Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Triptyque de la famille Braque

Triptyque de la famille Braque

© 2001 RMN / René-Gabriel Ojéda

Peintures
Peinture flamande

Auteur(s) :
Guillaume Kazerouni

Retable pour un autel portatif à un usage privé. Aux revers matériels et funêbres (tête de mort, croix et armoiries des Braque-Brabant - Jean Braque décède vers 1452) s'oppose la paradisiaque vision de l'avers : le Christ rédempteur et glorieux entre Marie et saint Jean l'Evangéliste, en position frontale et hiératique comme dans une icône, sur un enchanteur fond de paysage englobant tout le retable. Sur le volet gauche est figuré saint Jean-Baptiste, sur celui de droite, sainte Marie Madeleine.

Une œuvre commémorative à usage privé

Le triptyque ouvert présente, sur le panneau central, le Christ entre la Vierge et saint Jean l’Evangéliste, sur le volet gauche, saint Jean-Baptiste avec, dans le fond, le baptême du Christ et, sur le volet droit, Marie Madeleine avec son pot d’onguent. Le Christ est présenté de face et les autres personnages convergent vers lui. Les revers des volets sont peints et portent les armoiries de Jean Braque de Tournai et de Catherine de Brabant, ainsi qu’une tête de mort appuyée sur une brique rongée par le temps et une croix portant une inscription relative à la mort. Ces éléments sont liés à la fonction commémorative de l’œuvre. Le triptyque devait être rangé dans un étui et généralement présenté fermé. Il possède encore son encadrement originel. L’œuvre a probablement été réalisée vers 1451-1452 pour Catherine de Brabant en souvenir de son époux mort en 1452. Cette hypothèse est confortée par le programme iconographique qui manifestement se construit autour du personnage de Jean Braque (présence des deux saints homonymes) et de sa mort (au revers, ses armoiries sont placées au-dessus du crâne). Le texte placé sur la croix aux côtés des armes de sa femme fait allusion à l’amertume de la mort lorsqu’elle touche un homme heureux. Le volet où figure Marie Madeleine semble entièrement dédié à Catherine de Brabant. Même la croix du revers est extraite de ses armoiries et les larmes de la sainte pourraient être un rappel de la douleur causée par la perte de son époux. Elle mourut en 1499 et, malgré son second mariage, se fit enterrer auprès de son premier époux.

Influence de Van Eyck

Les personnages saints sont représentés à mi-corps comme des icônes devant un paysage qui unifie les trois panneaux et leur donne de la profondeur. Le remplacement du fond d’or traditionnel par un paysage panoramique prenant modèle sur les œuvres de van Eyck est d’une grande nouveauté dans le cadre de ce type d’iconographie. Il apparaîtra en Italie quelques années plus tard sous l’influence des peintres flamands. Les figures sont traitées comme de véritables portraits sacrés. Le revers des volets extérieurs se présente comme un memento mori, rappel de la condition humaine et de la fragilité de la vie.
Les textes qui ondulent au-dessus des figures contribuent également à mettre en valeur la signification de l’œuvre où l’idée de la rédemption domine. La figure du Christ avec le globe couronné d’une croix le présente comme le « Salvator Mundi ».

Le rôle de la lumière

La lumière joue un rôle important dans l’unité de l’ensemble ainsi que dans la structure des personnages et du paysage. Elle semble, d’après les ombres, venir de la gauche par une source extérieure qui pourrait être la fenêtre dont le peintre fait figurer le reflet dans le globe que tient le Christ. Elle fait vibrer les couleurs et donne du volume aux personnages. La présence de la fenêtre a aussi été mise en rapport avec la fonction privée de l’œuvre qui devait être utilisée dans un cadre domestique.

Cartel

  • Rogier van der WEYDEN (Tournai, 1399-1400 - Bruxelles, 1464)

    Triptyque de la famille Braque

  • H. : 0,40 m. ; L. : 0,60 m.

  • Acquis en 1913 auprès de la Galerie Kleinberger , 1913

    Panneau central : Le Christ rédempteur entre la Vierge et saint Jean ÉvangélisteVolet gauche : Saint Jean Baptiste et, au revers, crâne et armoiries de BraqueVolet droit : Sainte Madeleine et, au revers, croix et armoiries mi-parti de Braque et de Brabant

    R.F. 2063

  • Peintures

    Aile Richelieu
    2e étage
    Pays-Bas, XVe siècle
    Salle 5

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet