Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Tablette de jeu

Œuvre Tablette de jeu

Département des Antiquités égyptiennes : Objets de la vie quotidienne

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Tablette de jeu

© Musée du Louvre/G. Poncet

Antiquités égyptiennes
Objets de la vie quotidienne

Auteur(s) :
Marie-Noël Bellessort

Cette petite tablette à trois gradins percés régulièrement de trous semble bien être le dernier avatar du jeu des "58 trous", né en Égypte au Moyen Empire, puis diffusé largement dans tout le Proche-Orient jusqu’à la fin du Ier millénaire avant J.-C. Il subsiste cinq exemplaires complets de ce jeu d’époque byzantine (Ve-VIIe siècles après J.-C.), dont deux sont conservés au musée du Louvre.

Configuration de la table

Tous les jeux coptes présentent la même forme rectangulaire dont la surface supérieure est divisée en trois gradins de taille croissante. Ils sont en bois plaqué d’ivoire, ou taillés dans de l’os. Le revers est creusé d’une cavité, normalement fermée par un couvercle à glissière, destinée au rangement des pions.
Les cinq jeux connus de cette époque sont tous de petite taille puisque leur longueur n’excède pas 20 centimètres.
Les surfaces des trois gradins sont perforées de petits trous, entourés de cercles gravés, destinés à recevoir les pions-fiches des deux joueurs. Ce décor de « cercles pointés » est connu en Égypte depuis le Moyen Empire, mais il est particulièrement répandu sur le pourtour méditerranéen à l’époque romaine et byzantine.

La marche du jeu

Par rapport aux jeux égyptiens et à ceux du Proche-Orient, le support a changé d’aspect, mais le parcours reste sensiblement le même, pour deux adversaires, avec un nombre de postes identique, dix descendant au centre du gradin le plus bas, puis 19 remontant sur les bords extérieurs des trois paliers. On totalise bien deux fois 29 postes, soit un total de 58 trous.
Le gradin médian propose en son centre des postes supplémentaires (neuf pour le jeu exposé dans la vitrine) qui correspondent aux cases additionnelles apparues à partir du Ier millénaire et présentes, dans le jeu en forme d’hippopotame, sur la tête  – fragmentaire – de l’animal.
Les marques distinctives et les liaisons entre les cases ont disparu ; le circuit est cependant rythmé par des étapes de dix ou de cinq postes, ce qui correspond à la cadence générale des jeux des 58 trous du Ier millénaire.

Les acessoires

Les jeux coptes ont conservé des pions en forme de fiche, mais leur tête semble avoir perdu la silhouette animale du chien ou du chacal au profit d’une extrémité arrondie ou simplement ornée de petites moulures.
On a aussi retrouvé des jetons en os, pourvus de deux décorations distinctes marquant, par des cercles centrés, les valeurs « 4 » et « 8 » ; ces derniers remplaçaient peut-être les anciens bâtons de lancer.
Pour essayer d’établir une continuité entre les jeux pharaoniques et ceux de l’époque chrétienne, on peut noter que des fiches du jeu des 58 trous, retrouvées en Nubie au Ier millénaire avant J.-C., présentaient déjà une tête de forme géométrique et qu’elles étaient accompagnées de jetons bombés donnant des valeurs de « 2 » et de « 4 ».

Cartel

  • Tablette de jeu

    Ve - VIIIe siècle après J.-C.

  • cèdre et ivoire

    H. : 5,10 cm. ; D. : 0,80 cm.

  • E 11717

  • Antiquités égyptiennes

    Aile Denon
    Entresol
    Galerie d'art copte (salle actuellement fermée)
    Salle B
    Vitrine M2 : Toilette et loisirs

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet