Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Statuette féminine dite "Dame d'Auxerre"

Œuvre Statuette féminine dite "Dame d'Auxerre"

Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : Art grec archaïque (du VIIe au VIe siècle av. J.-C.)

Statuette féminine dite "Dame d'Auxerre"

© 2006 Musée du Louvre / Daniel Lebée et Carine Deambrosis

Antiquités grecques, étrusques et romaines
Art grec archaïque (du VIIe au VIe siècle av. J.-C.)

Auteur(s) :

Marie-Bénédicte Astier

 

 


 

Remerciements :

Cette notice d’œuvre vous est présentée par Canson

Les origines de cette statuette, retrouvée en 1907 dans les réserves du musée d'Auxerre, restent mystérieuses. Elle est pourtant la plus parfaite illustration du style dédalique qui marque le renouveau de la sculpture sur pierre dans le monde grec au VIIe siècle av. J.-C. Le visage en U, la lourde chevelure étagée et la stricte frontalité définissent ce style qui doit son nom de convention à l'ingénieur Dédale, à qui l'on attribuait dans l'Antiquité les plus anciennes statues.

La Dame d'Auxerre, chef-d'oeuvre du style dédalique

Acquise en 1895 par le concierge du théâtre d'Auxerre qui l'utilise comme décor d'opérette, cette statuette féminine est finalement reléguée au musée municipal où Maxime Collignon la repère en 1907. La Dame d'Auxerre entre au Louvre deux ans plus tard, en échange d'une toile du peintre Harpignies (1819-1916). Elle est très tôt considérée comme la plus parfaite expression du style "dédalique", une notion, inventée au début du XXe siècle pour qualifier les créations plastiques du VIIe siècle av. J.-C. Ce nom est emprunté au sculpteur mythique Dédale, l'auteur des premières statues grecques. Le bras gauche le long du corps et le droit replié sur la poitrine, La Dame d'Auxerre se tient debout, la tête dans l'axe du corps, dans une stricte frontalité caractéristique de la sculpture dédalique. Elle est vêtue d'une robe fourreau serrée à la taille par une large ceinture, et porte une pèlerine sur les épaules. Son visage en U, qu'effleure un léger sourire, est nimbé d'une épaisse chevelure en mèches perlées, à la mode des lourdes perruques égyptiennes. Autrefois rehaussées d'une riche polychromie (opposant des tons de rouge, de noir et de bleu), des incisions animent les différents plans de la statuette, détaillent vêtements et parures, atténuent la disproportion entre la tête et le buste.

Une identification incertaine

Faute d'élément relatif au contexte de découverte de la statuette, il est difficile de déterminer la signification du geste du bras droit et l'identité du personnage figuré. Certains ont proposé d'y reconnaître l'image d'une déesse, en référence aux nombreuses figurines de terre cuite qui représentent des divinités orientales - Astarté notamment - désignant leurs attributs sexuels. D'autres ont réduit cette effigie à celle d'une simple mortelle, une servante de quelque culte de fécondité, ou bien la dédicante elle-même faisant un geste de prière.

Le renouveau de la sculpture sur pierre dans la Crète orientalisante

Cette oeuvre témoigne de l'intense activité artistique qui se manifeste dans les régions orientales du bassin méditerranéen pendant la période orientalisante. Les répertoires décoratifs et les techniques venus du Proche-Orient et d'Egypte sont alors largement diffusés et repris par les artisans grecs qui mêlent ces modèles à leurs propres traditions. La statuette d'Auxerre a été exécutée en Crète au VIIe siècle, vers 640-620 av. J.-C., époque où les sculpteurs crétois renouent avec la grande statuaire en pierre. L'origine crétoise de l'oeuvre est assurée par la nature du calcaire dans lequel elle est travaillée, ainsi que par la parenté du costume, du geste et du visage de la jeune femme avec les productions en bronze, en calcaire ou en argile découvertes sur l'île. La comparaison avec le matériel funéraire exhumé à Eleutherne, au nord de la Crète, permet de penser que la Dame d'Auxerre a été trouvée dans cette nécropole à la fin du XIXe siècle.

Bibliographie

- HAMIAUX M., Les Sculptures grecques, I, 2e édition, Paris, 2001, p. 43-45, n 38.

- MARTINEZ J.-L., La Dame d'Auxerre, collection Solo, Paris, 2000, n 16.

- ROLLEY Cl., La Sculpture grecque, I. Des origines au milieu du Ve siècle, 1994, p. 137-138, fig. 116-117.

- Mer Egée. Grèce des îles, Musée du Louvre, Paris, 1979, p. 133-135, n 71.

- COLLIGNON M. , "La statuette d'Auxerre (Musée du Louvre)", Monuments et Mémoires. Fondation Piot XX, 1913, p. 5-38, pl. 1-2.

- COLLIGNON M., " Statuette féminine de style grec archaïque (Musée d'Auxerre)", in Revue Archéologique, 11, 1908, p. 153-170.
 

Cartel

  • Statuette féminine dite "Dame d'Auxerre"

  • Calcaire. Décor incisé, originellement peint : des traces de couleur rouge sont encore visibles sur le buste

    H. 75 cm

  • Ma 3098

  • Antiquités grecques, étrusques et romaines

    Aile Denon
    Entresol
    Vitrine 26

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet