Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Conférences et colloques>Onze saisons de chantier à Assiout

par Jochem Kahl, Freie Universität Berlin

Le musée du Louvre, ainsi que les musées du Caire, de Turin, de Londres, de New York ou encore de Berlin conservent des objets admirables issus de fouilles archéologiques menées à Assiout, au nord de la Haute-Égypte, à 375 km au sud du Caire. Ces objets sont régulièrement considérés comme des chefs-d’œuvre de l’art égyptien.
Dès l’Antiquité, la production artistique et textuelle du site d’Assiout a été notoirement appréciée. Durant plus de 2200 ans, des textes d’Assiout ont été copiés et transmis (de 2100 av. J.-C. environ jusqu’au IIe siècle après J.-C.) et font partie de la mémoire culturelle de l’Égypte ancienne.
Assiout et le Gebel Assiout al-gharbi, situé à l’ouest de la ville, recèlent des vestiges qui témoignent de l’histoire ininterrompue de cette ville dont on sait aujourd’hui qu’elle fut un carrefour important. Les informations ne sont toutefois que partiellement accessibles - les pages de l’histoire sont loin d’être écrites - car la ville antique est recouverte par plus de huit mètres de terres alluviales du Nil. Depuis cinq millénaires, le Gebel Assiout al-gharbi a abrité les tombes des habitants de la ville, mais également un temple, des monastères, des carrières et des installations militaires, faisant de ce secteur une source précieuse pour son histoire et pour celle de la ville d’Assiout.
Les fouilles germano-égyptiennes menées ces dix dernières années sur le Gebel Assiout al-gharbi et financées par la Deutsche Forschungsgemeinschaft ont permis d’approfondir de façon significative les renseignements non seulement sur la ville d’Assiout, mais également d’apporter des lumières nouvelles sur l’Égypte ancienne en général.
Cet exposé présente à titre d’illustration la tombe du roi Iti-ibi-iqer de la XIe dynastie dont les murs ont été couverts au cours du Nouvel Empire de plus de 200 graffiti. Ces inscriptions livrent des informations sur le paysage sacré d’Assiout et - fait remarquable - restituent plusieurs textes littéraires. Seront également présentés les travaux réalisés dans la tombe du nomarque Djefai-Hapi I de la XIIe dynastie qui, par son architecture, son iconographie et ses inscriptions, compte parmi les monuments les plus exceptionnels du Moyen Empire. Enfin, les travaux réalisés sur la tombe d’un chien datant de la Basse Époque seront commentés et illustrés.

Après avoir été attaché aux universités de Tübingen, de Münster, de Cologne, de Mayence et de Vienne, Jochem Kahl est, depuis 2008, titulaire de la chaire d’Égyptologie de l’Institut d’Égyptologie de l’Université libre de Berlin. Depuis 2003, il dirige le projet germano-égyptien de fouilles archéologiques d’Assiout (Asyut Project), coopération entre l’Université libre de Berlin, l’Université Johannes-Gutenberg de Mayence et l’Université égyptienne de Sohag. Les campagnes annuelles de fouilles permettent  de mener des recherches couvrant une période allant de l’époque prédynastique / période thinite (2900 av. J.-C.) à nos jours.

Jochem Kahl est membre du comité directeur du Centre de recherche interdisciplinaire « Sonderforschungsbereichs 980 Episteme in Bewegung » qui étudie la transmission des connaissances dans les sociétés pré-modernes. Son troisième axe de recherche concerne les premiers signes hiéroglyphiques.

Il est coéditeur de plusieurs revues scientifiques et périodiques renommés (notamment  Orientalistische Literaturzeitung, Studien zur Altägyptischen Kultur) et a publié à ce jour onze monographies et un grand nombre d’articles et d’essais, notamment sa thèse de doctorat  Das System der ägyptischen Hieroglyphenschrift in der 0.-3. Dynastie  (1994), sa thèse  Siut – Theben: zur Wertschätzung von Traditionen im alten Ägypten (1999), la deuxième édition de son livre Ancient Asyut: The First Synthesis after 300 Years of Research (2007) et plus récemment  Die Zeit selbst lag nun tot darnieder. Die Stadt Assiut und ihre Nekropolen nach westlichen Reiseberichten des 17. bis 19. Jahrhunderts: Konstruktion, Destruktion und Rekonstruktion (2013).

 

Cycle(s) : Actualité de la recherche archéologique, 2013-2014

Informations pratiques

Lieu
Auditorium du Louvre

Accès
Métro : Palais-Royal / Musée du Louvre.
Entrée par la pyramide, le passage Richelieu ou les galeries du Carrousel.
Parking du Carrousel ouvert de 7h à 23h.
 
Entrée libre dans la mesure des places disponibles

Programme

Conférences de l’Actualité de la recherche archéologique

20 conférences en entrée libre : programme feuilletable en ligne

Cliquez ici