par son aspect repoussant voire effrayant, Bès met en déroute toutes les puissances néfastes. Il est souvent représenté, de par sa grande popularité. Son image décore les murs de certaines pièces de la maison comme la chambre à coucher ; on le retrouve sur les lits ou les appuis-tête où il veille sur l'homme pendant son sommeil. Il orne aussi certains objets de toilette comme les miroirs ou les récipients pour les fards et onguents, renforçant ainsi leur pouvoir protecteur. Mais surtout, il est présent auprès des femmes enceintes pendant tout le temps de leur grossesse et lors de l'accouchement, comme il veille sur la naissance du dieu solaire enfant. Il danse, joue de la harpe, du tambourin ou de la double flûte : tout ce bruit chasse les esprits mauvais qu'il effraye dans le même temps par ses grimaces. À la Basse Époque, il se transforme en un être composite et redoutable (panthée). Il est également invoqué dans les temples où il envoie par l'intermédiaire de rêves, les réponses aux questions des fidèles venus le consulter. Divinité aux multiples pouvoirs, il est aussi assimilé à un dieu guérisseur.

Une rencontre avec Mariette conduit Bès à Paris

Cette statue a été découverte en 1851 par Auguste Mariette, lors des fouilles effectuées à Saqqara à la recherche du Sérapeum. Elle fait partie des quelque 5 000 objets découverts par l'égyptologue français, donnés par l'Égypte à la France et venus enrichir les collections du musée du Louvre. Elle se trouvait par terre au pied de son socle dans la cour d'un temple dédié à Apis par le roi Nectanébo II, au sud du Sérapéum. Mariette la fait remettre en place et assiste au défilé des ouvriers et des habitants venus des villages voisins d'Abousir et de Saqqara. Il nous rapporte leurs réactions variées devant sa découverte, en ces termes : "C'est l'heure de midi, moment où le soleil accentue les traits déjà expressifs de Bès ; les Égyptiens le prennent pour le diable, les femmes l'injurient, les hommes crachent dessus, quelques ouvriers" nègres "se sauvent en riant aux éclats."

Cartel

  • Le dieu Bès

    30e dynastie, 379 - 341 avant J.-C.

    Sérapéum de Saqqara

  • calcaire

    H. : 92 cm. ; L. : 62 cm. ; Pr. : 28,50 cm.

  • N 437

  • Antiquités égyptiennes

    Aile Sully
    Rez-de-chaussée
    Les dieux et la magie
    Salle 18
    Vitrine 3

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet