Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Vase à kohol en forme de petit porteur nubien

Œuvre Vase à kohol en forme de petit porteur nubien

Département des Antiquités égyptiennes : Nouvel Empire (vers 1550 - vers 1069 av. J.-C.)

Vase porté par un serviteur

© Musée du Louvre/C. Décamps

Antiquités égyptiennes
Nouvel Empire (vers 1550 - vers 1069 av. J.-C.)

Auteur(s) :
Geneviève Pierrat-Bonnefois

Ce petit vase à kohol en forme de serviteur est un excellent témoignage des goûts de la société raffinée du Nouvel Empire. Les gens des classes aisées portent un grand soin à leur toilette. Ils apprécient les objets d’art gracieux dans leur cadre de vie et ils se plaisent à retrouver dans leur décor un écho de leurs privilèges.

Un vase et une statuette

Ici, la statuette est en fait un objet fonctionnel. En effet, le personnage supporte une jarre énorme pour lui, mais qui possède pour l’utilisateur de l’objet, la taille idéale d’un petit vase de toilette. Ce modèle de jarre est bien connu en grande taille en calcite ou en terre cuite ; il existe en format réduit, en pierre et en verre. Le porteur est taillé dans un seul morceau de calcaire et est hissé sur un piédestal en calcite, selon un jeu de matières dont les Egyptiens étaient amateurs. Son pagne noué entre les cuisses était orné d’une retombée de tissu incrustée, aujourd’hui disparue, comme sa boucle d’oreille.

Une société de maîtres et de serviteurs

Le confort et le goût du luxe s’accroissent au cours de la 18e dynastie. La classe supérieure de la société embellit son décor quotidien d’objets gracieux et de grande valeur esthétique, qui demeurent cependant fonctionnels. Les vases de toilette occupent une grande place depuis toujours dans la vie égyptienne. La jarre en réduction dont le bonhomme est chargé contient encore des restes de poudre noire, le kohol dont on faisait grand usage.
Au Nouvel Empire, les Egyptiens aisés comptent parmi leur personnel domestique des Nubiens, dont le pays est alors complètement colonisé. Celui-ci peut être identifié par sa coiffure en zones et son visage aux traits typés. En outre, il présente les jambes courtes d’un nain et son dos est bossu, des difformités souvent attestées sur les représentations des domestiques. Il n’est pas impossible que la présence de nain au sein des familles ait été recherchée pour des raisons superstitieuses.

Le mouvement dans l'art égyptien

L’axe vertical du corps, qui passe entre les deux pieds et par le nombril, aboutit contre son oreille gauche : le torse est donc déjeté sur sa droite afin de compenser le poids du vase, entièrement porté sur son épaule gauche. Le visage est légèrement tourné vers sa gauche. De profil, le corps est penché vers l’avant pour équilibrer la charge portée sur l’arrière de l’épaule. L’homme donne l’impression de marcher péniblement, comme écrasé par sa charge.
La loi de frontalité habituelle en art égyptien pour la représentation humaine est ici ignorée, au bénéfice du rendu de l’effort par un mouvement complexe. L’œuvre est conçue pour être vue de tous côtés, et non selon les quatre points de vue traditionnels (avant-arrière, profil droit-profil gauche). Seul le socle au plan carré donne une indication d’orientation.
La raison de cette liberté vis-à-vis des conventions artistiques est simple : ce n’est pas un individu précis qui est figuré ici, que l’on pourrait désigner, mais un sujet de genre : le serviteur au travail.  L’expression de la stabilité éternelle recherchée pour les portraits des notables, des dieux et des rois est ici abandonnée pour celle de l’effort. Les Egyptiens savaient parfaitement exprimer le corps en mouvement.

Bibliographie

- PIERRAT-BONNEFOIS G., ZIEGLER Ch., L’Art en Egypte au temps des Pharaons, les collections du Louvre, catalogue d’exposition bilingue franco-portugais, FAAP, Sao Paulo, 2001, p. 196-198, notice n° 21.

- VANDIER D’ABBADIE J., Musée du Louvre Département des Antiquités Egyptiennes - Catalogue des objets de toilette égyptiens, Editions de la Réunion des musées nationaux, Paris, 1972, p. 102-103, notice n° 393.

- DAVID, Amenophis III, Connaissance des arts, 1993, T. hors série, n° 36, p. 10.

Cartel

  • Vase porté par un serviteur

  • calcaire et albâtre

    H. : 11,50 cm.

  • N 1344

  • Antiquités égyptiennes

    Aile Sully
    Rez-de-chaussée
    La parure
    Salle 9
    Vitrine 2 : Produits de beauté

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet