Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Stèle au dieu guerrier

Stèle représentant un dieu guerrier du pays de Moab

© 2008 RMN / Franck Raux

Antiquités orientales
Levant

Auteur(s) :
Claire Iselin

Cette stèle en basalte, appelée aussi stèle de Shihan, est le monument le plus ancien de Terre sainte entré au musée du Louvre avant les fouilles archéologiques menées entre les deux guerres. Le personnage représenté sur cette stèle, longtemps identifié comme une figure royale, pourrait être un dieu guerrier. Cependant la datation de cette oeuvre allant du Bronze récent, vers 1200 av. J.-C., à l'âge du fer, vers 800 av. J.-C., pose encore bien des questions.

Une découverte insolite

Cette lourde stèle en basalte a été découverte en 1851 par Félicien de Saulcy, lors de son célèbre voyage autour de la mer Morte au cours duquel il rapporta de précieuses observations cartographiques, archéologiques et entomologiques. Trop lourde pour être emportée, elle fut cependant publiée immédiatement et sa localisation exacte sur le plan permit au duc de Luynes, lors de son expédition menée en 1864, de rapporter ce relief pour en faire don au Louvre. Elle provient de Redjom el Aabed, un site qui se trouve sur la rive orientale de la mer Morte, près de Shihan, au coeur du pays de Moab biblique. Ce site n'a pas été fouillé, de sorte que nous ne connaissons pas son contexte archéologique. Mais en réalité, elle pourrait avoir été rapportée d'un site plus ou moins éloigné, inconnu. Les bords du relief ont été abattus, apparemment pour l'alléger et permettre un transport plus facile. On y voit un personnage aux proportions trapues, brandissant une lance la pointe en bas, le bras droit levé, le bras gauche passé en travers de la poitrine. Le costume est réduit à un pagne court rabattu par devant. La tête, de profil sur un buste de face, est serrée dans une sorte de casque dégageant l'oreille droite. Du sommet de la stèle descend une longue mèche enroulée. En bas, à gauche, est figuré un animal de profil qui pourrait être un aigle ou un lion.

Une datation controversée

Le personnage a longtemps été identifié par certains comme une figure royale sur une stèle de victoire. Pour d'autres, il s'agirait plutôt d'un dieu guerrier apparenté au Baal cananéen, dieu de l'orage, dont la lance symboliserait la foudre, comme sur la célèbre stèle du Baal au foudre d'Ougarit conservée au Louvre et les nombreuses figurines levantines en métal de l'âge du bronze, particulièrement des XIV- XIIe siècles av. J.-C. Derrière le dieu, au pagne très semblable à celui des Égyptiens, figure peut-être son animal-attribut. La mèche enroulée a pu être comparée aux coiffures hittites telles qu'on les voit sur certains cylindres datés du XVIIe siècle av. J.-C., imitée au Levant par exemple sur la stèle du Baal d'Ougarit. Dans ces cas, la mèche part de la nuque et non du sommet du casque comme cela semble être le cas sur notre stèle. S'il s'agit bien d'un dieu représenté sur cette stèle, nous ignorons sous quel nom il était adoré : peut-être s'agit-il de Kamosh, dieu national de Moab à qui est consacrée la stèle du roi Mesha (IXe siècle av. J.-C.) conservée au musée du Louvre. La date de la stèle reste problématique. Selon certains, le canon ramassé et l'inspiration égyptisante du personnage (le pagne, la coiffure ou le casque "en bourse") rapprocheraient cette oeuvre des sculptures ammonites mises au jour à Amman datées du VIIIe siècle av. J.-C. Pour d'autres, la coiffure au long appendice sinueux ainsi que le port de la lance, tous deux proches des attributs portés par les dieux syro-cananéens de la seconde moitié du second millénaire, invitent à dater cette stèle du Bronze récent, vers 1200 av. J.-C.

Bibliographie

- SAULCY Félicien (de), Voyages autour de la mer Morte et dans les terres bibliques exécutés de décembre 1850 à avril 1854, Gide, J. Baudry, 1854, pl. 18.

- DUSSAUD René, Les Monuments palestiniens et judaïques au musée du Louvre, Leroux, 1912, n 1.

- TUFNELL Olga, "The Shihan Warrior", in Iraq, 15, British School of Archaeology in Iraq, 1953, pp. 61-166.

- F. de Saulcy (1807-1880) et la Terre sainte, Éditions de la Réunion des musées nationaux (Notes et documents des Musées de France, 5), 1982, n 242.

- WARMENBOL Eugène, "La stèle de Rugm El-'Abd (Louvre AO 5055). Une image de divinité moabite du IXe- VIIIe siècle av. J.-C.", in Levant, 15, British School of Archaeology in Jerusalem, 1983, pp. 63-75.

- La voie royale : 9000 ans d'art au royaume de Jordanie, exposition du musée du Luxembourg, 26 nov. 1986 - 25 janv. 1987, Association française d'action artistique, 1986, n 110.

Cartel

  • Stèle représentant un dieu guerrier du pays de Moab

    Bronze Récent ou Age du Fer ?(vers 1200 ou vers 800 avant J.-C.)

    Redjôm el-A'abed (région de Diban)

  • Pierre

    13 H ; 58 LA

  • Don duc de Luynes, 1866

    Découverte par F. de Saulcy en 1851, rapportée par le duc de Luynes en 1865

    AO 5055

  • Antiquités orientales

    Aile Sully
    Rez-de-chaussée
    Levant
    Salle D

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet