Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Tenture de La Vie de saint Anatoile de Salins : Le Miracle de...

Œuvre Tenture de La Vie de saint Anatoile de Salins : Le Miracle de l'eau

Département des Objets d'art : Moyen Age

Tenture de saint Anatoile de Salins : Miracle de l'eau

© Musée du Louvre / Martine Beck-Coppola

Objets d'art
Moyen Age

Auteur(s) :
Marie-Hélène de Ribou

Cette tapisserie faisait partie d'une tenture en quatorze pièces commandée par les chanoines de la collégiale de Saint-Anatoile de Salins. La tenture était destinée à orner le transept et la nef de l'édifice. Les sept premières pièces représentaient la vie du saint, et les sept suivantes son enterrement, la translation de son corps et les miracles survenus auprès des reliques du saint. On n'en connaît plus aujourd'hui que les trois pièces conservées au musée du Louvre.

Une procession au fond d'une saline

Les sources de muire (eau salée) sur le site de Salins étaient exploitées depuis l'Antiquité pour en tirer le sel. La première installation, nommée le Puits à Muire, se composait essentiellement d'une grande salle souterraine, profonde et voûtée, où l'on recueillait l'eau, et de bâtiments en surface où s'effectuait son traitement. En sous-sol, l'eau de ces sources se déversait dans un bassin de réserve. Une machine hydraulique, actionnée en surface par un cheval, la remontait. Puis elle était conduite vers des cuves placées près de chaudières. Là, elle s'évaporait, laissant le sel en dépôt.
Les deux niveaux de la saline sont représentés sur la tapisserie, mais la scène a été enjolivée. Les chanoines suivis de laïques portent en procession le chef-reliquaire de saint Anatoile vers le bassin de réserve vide, et, du rocher, l'eau jaillit. En 1467, après des travaux, les sources d'eau salée disparurent pendant plusieurs jours. La scène montre comment le recours à saint Anatoile aurait fait réapparaître l'eau. Dans le bas de la tapisserie, une légende explique le miracle représenté.

Une commande à rebondissement

Les archives permettent de retracer la genèse de la tenture. Un premier marché fut passé en février 1502 avec Marc van Yelingen, lissier bruxellois venu exprès à Salins. Il s'engageait à faire une tenture dont la première pièce devait être achevée pour la Saint-Jean, le 24 juin. Il fut pourtant rapidement dessaisi du projet. En mars, deux représentants de la ville partirent pour Bruges où la réalisation du programme fut confiée à Catharina Hasselet. En avril 1503, six premières pièces avaient été livrées. Par la suite, la tapissière connut des difficultés, et après bien des démêlés, les chanoines ne parvinrent à récupérer la dernière pièce que trois ans plus tard.
La tenture ornait la collégiale durant l'année, excepté pendant le Carême. Elle fut volée pendant la Révolution, et onze tapisseries semblent avoir alors servi à transporter des armes. Deux pièces, dont celle-ci, restées à Salins, furent exposées au musée de la ville jusqu'à leur acquisition par le musée du Louvre. Une troisième, confiée par l'abbé Monnier à des paroissiens, fut vendue en 1872 au collectionneur Frédéric Spitzer, qui lui-même la légua au musée des Gobelins. Le Mobilier national la déposa au Louvre pour compléter l'ensemble.

Une tenture entre tradition et modernité

Dans l'ensemble, cette tapisserie relève de la tradition médiévale. La scène représentée remplit l'ensemble de l'espace, ne laissant aucun vide. Les personnages portent des costumes contemporains au tissage et non aux faits relatés. Chaque élément est représenté avec minutie, en insistant sur les détails.
Quelques timides essais de perspective unifiée, probablement dûs à l'influence de la peinture, montrent l'évolution qui est en train de s'amorcer et qui culminera avec l'arrivée à Bruxelles des cartons de Raphaël pour la tenture des Actes des Apôtres.

Bibliographie

Baudienville Marie-Paule, La Tenture de Saint-Anatoile de Salins, Mémoire pour la licence d'Histoire de l'Art, Université Lille III, 1980.

Bruges et la Tapisserie, Bruges - Mouscron, 1987, catalogue n 2, pp. 170-179. La tapisserie présentée est La levée du siège de Dôle en 1477.

Cartel

  • Atelier de Jean SAUVAGE

    Tenture de saint Anatoile de Salins : Miracle de l'eau

    1502 - 1506

    Bruges

  • Tapisserie : laine et soie

  • Acquis de la ville de Salins sur le legs Audéoud, 1914 , 1914

    OA 6705

  • Objets d'art

    Aile Richelieu
    1er étage
    Anne de Bretagne
    Salle 6

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet