Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Tenture des Métamorphoses d'Ovide

Œuvre Tenture des Métamorphoses d'Ovide

Département des Objets d'art : Renaissance

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

La chute de Phaéton

© 1993 RMN / Daniel Arnaudet

Objets d'art
Renaissance

Auteur(s) :
Marie-Hélène de Ribou

Ces deux tapisseries faisaient partie d'une célèbre tenture des Métamorphoses en cinq pièces. Issues de la manufacture de Ferrare, elles témoignent bien du goût pour les jardins dans l'Italie du XVIe siècle comme de la prédilection de la cour des Este pour les sujets complexes et recherchés. Le programme iconographique mêle de nombreuses allusions à la puissance de la maison d'Este aux mythes antiques des Métamorphoses d'Ovide qui ont donné leur nom à la tenture, et d'autres textes anciens.

Le mythe associé à la réalité

A l'origine, les cinq ou six pièces de la tenture adoptaient une même composition ornementale : une rangée de figures, mi-hommes mi-arbres, occupait le plan principal de la scène, tandis que le second représentait une vue des environs de Ferrare ou d'une villa des Este. Un portique orné de pampres de vigne et de l'aigle des Este sur l'architrave tenait le rôle de bordure.
En haut à gauche de la chute de Phaéton, le jeune héros, foudroyé par Jupiter, entraîne dans son plongeon le char du Soleil. Venues pleurer sur sa dépouille, ses soeurs les Helliades se transforment en arbres. Au premier plan, le roi Cygnus, très attaché au malheureux héros, s'est changé en cygne ; à droite, Argus, sous la forme d'un paon, surveille la nymphe Io métamorphosée en génisse.
L'iconographie de la seconde pièce reste plus mystérieuse. Trois hommes et une femme se métamorphosent en arbres. L'inscription "MELIA", sur le tronc prolongé par un buste de femme et des branches de frêne, semble faire allusion au mythe des Méliades. Au second plan s'étendent les jardins qui ont donné leur nom à la tapisserie, ordonnés autour d'une célèbre montagne artificielle créée par les Este.

La tapisserie à Ferrare

Des ateliers de tapisserie s'implantèrent dans plusieurs cités italiennes dès le XVe siècle. A Ferrare, une activité lissière s'était maintenue, épisodique mais importante, depuis un siècle, lorsque le duc Hercule II d'Este décida en 1534 de réorganiser les ateliers de son duché. Conscient du caractère ostentatoire de la tapisserie, il avait décidé d'en contrôler la production afin qu'elle serve au mieux son pouvoir.
Deux lissiers flamands, Hans et Nicola Karcher, travaillaient déjà à Ferrare, essentiellement comme rentrayeurs. Le duc fit venir huit de leurs compatriotes, dont Jean Roost, pour former un véritable atelier avec Hans Karcher pour chef. L'initiative d'Hercule II d'Este n'eut pas de suite à Ferrare, mais elle inspira d'autres princes italiens, notamment à Florence où Cosme Ier de Médicis créa en 1545 une manufacture qui allait maintenir une production régulière et de haute qualité durant deux siècles.

Le mélange de la tradition flamande et de la modernité de la Renaissance italienne

Contrairement aux expériences précédentes, la jeune manufacture établie par Hercule II s'organisait autour de lissiers rompus aux différentes techniques de la tapisserie, mais aussi familiarisés avec l'art de la Renaissance italienne. Cette originalité permit une interprétation plus fidèle et plus juste des cartons donnés par les peintres. De leur côté ces derniers, souvent décorateurs, avaient appris à s'adapter aux contraintes de la tapisserie.
Pour les cartons de la tenture des Métamorphoses, Battista Dossi s'inspira des fresques réalisées avec son frère Dosso Dossi dans la Sala delle Eliadi de la Villa Impériale à Pesaro. Hans Karcher, fidèle à la tradition flamande, utilisa une gamme réduite de couleurs en jouant sur les oppositions de tons.

Bibliographie

- FORTI GRAZZINI Nello, L'Arazzo ferrarese, Milan, Electa, 1982, pp.104-108.

- GIBBONS Felton, Ferrarese Tapestries of Metamorphosis, in The Art Bulletin, t. XLVIII, 1966, pp. 407-411

- OVIDE, Les Métamorphoses, traduction, introduction et notes par Joseph Chamonard, Paris, Garnier-Flammarion, 1966, pp. 62-75, livre I/751-779 et livre II/1-400.

- Une Renaissance singulière. La cour des Este à Ferrare, Exposition, Bruxelles, Palais des beaux-arts, 3 octobre 2003-11 janvier 2004, Éditions Snoeck, 2003, p. 329.

Cartel

  • D'après Battista DOSSI

    La chute de Phaéton

    Tissée pour le duc Hercule II d'Este, dans l'atelier de Hans Karcher à Ferrare, en 1545

  • Tapisserie, laine et soie

  • Dépôt du Mobilier national, 1946

    Pièce de la tentureLes Métamorphoses d'Ovide

    Gob 124

  • Objets d'art

    Aile Richelieu
    1er étage
    Rotonde Jean Boulogne
    Salle 26

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet