Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>William WARHAM (vers 1450-1532), archevêque de Canterbury en...

Œuvre William WARHAM (vers 1450-1532), archevêque de Canterbury en 1504

Département des Peintures : Peinture allemande

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

William Warham

© Musée du Louvre/A. Dequier - M. Bard

Peintures
Peinture allemande

Auteur(s) :
Michèle Perny

Le portrait de William Warham, daté de 1527, est l’un des premiers exécuté par Holbein lors de son séjour à Londres de 1526 à 1528. Ce portrait est sans conteste l’original et non la réplique autographe comme on a pu le croire et jusqu’à ce que des analyses scientifiques l’établissent, d’un autre portrait de Warham resté en Grande-Bretagne (Lambeth Palace).

Portrait d'un haut personnage

William Warham, âgé de soixante-dix ans, comme l’atteste l’inscription en haut du tableau, est représenté à mi-corps, revêtu d’un surplis blanc et d’une étole de fourrure, les deux mains posées sur un coussin de brocart, à côté duquel un bréviaire est resté ouvert sur une page des litanies des saints. Son visage, d’une expression à la fois lasse et austère, surmonté d’une calotte noire d’où s’échappent des cheveux gris, se détache sur un rideau de damas vert ; il est encadré des insignes de son pouvoir religieux, à droite, la mitre bordée d’un riche galon de pierres et de perles, devant laquelle est posé un livre à fermoirs dorés, et à gauche, la croix processionnelle ornée de pierres serties et d’un écusson en émail aux armes de Canterbury mêlées à celles de Warham. Sur la hampe est gravée la devise du prélat : Auxilium meum a domino. Ces deux riches pièces d’orfèvrerie se détachent, dans la partie inférieure du tableau, sur un tapis à motifs octogonaux qui dépasse de chaque côté du personnage et d’un style très fréquemment rencontré dans l’oeuvre de ce peintre.

Un grand ecclésiastique anglais

William Warham, premier dignitaire de l’église anglaise, a été représenté en 1527 dans ce portrait en tant qu’archevêque de Canterbury et Primat d’Angleterre. Il avait en outre, avant cette date, rempli entre autres les hautes fonctions d’évêque de Londres et de chancelier de l’Université d’Oxford. A ces importantes charges s’étaient ajoutées de nombreuses missions diplomatiques à l’étranger confiées par le roi, ainsi que le rôle délicat de médiateur entre le roi d’Angleterre et le pape Clément VII pour négocier l’annulation du mariage du roi avec Catherine d’Aragon. Il assista avec Henri VIII, qu’il accompagnait en France, à la rencontre du Camp du drap d’or en 1520. S’il mourut dans la plus grande pauvreté, ce tableau n’en présage rien, et malgré la pose modeste et réfléchie du modèle, les attributs qui l’entourent dans la richesse et la précision de leur rendu, attestent non seulement d’une réelle autorité, mais renvoient l’image d’un personnage illustre et haut placé, ami d’Erasme et de Thomas More.
Une étude à mi-buste conservée dans les collections royales anglaises à Windsor, montre un dessin préparatoire plus réaliste du visage de l’archevêque de même format que le visage peint moins marqué par l’âge et qui coïncide avec le dessin sous-jacent révélé par réflectographie.

Influence

Le portrait de Warham atteste un peintre en pleine possession de son art, signant des qualités incontestables de portraitiste et de coloriste.
Ce portrait devait donner naissance à un certain nombre d’inspirations dérivées tel le portrait rétrospectif de l’archevêqueThomas Arundel Fitzallen peint « à la Holbein », vers la fin du XVIe siècle.

Bibliographie

- BUVELOT Quentin, "Les portraits d'Érasme, oeuvres majeures du jeune Holbein", in Dossier de l'Art, n 99, septembre 2003, p.26-31.

- FOUCART Walter Elisabeth, "Le Portrait de William Warham" in Les Peintures de Hans Holbein le Jeune au Louvre, catalogue de l'exposition,  musée du Louvre, Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1985, Les Dossiers du département des Peintures / musée du Louvre ; 29, pp. 27-36, 69-74, 81.

- FOUCART Walter Elisabeth, « Un chef-d’œuvre de Holbein au Louvre », in L’Oeil, septembre 1985, pp. 28-33.

Annotations

Signé et daté, inscription en trompe-l’œil en haut et à gauche sur une bande de papier retenue par deux cachets de cire rouge :
Anno. Dm-MDXXVII Etatis sue LXX, indiquant la date du tableau, 1527, et l’âge du modèle, 70 ans.
Cachet de cire aux armes d’Eberhard Jabach en bas à droite sur le recto.

Cartel

  • Hans HOLBEIN dit le Jeune (Augsbourg, 1497 - Londres, 1543)

    William Warham

  • H. : 0,82 m. ; L. : 0,66 m.

  • INV. 1344

  • Peintures

    Aile Richelieu
    2e étage
    Pays germaniques, XVIe siècle
    Salle 8

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Anno. Dm-MDXXVII Etatis sue LXX