Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Tête de cavalier dit "Cavalier Rampin"

Œuvre Tête de cavalier dit "Cavalier Rampin"

Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : Art grec archaïque (du VIIe au VIe siècle av. J.-C.)

Tête de cavalier

© 2006 Musée du Louvre / Daniel Lebée et Carine Deambrosis

Antiquités grecques, étrusques et romaines
Art grec archaïque (du VIIe au VIe siècle av. J.-C.)

Auteur(s) :
Marie-Bénédicte Astier

Chef-d'œuvre de l'art archaïque, le Cavalier Rampin mêle la sobriété attique à la richesse décorative de la Grèce de l'Est. Seule originale, la tête est présentée sur le moulage d'un groupe équestre fragmentaire, conservé au musée de l'Acropole d'Athènes. L'identité du cavalier est incertaine : la statue représenterait un héros ou un membre de l'aristocratie athénienne, à moins que la couronne de feuillage qu'il arbore ne soit le prix d'une victoire remportée dans un concours panhellénique.

Le Cavalier Rampin

Trouvée sur l'Acropole d'Athènes en 1877, cette tête masculine créée vers 550 av. J.-C. est acquise par Georges Rampin, qui la lègue au musée du Louvre en 1896. Dix ans plus tôt, un torse de cavalier et les fragments d'un cheval avaient été exhumés de la fosse creusée sur l'Acropole afin d'y recueillir les statues brisées lors de la mise à sac de la cité par les Perses en 480 av. J.-C. Ce n'est qu'en 1936 que l'archéologue anglais Humphry Payne rapproche cette tête du groupe équestre conservé au musée de l'Acropole d'Athènes (leurs moulages complètent désormais la présentation de la tête du Louvre). La dissymétrie du cou, inhabituelle au VIe siècle av. J.-C., trouve ainsi une explication : le groupe est interprété comme un monument composé de deux cavaliers formant pendant.

Une identité incertaine

L'identité du personnage est incertaine. Pendant longtemps, l'hypothèse d'un second cavalier fait croire à une représentation d'Hippias et d'Hipparque, les fils de Pisistrate, que leurs noms prédestinaient à l'équitation. Le cheval (hippos en grec) est d'ailleurs l'apanage des membres de l'aristocratie. Le monument aurait été érigé après le retour du tyran à Athènes en 546 av. J.-C. On a aussi supposé que le groupe figurait Castor et Pollux, héros cavaliers fréquemment représentés sur les vases entre 550 et 510 av. J.-C., sans exclure une assimilation entre les Dioscures et les Pisistratides. Un examen des fragments a montré dernièrement qu'ils appartenaient à d'autres cavaliers, rendant caduques les précédentes hypothèses. En fait d'ex-voto, celui-ci ne serait pas double mais simple : le Cavalier Rampin compterait parmi les offrandes de cavaliers dédiés en grand nombre sur l'Acropole, représentant le vainqueur d'une course acclamé par la foule qu'il salue d'un signe de tête. Cette nouvelle interprétation expliquerait la présence dans la chevelure d'une couronne d'ache, sorte de céleri sauvage dont on coiffait les vainqueurs aux jeux de l'Isthme qui se déroulaient à Corinthe ou aux jeux de Némée.

Chef-d'oeuvre de l'art archaïque athénien

La tête du Louvre est d'une facture exceptionnelle. Elle est parfois attribué au "Maître Rampin", le sculpteur de la Corè en péplos (musée de l'Acropole d'Athènes, 530 av. J.-C.). Les deux marbres présentent la même conception attique du visage : la structure triangulaire est délimitée par des pommettes saillantes et un menton pointu ; la physionomie est avenante, animée par des yeux en amande et par un doux sourire. Pourtant la Tête Rampin mêle à la sobriété du modelé une grande richesse décorative dans le travail des ornements capillaires. Les effets d'épaisseur des perles de la coiffure, les petites mèches enroulées de la frange et le fin grènetis de la barbe trahissent l'influence de la Grèce de l'Est, diffusée à Athènes par les immigrés ioniens qui fuient l'Asie Mineure menacée par les Perses. La polychromie rouge et noire, partiellement conservée, ajoutait à cette impression de raffinement.

Bibliographie

- HAMIAUX M., Les Sculptures grecques, I, 2e édition, Paris, 2001, p. 88-89, n 80.

- SCHNEIDER E., Untersuchungen zum Körperbild attischer Kuroi, Möhnesce, 1999, p. 252-255.

- HOLTZMANN B. & PASQUIER A., L'Art grec, manuels de l'Ecole du Louvre, Paris, 1998, p. 132-133.

- PROST F., "Notes de sculpture grecque, I. La barbe du cavalier Rampin", in TOPOI, 8, 1998, p. 9-29.

- Trianti I., To Mouseio Akropoleôs, Athènes, 1998, p. 183-184, fig. 192-193.

- EAVERLY M.A., Archaic Greek Equestrian Sculpture, Ann Arbor, 1995, p. 21-22, p. 73-78, n 1, pl. 1-4.

- CROISSANT F., Les Protomès féminines archaïques : recherches sur les représentations du visage dans la plastique grecque de 500 à 480 av. J.-C., Bibliothèque des Ecoles Françaises d'Athènes et de Rome, 250, 1983, p. 74-75.

- HERMARY A., "Images de l'apothéose des Dioscures", in Bulletin de Correspondance Hellénique, 102, 1978, p. 74-75.

- BROUSKARI M., Musée de l'Acropole. Catalogue descriptif, Athènes, 1974, p. 57-58, n 590.

- KLEINE J., Untersuchungen zur Chronologie der attischen Kunst von Peisistratos bis Themistocles, Istanbuler Mitteilungen, suppl. 8, 1973, p. 36-40.

- DEYHLE  W., "Meisterfragen der archaischen Plastik Attikas", in Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts. Athenische Abteilung, 84, 1969, p. 1-10.

- TSIRIVAKU-NEUMANN C., "Zum Meister der Peploskore", in Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts. Athenische Abteilung, 79, 1964, p. 114-126.

- LA COSTE-MESSELIERE P. (de), "Les corès de l'Acropole", in Journal des Savants, 1942, p. 26-31.

- SCHRADER A., SCHUCHHARDT W.H. &  LANGLOTZ E., Die archaischen Marmorbildwerke der Akropolis, Francfort-sur-le-Main, 1939, p. 212-225, fig. 210-248, pl. 134-137;

- RUMPF A., "Endoios. Ein Versuch", in Critica d'Arte, 3, 1938, p. 41-48, pl. 29, 1 ; 31, 5.

- PAYNE H. & YOUNG G.M., Archaic marble sculpture from the Acropolis, Londres, 1936, p. 6-9, pl. 11 a-c, pl. 124, pl. 133, 3-4, fig. 1 d-e.

- LECHAT H., "La tête Rampin. Marbre attique du VIe siècle avant notre ère (Musée du Louvre)", in Monuments et Mémoires. Fondation Piot, 7, 1900, p. 143-151, pl. 14.

Cartel

  • Tête de cavalier

    Vers 550 avant J.-C.

    Provenance : Acropole d'Athènes

    Fabrication : Athènes

  • Marbre insulaire, traces de polychromie : peinture rouge pour les cheveux, la moustache, la barbe et l'iris, noire pour la pupille. Reste d'une pointe métallique au sommet du crâne

    H. : 27 cm.

  • Legs G. Rampin, 1896

    Ma 3104

  • Antiquités grecques, étrusques et romaines

    Aile Denon
    Entresol
    Grèce préclassique
    Salle 1, actuellement fermée au public

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet