Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Tête à coiffure bouclée

Œuvre Tête à coiffure bouclée

Département des Antiquités orientales : Levant

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Tête féminine

© 2000 RMN / Franck Raux

Antiquités orientales
Levant

Auteur(s) :
Nicoals Benoit

Provenant d'une favissa marine au large de Tyr, cette tête en terre cuite présente un double intérêt : le modelé, notamment la chevelure complexe, est de grande qualité ; d'autre part, sa taille, exceptionnelle au sein de la coroplastie phénicienne, la rattache à un ensemble encore peu connu de statues votives phéniciennes en terre cuite circulant en Méditerranée orientale, comparables par leurs dimensions à la production chypriote contemporaine.

Une tête couronnée

Comme l'indique l'analyse des abondantes concrétions présentes sur sa surface, cette tête en terre cuite, pour laquelle on ne connaît aucun parallèle, provient d'une favissa marine au large de Tyr, vraisemblablement l'épave d'un navire faisant route vers Chypre ou en revenant. Par comparaison avec la sculpture chypriote sur pierre, il est possible de la dater du milieu du Ve siècle av. J.-C. Elle représente un jeune homme imberbe, au caractère juvénile marqué par des traits pleins, des joues rondes, une bouche souriante, et par l'aspect parfaitement lissé de l'engobe brun. Sous les arcades sourcilières bien dessinées, les yeux en amande sont, comme sur les plus belles têtes de Chypre, bordés d'un bourrelet simulant le relief des paupières. Le traitement de la chevelure est extrêmement recherché : les boucles, faites de boudins d'argile enroulés et juste appliqués sur la surface, sont en fort relief ; deux rangées encadrent le visage et cinq autres, concentriques, recouvrent entièrement le sommet du crâne. La couronne est constituée de feuilles grossièrement découpées dans la plaque d'argile, difficiles à identifier : laurier ou myrte, qui font respectivement référence au culte d'Apollon et d'Aphrodite. Deux disques superposés forment la fleur centrale. Des perforations dans le lobe des oreilles étaient destinées à recevoir des anneaux rapportés, sans doute en métal précieux. Le cou très large présente un bord inférieur soigneusement fini qui prouve que l'oeuvre est complète. L'hypothèse selon laquelle cette tête était assemblée avec un corps modelé à part, le raccord se faisant sous l'encolure de la tunique, semble très probable : elle correspondrait alors à une figure en pied d'environ 80 cm.

La grande coroplastie phénicienne

Cette taille, considérable pour la coroplastie phénicienne, invite à la rapprocher d'un ensemble de figures de terre cuite aux dimensions comparables : la plus grande connue à ce jour dans le domaine phénicien est, semble-t-il, un personnage à haute coiffure conique, mesurant 1,26 m, le bras gauche brandissant une arme dans l'attitude dite "du smiting god" ; sa surface présente des concrétions de même nature que celles de notre tête. Un orant debout, haut de 92 cm, et vêtu d'une tunique courte a été repéré sur le marché de l'art : il doit être rapproché, par le style du visage et la technique de la céramique, d'un autre orant, d'environ 80 cm de haut, entré au Louvre en même temps que la tête bouclée et trois figures de terre cuite. Un porteur d'amphore de même origine complète ce groupe. Ces grandes figurines illustrent un aspect encore peu connu de la coroplastie phénicienne qui trouve des parallèles dans la production chypriote et peut être mis en relation avec les sarcophages anthropoïdes de terre cuite, récemment mis au jour dans la région d'Amrit et conservés au Musée de Tartous. Ces derniers, comme la belle tête du Louvre, montrent un type de visage comparable et le même goût pour un traitement très décoratif de la chevelure. Notre tête donne ainsi, avec l'ensemble auquel elle appartient, un aperçu de la circulation en Méditerranée de statues votives sans doute destinées à des sanctuaires étrangers.

Bibliographie

- Catalogue de vente de Drouot, Étude Boisgirard, 12-10-1987, n 168.

- Exposition Paris, Musée du Louvre, 1989 (sans catalogue).

- Gubel E., 1992, p.172, fig.10.

Cartel

  • Tête féminine

    Ve siècle avant J.-C.

    Sud Liban

  • Terre cuite moulée et modelée

    H. : 15 cm. ; L. : 11 cm. ; Pr. : 11 cm.

  • Acquisition 1989

    AO 29577

  • Antiquités orientales

    Aile Sully
    Rez-de-chaussée
    Levant : les royaumes phéniciens, VIIIe siècle avant J.-C. - IIe siècle avant. J.-C. Byblos, Phénicie, les royaumes phéniciens du Nord, Sidon, Umm el-Amed, Tyr et sa région
    Salle 17 b, salle fermée au public, non exposé
    Vitrine 1

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet