Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Vase de fleurs dans une niche

Œuvre Vase de fleurs dans une niche

Département des Peintures : Peinture hollandaise

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Vase de fleurs dans une niche

© 2005 Musée du Louvre / Erich Lessing

Peintures
Peinture hollandaise

Auteur(s) :
Adeline Collange

Van Huysum utilise ici les motifs traditionnels de la peinture de fleurs qu'il pousse à un haut degré de somptuosité décorative, à l'asymétrie joyeuse et aux coloris vifs. Les différentes espèces florales sont représentées avec un souci de vérité naturaliste à la fin de leur épanouissement. Cette composition est à rapprocher de l'esprit des vanités : la beauté de ces fleurs fanera bientôt, les gouttes de rosée symbolisent l'évanescence de la vie, les mouches évoquent sa décomposition prochaine.

L'acuité d'un herbier

Jan Van Huysum utilise ici des motifs traditionnels du genre de la peinture de fleurs. La présentation d'une composition florale dans une niche évoque l'art du trompe-l'oeil, comme si l'espace s'enfonçait réellement dans le mur. À cette volonté illusionniste s'ajoute la vérité naturaliste, si chère aux pays du Nord. Ainsi la représentation a-t-elle l'acuité d'un herbier, mais d'un herbier ô combien décoratif. Chacune des espèces possède ses qualités propres : corolles bleutées des petites belles-de-jour, grappes tintinnabulantes des jacinthes des bois, opulence sanguine d'une grosse pivoine, fragilité du pavot coquelicot, beauté bicolore et recherchée de la tulipe, gracilité de l'oeillet et douceur soyeuse des roses blanches...

Vanité florale

Derrière cette abondance décorative se cache un message moralisateur. Cependant, il ne faut pas chercher une symbolique pour chacune des espèces représentées ici. Si les XVe et XVIe siècles appliquaient couramment une signification particulière à chaque plante, cela devient beaucoup plus rare dès le XVIIe siècle. Le bouquet doit être pris dans son ensemble comme une mise en garde du caractère transitoire de l'existence, rejoignant ainsi l'esprit des vanités. Le peintre mêle des fleurs de vie comme la rose, l'oeillet et la belle-de-jour, à la jacinthe et au narcisse, symbole de mort, ou encore au pavot, évoquant le sommeil éternel. La plupart de ces fleurs sont à la fin de leur épanouissement, encore quelques heures et leur beauté se fanera. Leur finitude inéluctable est illustrée par le pavot : Van Huysum juxtapose un bouton sur le point d'éclore, une fleur ouverte à la maturité échevelée et enfin le pauvre coeur de la plante qui a perdu sa parure de pétales. Des gouttes de rosée constellent les feuilles, soulignant l'évanescence de cette vie. La présence des insectes, accentuant l'effet de trompe-l'oeil, possède une double signification. Alors que les papillons, symbole de l'âme, incarnent le cycle de la vie, les mouches en soulignent la corruption, évoquant sa décomposition prochaine. Cette dénonciation de la vanité des plaisirs terrestres doit nous pousser à mener une vie juste et bonne, promesse d'éternité.

Virtuosité décorative

Van Huysum, en artiste virtuose, a multiplié de nombreuses peintures de bouquets floraux. Aux agencements émaillés et rigoureux, voire quasi géométriques d'un intimiste tel Ambrosius Bosschaert, il préfère cet extraordinaire foisonnement végétal au faste décoratif. Son art amplifie les compositions de ces prédécesseurs dans un souffle baroque d'asymétrie joyeuse et de vifs coloris. Les tiges, qui partent en tous sens, font exploser l'ordonnancement du bouquet. L'amoncellement de fleurs nous ferait presque oublier le vase, caché sous les feuillages, qui ne les contient qu'à grand-peine. Émouvant paradoxe que ces plantes qui semblent vouloir déborder de cette niche, dans un dernier sursaut vital annonçant leur fin.

Bibliographie

- FOUCART Jacques, Catalogue des peintures flamandes et hollandaises du musée du Louvre, Paris, Gallimard/Musée du Louvre éditions, 2009, p. 318

- TAPIE Alain, Le Sens caché des fleurs : symbolique & botanique dans la peinture du XVIIe siècle, Adam Biro, 1997.

Cartel

  • Jan van HUYSUM (Amsterdam, 1682 - Amsterdam, 1749)

    Vase de fleurs dans une niche

    Vers 1720 - 1740

  • H. : 0,80 m. ; L. : 0,61 m.

  • Legs Léon Moreaux, 1891

    R.F. 708

  • Peintures

    Aile Richelieu
    2e étage
    Flandres, Hollande, première moitié du XVIIIe siècle
    Salle A

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Signé : JAN VAN HUYSUM FECIT