Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Vierge à l'Enfant de la Sainte-Chapelle

Statuette : Vierge à l'Enfant

© 2001 RMN / Jean-Gilles Berizzi

Objets d'art
Moyen Age

Auteur(s) :
Marie-Cécile Bardoz

Le développement du culte marial a entraîné, aux XIIIe et XIVe siècles, la création de nombreuses figures de Vierge à l'Enfant. Celle-ci, citée dans le premier inventaire du trésor de la Sainte-Chapelle avant 1279, est considérée comme la plus parfaite réussite des ivoiriers parisiens, au point que de nombreuses statuettes de la seconde moitié du XIIIe siècle paraissent inspirées de ce prestigieux modèle.

Paris, capitale de l'ivoire

C'est au XIIIe siècle que Paris devint la capitale incontestée du travail de l'ivoire. Ce matériau, qui pendant les XIe et XIIe siècles parvenait difficilement en Europe occidentale, put de nouveau arriver grâce à l'emprunt de nouvelles voies d'arrivage du côté des ports de l'Atlantique, notamment normands. L'apport de matière première et la présence d'une clientèle royale et princière et des grands de l'église permirent aux artistes ivoiriers de laisser libre cours à leur virtuosité en sculptant toutes sortes d'objets : statuettes en ronde-bosse, diptyques, plaquettes, coffrets, valves de miroir, tabernacles...

Un idéal de beauté

La statuette de la Sainte-Chapelle est sans conteste le fleuron de cette production en matière de sculpture d'ivoire en ronde-bosse. Rivale de ses grandes sœurs de sculpture monumentale, elle en exprime les canons alors en vigueur : un léger hanchement, un corps souple et élancé, un fin visage triangulaire entouré de cheveux ondulés, des yeux étirés vers les tempes, une bouche petite à l'expression rieuse complètent le tableau d'une beauté idéale de la période gothique.

Raffinement et harmonie

Provenant du trésor de la Sainte-Chapelle de Paris, elle fut vraisemblablement offerte par saint Louis. Elle reçut au XIVe siècle, du roi Charles V, un socle d'orfèvrerie ainsi qu'une parure d'émeraudes qui lui furent enlevées à la Révolution. L'exquis raffinement et l'harmonieuse proportion de cette statuette expliquent pourquoi elle fut admirée et imitée dès sa création.

Bibliographie

- GABORIT-CHOPIN Danielle, "Les ivoires gothiques français", Louvre. Trésors du Moyen Âge, in Dossier de l'Art, n 16, décembre 1993 - janvier 1994, pp. 34-43.

- GABORIT-CHOPIN Danielle, "La Vierge à l'Enfant d'ivoire de la Sainte-Chapelle", La Sainte-Chapelle. L'art au temps de saint Louis, Dijon, in Dossiers d'archéologie n 264, 2001.

- GABORIT-CHOPIN Danielle, Le trésor de la Sainte-Chapelle, musée du Louvre, Paris, 2001, notice 39.

- GABORIT-CHOPIN Danielle, Catalogue des collections du département des Objets d'art, Les ivoires médiévaux, Editions de la Réunion des musées nationaux, Paris, 2003, n 100.

Cartel

  • Paris (troisième quart du XIIIe siècle)

    Statuette : Vierge à l'Enfant

    Avant 1279

    Provient du trésor de la Sainte-Chapelle de Paris

  • Ivoire, traces de polychromie

    H. : 41 cm. ; L. : 12,40 cm.

  • Ancienne collection A. Lenoir, Debruge-Duménil, Soltykoff ; acquisition 1861

    OA 57

  • Objets d'art

    Aile Richelieu
    1er étage
    Jeanne d'Evreux
    Salle 3
    Vitrine 15

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet