Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Statues de Sepa, "grand des dizaines du Sud", et de la dame Nesa

Œuvre Statues de Sepa, "grand des dizaines du Sud", et de la dame Nesa

Département des Antiquités égyptiennes : De la fin de la Préhistoire à la fin du Moyen Empire (vers 3800 - 1710 av. J.-C.)

Deux statues de Sépa, "grand des dizaines du Sud"

© Musée du Louvre/C. Décamps

Antiquités égyptiennes
De la fin de la Préhistoire à la fin du Moyen Empire (vers 3800 - 1710 av. J.-C.)

Auteur(s) :
Lili Aït-Kaci

Pendant l'Ancien Empire, dès la 3e dynastie (2700-2620 av. J.-C.), les souverains construisent, pour leur éternité, des tombes dont les superstructures sont les célèbres pyramides. Elles dominent de leur grandeur les nécropoles dans lesquelles leurs proches et leurs courtisans viennent s'abriter.
A l'instar de cette architecture grandiose, la statuaire produit des oeuvres monumentales dont ces trois statues sont parmi les premières productions connues.

Proches du roi

Ces statues sont les plus anciens exemples connus de représentations grandeur nature réalisées en Egypte pour des particuliers. Tous deux sont debout ; Sepa, l'homme, avance la jambe gauche, Nesa se tient jambes jointes dans l'attitude habituelle des effigies féminines.
Leurs vêtements et parures sont autant de signes extérieurs de leur statut social : ils sont vêtus de lin, coiffés de perruques, leurs yeux soulignés de fards vert et noir ; Nesa est parée de nombreux bracelets et Sepa porte, le long de son bras droit, un sceptre de commandement.
La lecture de leurs titres, inscrits sur le plat des socles, confirme leur rang social élevé. Sepa, proche du souverain, occupait des postes importants dans l'administration en tant que "préposé aux Affaires royales" et "grand des dizaines du Sud". Ses titres de "prêtre du dieu Kherty" et de "Bâton du Taureau blanc" attestent qu'il avait aussi des responsabilités au sein des domaines religieux.
Le titre de Nesa "la Connue du Roi" indique qu'elle était également introduite au palais.

Les débuts de la grande statuaire

Si le choix de l'échelle témoigne de la vigueur novatrice et de la témérité des sculpteurs de l'époque, ces statues portent encore la marque de nombreux archaïsmes. Pour préserver le monolithisme du bloc calcaire, le sculpteur n'a pas évidé les espaces entre les bras et le torse ou entre les jambes. Afin de ne pas fragiliser le cou, il en a raccourci la hauteur et l'a même consolidé en faisant se rejoindre perruque et épaules. Il a aussi modifié la posture de Sepa qui, dans l'attitude de la marche devrait, en avançant le bras, placer son long bâton devant son pied gauche. Le sculpteur a préféré rabattre contre le corps bras et bâton. Enfin, pour que ses oeuvres soient stables, il en a alourdi la partie inférieure : les jambes sont, en effet, trop épaisses par rapport aux silhouettes. Pour pallier tous les inconvénients techniques, les sculpteurs de la dynastie suivante consolideront leurs créations en ménageant, à l'arrière des statues, un pilier dorsal assurant leur stabilité verticale et leur solidité générale.

Datation et provenance

La massivité et la raideur des silhouettes ; le modelé simple des corps précisé par quelques détails linéaires tels que les clavicules, l'arête du tibia et le dessin des omoplates ; le trait épais de fard vert sous les yeux ; le tassement des hiéroglyphes sans séparation nette de colonne et de lignes sont autant de marques du passage de l'Epoque thinite à l'Ancien Empire, période de naissance de la monumentalité dans l'art.
La fonction de telles effigies, placées dans les mastabas de l'Ancien Empire, était de perpétuer la présence des défunts sur terre pour qu'ils bénéficient des rites exécutés pour eux.
Ces oeuvres ont été acquises par le musée du Louvre en 1837, en même temps que des fragments de parois sculptées provenant de Saqqara. Faut-il voir dans ce site, nécropole royale de la 3e dynastie, le lieu où furent ensevelis Sepa et Nesa, et donc le lieu d'origine de ces trois statues ?

Bibliographie

- ZIEGLER, BOVOT, L'Egypte ancienne, Manuel de l'Ecole du Louvre, Paris, 2001.

-  L'art égyptien au temps des pyramides, catalogue d'exposition, Paris, 1999, NOTICE 13.

- ZIEGLER,  Les satues égyptiennes de l''Ancien Empire, Paris, 1997, notice 39.

- ANDREU, RUTSCHOWSKAYA, ZIEGLER, L'Egypte ancienne au Louvre, Paris, 1997, notice 11.

- La naissance de l'écriture, GRAND PALAIS, PARIS, 1982, notice 27.

- POTVIN M., PIERRAT-BONNEFOIS G., Les conventions plastiques de l’art égyptien Au temps des pharaons, Louvre, collection « visite jeune public », Dossier pour enseignants, Paris, 2002, p. 14-15.

Cartel

  • Deux statues de Sépa, "grand des dizaines du Sud"

    3e dynastie, 2700 - 2620 avant J.-C.

  • calcaire peint

    H. : 1,65 m. ; L. : 0,40 m. ; Pr. : 0,55 m.

  • A 36, A 37

  • Antiquités égyptiennes

    Aile Sully
    1er étage
    L'Ancien Empire, vers 2700 - 2200 avant J.-C.
    Salle 22
    Vitrine 03

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet