Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Stèle : la princesse Néfertiabet devant son repas

Œuvre Stèle : la princesse Néfertiabet devant son repas

Département des Antiquités égyptiennes : De la fin de la Préhistoire à la fin du Moyen Empire (vers 3800 - 1710 av. J.-C.)

La princesse Néfertiabet devant son repas

© Musée du Louvre/C. Décamps

Antiquités égyptiennes
De la fin de la Préhistoire à la fin du Moyen Empire (vers 3800 - 1710 av. J.-C.)

Auteur(s) :
Geneviève Pierrat-Bonnefois

La stèle du repas du défunt est le tableau principal de l'art funéraire égyptien. Celle-ci compte parmi les plus anciennes et les mieux conservées. Princesse du temps du roi Khéops, Néfertiabet a bénéficié, pour la représentation de son repas d'éternité, des meilleurs artistes de son temps.

La scène funéraire fondamentale

La femme assise est tournée vers la droite, à l'instar de l'inscription inclinée qui figure au-dessus de sa tête ("La fille du roi, Néfertiabet") ; il s'agit, en effet, de l'inclinaison normale de l'écriture, reconnaissable à la direction des têtes des hiéroglyphes animaux. Assise sur un tabouret décoré de pattes de taureau et d'une ombelle de papyrus, elle porte une robe en peau de panthère. Elle tend enfin la main vers un plateau à pied en pierre blanche, posé sur un support cylindrique en terre cuite, et couvert de tranches de gâteau à croûte dorée et mie blanche. Ici s'arrête la représentation, l'image pure. L'autre partie de la stèle, qui représente en réalité plus de la moitié de sa surface, n'est que texte. L'image elle-même demeure très pictographique, comme détachée du temps et de l'espace. C'est une scène connue et reproduite à des milliers d'exemplaires, consacrée par le temps et les conventions : le repas du défunt dans l'Au-delà. Une palette de couleurs simple - rouge, jaune, noir, vert (aujourd'hui effacé) - rehausse un relief extrêmement délicat.

Un jeu entre écriture et représentation

Le texte est mis en scène de diverses façons. L'ensemble des inscriptions, en-dehors du nom de la princesse, sont dirigées vers elle, en sens inverse, car les biens qu'elles expriment lui sont offerts. Un double tableau, situé au-dessus de la table, contient l'inscription de ses produits consommables : des fards, des boissons, des friandises, etc. A droite, un grand tableau vertical découpé en trois transcrit une liste de linges. Enfin, devant le visage de la princesse et autour de la table, des idéogrammes disséminés sont employés de façon picturale ; "libation" devant le visage, "lustration" devant la poitrine, "cuisse de boeuf", "côtes", "canard", "linges", "vaisselle", "pain", "bière", "viandes et volailles", "mille", "mille", "mille !" : ce sont les éléments fondamentaux de l'offrande. Ici l'écriture est insérée de façon étroite dans l'image, comme des mots que l'on aurait répartis dans la représentation.

Une fonction vitale

Textes et figurations concourent à la réalisation d'une oeuvre située hors du temps. A la mort de Néfertiabet, sans doute une soeur du roi Khéops et une fille de Snéfrou, cette stèle fut scellée sur la paroi extérieure de son tombeau à Giza, au pied de la grande pyramide. Emmurée par la suite, elle se trouva protégée de l'usure du temps et des hommes. La raison d'être première de cette stèle, qu'elle ait été cachée ou non, est avant tout fonctionnelle : elle fait vivre ce qu'elle reproduit, c'est-à-dire le repas de Néfertiabet entourée de tous ses biens matériels, depuis le moment où elle a été créée et pour toujours - assurant de la sorte à la princesse la vie éternelle et ses agréments.

Bibliographie

-  ZIEGLER C., Musée du Louvre Département des Antiquités Egyptiennes - Catalogue des stèles, peintures et reliefs égyptiens de l’Ancien Empire et de la Première Période Intermédiaire (vers 2686-2040 av. J.-C.), Editions de la réunion des musées nationaux, Paris, 1990, p. 38, 187-189, notice n° 29.

- L’Art égyptien au temps des Pyramides, catalogue de l’exposition, Paris, Editions de la Réunion des musées nationaux, 1999, p. 20, 207-208, notice n° 54.

- Portes pour l’Au-Delà. L’Egypte, le Nil et le champ des offrandes, catalogue de l’exposition, Montpellier, 1992, p. 117-, 123, fig. 34.

-  ANDREU G., RUTSCHOWSCAYA M. H., ZIEGLER C., L’Egypte au Louvre, Hachette, Paris, 1997, p. 54-55, fig. 13.

- ZIEGLER C., BOVOT J.-L., Art et archéologie : L’Egypte ancienne, Ecole du Louvre / Editions de la Réunion des musées nationaux / Documentation française, Paris, 2001, p. 116-117, fig. 35.

Cartel

  • La princesse Néfertiabet devant son repas

    règne de Khéops (2590 - 2565 avant J.-C.), 4e dynastie

    trouvé dans le cimetière de Giza

  • calcaire peint

    H. : 37,70 cm. ; L. : 52,50 cm. : Pr. : 8,30 cm.

  • Don L., I. et A. Curtis

    E 15591

  • Antiquités égyptiennes

    Aile Sully
    1er étage
    L'Ancien Empire, vers 2700 - 2200 avant J.-C.
    Salle 22
    Vitrine 05

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet