Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Spectacle vivant et littérature>Olaf Nicolai

En partenariat avec :

Escalier du Chant, 2011-2013
(Innere Stimme), 2010

à 12h et 17h
Escalier du Chant (2011-2013)
Installation performative conçue par Olaf Nicolai

Musique : créations de Tony Conrad, Georg Friedrich Haas, Georg Katzer, Samir Odeh-Tamimi, Enno Poppe, Maja S. K. Ratkje, Rolf Riehm, James Saunders, Rebecca Saunders, Elliott Sharp, Mika Vainio, Jennifer Walshe
Chant : Neue Vocalsolisten Stuttgart
Durée : 1h30 environ

à 19h30
(Innere Stimme) (2010)

Performance sonore conçue par Olaf Nicolai
Musique : d’après Robert Schumann, Humoreske opus 20 (1839)
Chant : Neue Vocalsolisten Stuttgart, avec Mira Hirtz, Johanna Ziebritzki  et Hauke Rehfeld.
Durée : 1h30 environ

Il y a un texte des débuts de l’œuvre de Karl Marx, où il affirme que la seule différence entre l’homme et l’animal réside dans le fait que l’homme produit « en accord avec la beauté ». Et c’est précisément la question. Qu’est-ce que la beauté ? Et comment caractérise-t-elle la production ? C’est un point sur lequel je m’interroge. Pour moi, il y a là une relation à la manière dont je travaille, et non uniquement en tant qu’artiste. Quelles décisions je prends lorsque je produis – non pas dans le sens de : j’aimerais articuler ceci ou cela, et aussi des thèmes politiques, mais dans le sens de : comment est-ce que les formes, les besoins et le plaisir se connectent, ce qui pour moi est lié à la question : « Comment est-ce que l’esthétique prend forme ? » Non au plan de la décision consciente, mais plutôt comme réflexion.
Olaf Nicolai, à propos de Karl Marx, Ökonomisch-Philosophische Manuskripte (1844).

Olaf Nicolai développe depuis une vingtaine d’années un art conceptuel. A partir de  l’héritage philosophique qui a nourri ses années de formation en Allemagne de l’Est, son œuvre questionne les apories de l’esthétique romantique autant que celles du marxisme. Quels que soient la forme ou le médium librement adoptés : photographie, sculpture, édition, design, installation, performance…, il s’agit pour l’artiste d’activer des situations engageant un dialogue critique avec le contexte où elles s’inscrivent. Jusque dans ses procédés matériels, son œuvre détourne les modes de production et les références culturelles, économiques et sociales du monde industrialisé. Elle révèle ainsi  les tensions à l’œuvre dans les conditions mêmes de la perception, dans le statut devenu quotidien du spectatorship. Dans son livre publié en 1999 Show Case, l’artiste aborde cette colonne vertébrale de son travail à partir de l’histoire de la vitrine. Il y examine les effets de médiation instaurés par les vitrines, dès XIXe siècle, entre une collection d’objets et un « regardeur », avant d’observer leurs prolongements dans les formes actuelles du design « invisible » des espaces et des personnes dans les sociétés urbaines contemporaines.
C’est cette réflexion qui l’a mené à choisir la cour Puget du Louvre, espace autrefois à ciel ouvert, serti en 1993 d’une toiture et d’une baie vitrées, comme lieu de performance.

Escalier du Chant, créé en 2011 pour l’escalier d’entrée de la Pinakothek der Moderne de Munich, investit l’espace du musée - lieu où se conserve et se transmet la culture esthétique – avec une performance vocale qui, à plusieurs titres, invite à méditer sur l’image constituée de l’histoire. Olaf Nicolai a commandé à douze compositeurs contemporains la conception de chansons à partir de matériaux textuels tirés des médias de l’information. Chantées a capella par le Neue Vocalsolisten de Stuttgart, ces pièces résultent des choix effectués par les compositeurs : le choix du texte source, le choix de sa mise en musique et la rédaction d’un commentaire personnel. Sans préjuger de leurs échelles et de leurs niveaux d’autorité respectifs, l’œuvre confronte ainsi deux réalités : le régime de la narration historique qui se déploie dans le musée, et le régime de l’événement. Les chanteurs, de plain-pied avec le public, adoptent des configurations changeantes dans l’espace, impliquant les spectateurs dans une situation de conscience accrue, où se rencontrent une représentation culturellement sédimentée du passé et une interrogation ouverte du présent.

Créée en 2010 dans les espaces voûtés de la Vleeshal de Middelburg, aux Pays-Bas, (Innere Stimme) est une pièce vocale conçue pour habiter chaque lieu à la manière d’un environnement acoustique. Qu’est-ce que cette « innere Stimme », « voix intérieure » que Robert Schumann a notée sur une troisième portée, entre les mains gauche et droite de son Humoreske Op. 20 pour piano, composé en 1839 ? Cette mélodie silencieuse n’est pas faite pour être jouée. Le compositeur l’a destinée secrètement au seul musicien, l’a vouée à n’exister que dans son espace mental, laissant la possibilité à son jeu d’en être affecté à l’insu de l’auditeur. Dans l’œuvre d’Olaf Nicolai, elle est isolée, traitée sous forme de boucle et amplifiée par des voix qui jouxtent les murs d’un espace donné afin de cueillir l’acoustique propre de son architecture. L’espace du musée, où se joue l’expérience à la fois publique et intime de l’art, devient caisse de résonance de ce que Jean-Luc Nancy qualifie de « chuchotement qui insuffle son énergie minuscule ». (In : Jean-Luc Nancy, « Innere Stimme », texte du cahier conçu par Olaf Nicolai à l’occasion de la première de l’œuvre à la Vleeshal de Middelburg, 2010.)

Escalier du Chant et (Innere Stimme) sont réunies ici pour la première fois dans un même lieu. La cour Puget du Louvre, galerie de sculptures dont les codes réunissent le dedans et le dehors du musée, l’architecture d’une cour intérieure et la scénographie d’un jardin-théâtre, donne matière à l’entrelacement des significations. La musique, véhicule des émotions, y devient le paradigme d’une réflexion sur l’échelle du langage et l’expérience esthétique. Elle fait irruption, déplace, délie, trace des lignes de fuite dans l’espace du musée.

Biographies
Né en 1962, Olaf  Nicolai vit et travaille à Berlin. Formé à l’Ecole des Arts Appliqués de Schneeberg (Allemagne), il a étudié la littérature allemande et la Philologie dans les universités de Leipzig, Budapest et Vienne. En 1992, il est titulaire d’une thèse sur le « Wiener Gruppe » (Groupe de Vienne). Olaf Nicolai a obtenu plusieurs bourses dont celle du Studienstiftung des Deutschen Volkes pour le Studies Centre for Art and Science de Venise (1993), la bourse de la Villa Massimo à Rome (1996), la bourse du P.S.1 Museum à New York (1998), la bourse IASPIS à Stockholm (2000), il a également obtenu le Kunstpreis der Stadt de Wolfsburg (2002). Il a participé à la Documenta X (1997), aux Biennales de Venise (2001, 2005), Sydney (2002), Sharjah (2005), et Athènes (2007). Son œuvre a été montrée dans les institutions internationales suivantes : Migros Museum (Zürich), Museo Serralves (Porto), Museum of Modern Art (New York), Lehnbach (Munich) et la Fondation Cartier.

Le Neue Vocalsolisten est un ensemble de musique vocale contemporaine fondé en 1984 dans le cadre de Musik der Jahrhunderte. Ses interprètes forment depuis l'an 2000 un ensemble vocal de musique de chambre, artistiquement indépendant. Les sept solistes, de la soprano colorature au contre-ténor et à la basse profonde, engagent toute leur force créatrice dans leur travail de musique de chambre, en collaboration avec les compositeurs et les autres interprètes. Un groupe de chanteuses et de chanteurs spécialisés vient compléter l’équipe en fonction de la distribution. La recherche est au centre de leurs intérêts. Recherche de nouvelles tonalités, nouvelles techniques vocales et de formes d'articulation. Le dialogue avec les compositeurs y a une place de choix. Chaque année, ils assurent la création de près de vingt nouvelles œuvres. L’opéra, mais aussi le travail interdisciplinaire qui touche à la fois la musique électronique, la vidéophonie, les arts plastiques et la littérature, tout comme les collages qui mettent à profit le contraste entre musique ancienne et musique moderne, font partie des projets artistiques de la formation. Ils collaborent à la fois avec des ensembles spécialisés, orchestres radiophoniques, opéras, mais aussi des théâtres, labels de musique électronique, festivals et concerts de musique moderne.

 

Cycle(s) : Ouvertures/ Openings 2013

Informations pratiques

Lieu : Musée du Louvre, Cour Puget (Aile Richelieu)
Accès libre avec un billet collections permanentes du musée

A 12h et 17h, le 25 octobre 2013
Escalier du Chant, 2011-2013

A 19h30, le 25 octobre 2013
(Innere Stimme), 2010