Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Tablette dite "de l'Esagil"

Tablette dite " de l'Esagil "

© 2007 Musée du Louvre / Raphaël Chipault

Antiquités orientales
Mésopotamie

Auteur(s) :
Claire Iselin

La tablette dite "de l'Esagil" est un texte mathématique néo-babylonien qui nous est parvenu sous la forme d'une copie tardive rédigée à Uruk (Mésopotamie) en 229 av. J.-C. Le titre ne recouvre pas exactement le contenu du texte, puisque les seules parties d'Esagil (le temple du dieu Marduk à Babylone) traitées par les scribes sont deux cours antérieures du temple. Le reste de la tablette concerne la Ziggurat, Etemenanki, et est extrêmement précieux pour sa restitution.

Le temple de Marduk à Babylone

Le texte, copié à partir d'un document plus ancien, décrit le temple du dieu Marduk à Babylone tel que le reconstruisirent les rois de la dynastie babylonienne Nabopolassar (625-605 av. J.-C.) et Nabuchodonosor II (604-562 av. J.-C.). Ce temple s'appelait l'Esagil, "temple qui relève la tête". Le texte donne d'abord une double description de la base de la tour à étages placée dans l'enceinte ou ziggurat, puis décrit le temple principal, et enfin, donne les mesures de la tour à étages appelée Etemenanki, "Maison du fondement du ciel et de la terre", la "tour de Babel" de la Bible (Genèse XI, 1-9). Celle-ci devait avoir sept étages, disposés en gradins, que surmontait le temple du sommet. Les fouilles allemandes ont confirmé les dimensions de sa base carrée : plus de 91 m de côté. Elles ont révélé que trois grands escaliers, appuyés sur la face sud, donnaient accès au premier étage, plus élevé que les autres, et au second étage. Des escaliers plus petits permettaient d'atteindre le sommet, probablement à 90 m de hauteur.

Un système mathématique complexe

Ce texte, qui illustre les méthodes de calcul mathématiques employées par les Babyloniens, nous introduit dans un domaine plus mystérieux de l'art du scribe : ces dimensions sont "sacrées", et au revers, la récapitulation des dimensions à calculer comporte l'indication : "que l'initié à l'initié le montre, le profane ne doit pas le voir". Ce système hermétique et savant n'était destiné qu'aux "sages", gardiens de la tradition. Par souci de la sauvegarder, ils omirent de la transmettre à leurs collègues araméens et grecs, ce qui entraîna la disparition de la culture mésopotamienne tout entière, pendant près de deux mille ans.
Extrait du texte :
"Mesures de la base de l'etemenanki : voici la longueur et la largeur à considérer : 3x60 est la longueur, 3x60 est la largeur, mesurée en coudées standard (1 coudée=environ 50 cm). Ses dimensions sont donc : 3x3=9 ; 9x2=18. Si tu ne connais pas la valeur de 18, la voici : 3 mesures de semence, superficie mesurée avec la petite coudée. Base de l'etemenanki : la hauteur est égale à la longueur et à la largeur. Que le sage initié montre ceci à l'initié. Que le non-initié ne le voit pas. Tablette écrite, tracée et collationnée, d'après une copie de Borsippa... Uruk, mois de Kislimmu, 26e jour (12 décembre 229 av. J.-C.). Année 83 : Seleucos (II était) roi."

Les sources grecques

Cette tour de Bel-Marduk nous est également connue par des sources grecques : Diodore de Sicile (II, 7-10) rapporte que "Le temple de Bélus élevé au milieu de la ville... était extraordinairement élevé... et que les Chaldéens y faisaient leurs travaux astronomiques", et Hérodote (I, 178-182) en donne les mesures : "il est quadrangulaire et chacun des côtés peut avoir deux stades. Au milieu s'élève une tour solide ayant un stade en longueur et en largeur, sur cette première tour, une autre est bâtie, une troisième sur celle-ci, et ainsi de suite jusqu'au nombre de huit". Le texte babylonien nous confirme ces données.

La tablette du Louvre est complétée par un fragment au British Museum (BM 40813).

Bibliographie

- THUREAU-DANGIN François, Textes cunéiformes du Louvre, VI, Geuthner, 1922, n 32.

- WEISSBACH F.H., Das Hauptheiligtum des Marduk in Babylon, Esagilia und Etemenanki II, Osnabrück, 1967.

- ANDRE Béatrice, Naissance de l'écriture : cunéiformes et hiéroglyphes, catalogue d'exposition, Grand Palais, 7 mai-9 août 1982, Éditions de la Réunion des musées nationaux, p. 336, notice n 284.

- POWELL M.A., "Metrological Notes on the Esagilia Tablet and Related Matters", in Zeitschrift für Assyriologie, Band 72 I. Halbband, Walter de Gruyter, pp. 106-123.

- VICARI Jacques, La Tour de Babel : reconstruction et recherches, catalogue d'exposition, Genève, oct. 1991, Maison du Bout-du-Monde, 1991.

- ANDRE-SALVINI Béatrice, Babylone, PUF, coll. "Que sais-je ?", 2001.

Cartel

  • Tablette dite " de l'Esagil "

    Datée de l'an 83 de l'ère séleucide (229 avant J.-C.)Copie d'un document plus ancien

    Mésopotamie

  • Terre cuite

    H. : 18 cm. ; L. : 10 cm. ; Pr. : 1,80 cm.

  • Acquisition, 1913

    AO 6555

  • Antiquités orientales

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet