Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Tête princière

Œuvre Tête princière

Département des Arts de l'Islam : 1000-1250 : Recomposition politique et naissance des sultanats

Arts de l'Islam
1000-1250 : Recomposition politique et naissance des sultanats

Auteur(s) :
Cette notice d'œuvre vous est présentée par Canson

Cette tête témoigne de l’existence de décors monumentaux sculptés en Iran au tournant des 12e - 13e siècles. Le personnage représenterait un membre de l’élite militaro-princière turque et illustre parfaitement les canons stylistiques de l’époque, inspirés par la littérature persane.

Cette tête au sourire serein est un bel exemple de la place de la figuration dans les milieux urbains raffinés iraniens, au tournant des 12e -13e siècles ; elle témoigne également de l’existence de grands décors sculptés destinés à des ensembles palatiaux. Les proportions de la tête indiquent que le personnage était grandeur nature, traité avec un naturalisme dont l’effet était accru par la polychromie ; on perçoit encore des restes de couleur noire sur la chevelure et les sourcils, de rouge sur le visage et de bleu céleste vers la boucle d’oreille. Le personnage porte une coiffe bordée de fourrure et de forme triangulaire sur le devant, signe distinctif de l’élite militaro-princière turque. Il était probablement adossé à une façade comme semble l’indiquer l’inachèvement de l’arrière de la tête. On peut imaginer qu’à l’instar de deux têtes en stuc très semblables, conservées au musée d’art islamique de Berlin, cette tête provienne de la ville de Rayy, détruite par les hordes mongoles en 1220.

Des traits communs unissent les têtes de Berlin et celle du Louvre : les yeux tracés droit et s'étirant jusqu'à la tempe, la petite bouche au sourire légèrement esquissé, l'aspect assez plat du visage et la subtilité du traitement général. Autant de caractéristiques illustrant la beauté telle qu’elle est décrite dans la poésie persane : on y évoque des figures de "lune à la bouche menue", aux "lèvres couleurs de cornaline" et au "visage rose piqué de rouge ». Ces métaphores sont notamment employées dans un roman en vers composé au 11e siècle (Le roman de Varqa et Gulsha) et dont le palais de Topkapi à Istanbul conserve une rare copie illustrée de la fin du 12e siècle. Ses peintures, directement inspirées par la littérature, témoignent des canons stylistiques de l’époque dont la tête en stuc du Louvre offre une représentation sensible.

 

Bibliographie

. Makariou S. (dir.), Nouvelles acquisitions, Arts de l'Islam : 1988-2001, [Musée du Louvre, Département des antiquités Orientales]. Paris, RMN, 2002. p. 68-69. n° 34.
. Makariou S. (dir.), Les Arts de l’Islam au musée du Louvre, Paris, musée du Louvre éditions et Hazan, 2012 (à paraître).

Cartel

  • Tête princière

    fin 12e - début 13e siècle

    Iran, Rayy ( ?)

  • Stuc façonné, traces de polychromie

    H. max. 32,5 cm ; L. max. 16,7 cm

  • Achat, 1999

    MAO 1237

  • Arts de l'Islam

    Aile Denon

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet