Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Vieillard et enfant

Œuvre Vieillard et enfant

Département des Arts graphiques : XVIIIe siècle

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Vieil homme et enfant

Arts graphiques
XVIIIe siècle

Auteur(s) :
Sarah Boyer

Dans ce dessin figurant un départ, l’intérêt de Greuze se porte sur le rendu psychologique des personnages : l’assurance affectueuse du vieil homme, traduite par la main posée sur l’épaule du jeune homme, contraste avec l’angoisse suspicieuse de celui-ci, visible dans la main droite posée sur sa poitrine et le rejet de son buste en arrière. Loin de tout attendrissement, l’œuvre met en lumière la part de Greuze dans ce que Diderot appelait la « peinture morale ».

Un style "noble"

Reçu peintre de genre en 1769, Greuze s’oppose à l’esprit galant et frivole de Watteau et Boucher. Parfois mis en rapport avec La Malédiction paternelle  (Louvre) ou, pour la Tête de vieillard, avec l’Accordée de village, Le Fils ingrat, Le Fils puni (Louvre) et Un paralytique soigné par sa famille  (Le Havre, musée des Beaux-Arts), ce dessin, exemplaire de son style « noble », aborde le thème du départ, traité plus amplement dans Le Départ d’un jeune Savoyard (Amsterdam, Historisch Museum) ou dans Le Départ de Barcelonnette, exposé au Salon de 1769.
Daté aux alentours de 1767 par la proximité des attitudes avec le Septime Sévère et Caracalla  (Louvre), déjà débuté, ce dessin s’oppose à l’émotion et l’attendrissement qui sont parfois reprochés à Greuze. Avant-coureur du néoclassicisme affirmé par David 15 ans plus tard avec Le Serment des Horace (Louvre), il évoque le groupe de Bélisaire et l’enfant  (Lille, Musée des Beaux-Arts) peint en 1781 par le même David.

Un genre nouveau : la peinture morale

Diderot intitule « peinture morale » les scènes moralisantes de grand format, peuplées de nombreuses figures, un genre reflété aussi par certaines de ses pièces. Née quand la demande de sujets vertueux croît, elle combine bon goût, réalisme (dans les vêtements, les gestes et l’expression) et unité d’action pour construire une morale. Les sujets de la vie domestique et quotidienne trouvent racine en Angleterre, notamment dans les œuvres de Hogarth. Ici, le format somptueux, l’écriture calligraphique d’éléments, comme la manche du jeune homme, les accents de noir portés sur certains points, tel son œil gauche, ainsi que l’utilisation du pinceau sec, laissant apparent le grain du papier, définissent une facette de son art de dessinateur, les sanguines, parfois en deux tons, caractérisant l’autre.

Un peintre de la modernité

Peinture de genre et peinture morale privilégient le réalisme du sujet et la modernité du costume. Mais la première, descriptive, accumule les détails et présente des mœurs intemporelles. La peinture morale, aux sujets modernes et non d’histoire, prétend édifier, se satisfait de la vraisemblance et s’enracine dans l’histoire en présentant un propos réformateur. Le principe de réalité, où le motif s’oppose au modèle, devient un argument contre l’académisme. Greuze affirme son originalité historique par l’exigence du réel, rupture décisive avec le rococo. Il prend pour objet une classe sociale, la paysannerie, mais la décrit au travers du système déformant des valeurs bourgeoises, d’où le processus d’idéalisation de cet univers rustique. Il incarne autour de 1760 toutes les virtualités, même contradictoires, de la peinture française : la réaction morale, le choix de l’antique, le constat social, la redécouverte de la famille et la rénovation du genre.

Bibliographie

- MUNHALL Edgar, Greuze the draftsman, cat. exp. New York, The Frick Collection, Los Angeles, The J. Paul Getty Museum, 2002, Londres, Murell Publishers Ltd, New York, Frick Collection, 2002

- LEDBURY Mark, Sedaine, Greuze and the boundaries of genre, Oxford, Voltaire Foundation, 2000.

- RENOUVIER Jules Maurice Barthélemy, MONTAIGLON Anatole (de), Histoire de l'art pendant la révolution 1789-1804 : suivi d'une étude sur J.-B. Greuze, Genève, Slatkine reprints, 1996.

- MICHEL Régis, « Diderot et la modernité », in cat. exp. Diderot et l’art français de Boucher à David les salons : 1759-1781, Paris, Hôtel de la Monnaie 1984-1985, pp. 110-121, Paris, ed. de la Réunion des musées nationaux, 1984

- Greuze et Diderot : vie familiale et éducation dans la seconde moitié du XVIIIème siècle, cat. exp Clermont-Ferrand, Musée Bargoin,1984, Ville de Clermont-Ferrand, 1984

- APGAR Garry, From pathetic patriarch to potent patriot : father figures in the art of Greuze and David, 1755-1791, s. l., G. Apgar, 1983

Cartel

  • GREUZE Jean-Baptiste

    Vieil homme et enfant

    David-Nillet, Germain, Mme

  • don

    4024064

  • Arts graphiques

    Pour des raisons de conservation, les œuvres de ce département ne sont pas exposées en permanence.

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet