Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Vénus et les Grâces surprises par un mortel

Vénus et les Grâces surprises par un mortel

© 1981 RMN / Daniel Arnaudet / Jean Schormans

Peintures
Peinture française

Auteur(s) :
Guillaume Kazerouni

Blanchard fut surnommé le "Titien français", en hommage à son coloris proche de celui des Vénitiens, mais aussi pour ses évocations de la beauté féminine. Autrefois dénommée Cimon et Éphigène (Boccace, Décaméron), cette scène est probablement tirée d'une source littéraire ancienne qui reste à identifier.

Le "Titien français"

Jacques Blanchard est l'une des figures importantes de la peinture parisienne des années 1630. Formé à Lyon par Horace Le Blanc, il s'installe à Paris après un séjour en Italie. Marqué par la lumière et la couleur des peintres vénitiens, il sera surnommé le "Titien français". Ses peintures montrent aussi qu'il dut être sensible à l'art de Rubens, qui avait achevé, quelques années plus tôt, le cycle de la vie de Marie de Médicis au palais du Luxembourg. Le tableau du Louvre fit grande sensation au moment de son acquisition. L'aspect coloré de la toile s'opposait, en effet, à La Charité du même peintre que possédait alors le musée. Blanchard se revèle, dans le tableau présenté, plus "baroque" que "classique".

Mystérieuse mythologie

L'épisode mythologique auquel fait référence cette oeuvre empreinte d'une grande sensualité n'a pu à ce jour être élucidé. Vénus, déesse de la Beauté et de l'Amour, est endormie auprès de son fils Cupidon et de trois nymphes à la pose alanguie et identifiées aux Grâces de par leur nombre. Leur chair dorée et voluptueuse répond à la grande tenture de velours formant un baldaquin de fortune. Ce spectacle sensuel semble méduser et surprendre un homme de passage. La scène rappelle celle de la déesse Diane surprise par Actéon alors qu'elle prenait un bain avec ses compagnes. Le mortel fut transformé en cerf et condamné à être dévoré par ses chiens. Ici, la déesse dort encore et le sort du pauvre homme demeure pour le moment incertain. Le peintre donne, avec cette représentation, l'une de ses compositions érotiques.

Blanchard et la peinture française dans les années 1630

La peinture parisienne des années 1630 est dominée par la figure de Simon Vouet. L'activité picturale est alors d'une grande variété. Se croisent, dans la Capitale, des peintres du Nord, d'Italie et de toutes les provinces françaises. La variété de la production est directement liée à cette présence cosmopolite. De plus, se mêlent aux innovations italiennes introduites, entre autres, par Vouet une forte tradition issue de l'école de Fontainebleau. Blanchard en donne un exemple dans le choix non seulement de son sujet mais aussi de la disposition de certains personnages. S'ajoutent les tendances naturaliste et maniériste venues du Nord. N'oublions pas que l'activité d'un peintre comme Georges Lallemant prend alors toute sa dimension et que Claude Vignon, issu de la même mouvance, connaît un grand succès. Blanchard, plus que Vouet, met en évidence dans sa production cette multiplicité d'influences par une interprétation lumineuse et personnelle, dont témoigne le tableau du Louvre. Il figure parmi ses plus grands chefs-d'oeuvre.

Cartel

  • Jacques BLANCHARD (Paris, 1600 - Paris, 1638)

    Vénus et les Grâces surprises par un mortel

    Vers 1631 - 1633

  • H. : 1,7 m. ; L. : 2,18 m.

  • Acquis en 1921

    R.F. 2317

  • Peintures

    Aile Richelieu
    2e étage
    Les peintres de Louis XIII
    Salle 12

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Signé en bas à gauche : (J ?) Blanchar fecit