Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Vase égyptien et son socle

Œuvre Vase égyptien et son socle

Département des Objets d'art : XIXe siècle

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Vase égyptien

© 2001 RMN / Walter Marc

Objets d'art
XIXe siècle

Auteur(s) :
Muriel Barbier

Depuis 1791, Blaise-Louis Deharme était à la tête d'ateliers réalisant des objets en tôle vernie. Il en sortit d'abord des oeuvres de petite dimension puis, encouragée par le gouvernement, la Manufacture de vernis sur métaux, sise rue Martel à Paris, réalisa deux vases monumentaux dont le vase égyptien conservé au Louvre. Ce grand vase montre l'intérêt, au début du XIXe siècle, pour les matériaux nouveaux et pour l'Égypte pharaonique.

Un vase monumental en tôle

Le goût pour la performance technique donne naissance à des vases monumentaux dans différents matériaux. Cette mode se manifeste d'abord à la manufacture de Sèvres à la fin de l'Ancien Régime et se prolonge tout au long du XIXe siècle. Ce même goût du monumental présida à la création du vase égyptien et de son piédestal. Suite aux multiples demandes par Blaise-Louis Deharme au ministère de l'Intérieur pour signer des contrats avec sa manufacture et la tirer de ses difficultés économiques, la commande de deux vases monumentaux est lancée en 1804. La Manufacture de vernis sur métaux fabriquait des objets en tôle, vernis, dorés et peints, destinés à l'architecture et à l'ameublement. Jean-Antoine Chaptal (1756-1832), ministre de l'Intérieur de 1800 à 1804, demanda qu'on lui présentât des modèles de vases pour orner les salles du gouvernement. Il choisit un vase Médicis (Louvre) et le vase égyptien. Ce dernier fut achevé en 1806 et présenté à l'exposition des produits de l'industrie. Il servit par la suite dans le premier salon des Grands Appartements au palais des Tuileries puis, à partir de 1808, dans la galerie de Diane, en pendant au vase Médicis.

L'Égyptomanie

La campagne d'Égypte de Napoléon Bonaparte avait été relayée par nombre de publications qui firent oublier le désastre militaire qu'elle fut. Dominique-Vivant Denon qui avait accompagné les armées en Égypte revint avec de multiples croquis et publia le Voyage dans la Basse et la Haute Égypte, pendant les campagnes du général Bonaparte en 1802. Au stade des premiers projets, Blaise-Louis Deharme présente son dessin du vase comme fait d'après l'ouvrage de Denon, nécessaire caution scientifique. Or, aucun élément de cette somme n'a pu réellement l'inspirer. Deharme ne semble pas avoir les connaissances nécessaires pour réinterpréter sa source. L'architecte Charles Percier lui conseille alors un de ses élèves : l'architecte François Debret (1777-1850). Ce dernier semble s'être inspiré d'un autre ouvrage de l'Institut d'Égypte à l'état d'ébauche : La Description de l'Égypte. Le vase est orné de palmettes et de frises de personnages passant rappelant les bas-reliefs égyptiens. Les anses sont formées de serpents reposant sur des têtes de pharaons. Cette évocation de l'Égypte pharaonique était assimilée dans l'esprit des contemporains au prestige de l'expédition de Bonaparte illustrée grâce au socle qui portait sur deux de ses faces la présentation de la bataille des Pyramides et la visite de Bonaparte aux pestiférés de Jaffa.

Les modifications de la Restauration

Les symboles napoléoniens n'étant plus en faveur sous la Restauration, le vase fut considérablement modifié mais n'en garda pas moins son aspect égyptisant. Les deux tableaux furent supprimés ainsi que les aigles et les N de Napoléon et remplacés par des rosaces, des couronnes "hemhemet" et des hiéroglyphes encore en place aujourd'hui. Ceux-ci n'ont d'ailleurs aucun sens et sont utilisés ici à des fins purement décoratives. L'Égypte était regardée comme un ailleurs exotique et fascinant, une civilisation dont tout État rêvait d'égaler la puissance, tant à l'époque de Napoléon Bonaparte que pendant la Restauration où Champollion publiait le résultat de ses recherches, notamment sur l'écriture.

Bibliographie

Samoyault J.-P., "Chefs-d'oeuvre en tôle vernie de l'époque consulaire et impériale (1801-1806)", in La Revue du Louvre et des musées de France, 1977, 5-6, p. 322-334.
Égyptomania, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1994, p. 277-280.

Cartel

  • Manufacture de Vernis sur Métaux ((rue Martel))

    Vase égyptien

    1804 - 1806

    Paris

  • Tôle vernie, bronze doré

    H. : 1,80 m. ; D. : 0,95 m.

  • Provenant du palais des Tuileries

    LP 3275, LP 3277

  • Objets d'art

    Aile Richelieu
    1er étage
    Jacob-Desmalter
    Salle 72

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet