Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Visites & Activités>Pistes de visite>Évoquer les cinq sens avec la sculpture

Pistes de visite Évoquer les cinq sens avec la sculpture

Durée : 1h30 - Niveau : Maternelle - Disciplines : Histoire, Français, Enseignements scientifiques
Jours de faisabilité : Lundi, Mercredi, Jeudi, Vendredi, Samedi, Dimanche

L'Amour, Chaudet
L'Amour, Chaudet (vignette_140)

© 2010 Musée du Louvre / Angèle Dequier

Objectifs

. Réfléchir au rôle des différentes sculptures et à leurs emplacements d’origine

. Développer l’autonomie et la coopération des élèves par la recherche d’informations dans un espace défini et par l’expression de son point de vue

. Observer l’œuvre, en l’appréhendant dans son ensemble et affiner sa perception en s’attachant aux détails

. Donner du sens à une œuvre en l’envisageant dans un ensemble cohérent (constituer un corpus), justifier ses choix au travers d’arguments pertinents et utiliser ses connaissances pour donner une interprétation de l’œuvre.

Parti pris

L’organisation de la visite en deux temps favorise la prise d’autonomie des élèves et incite à l’argumentation :


Les élèves répartis en petits groupes de quatre ou cinq sont accompagnés par un adulte qui a pour rôle de guider les élèves, de les encadrer et de noter leurs choix et leurs observations.
Le trajet défini pour passer devant chacune des sculptures de la sélection s’effectue à l’aller et au retour selon deux modalités différentes.
À l’aller, les groupes d’élèves et leur accompagnateur observent les œuvres et repèrent des éléments évoquant un ou plusieurs des cinq sens. Ils composent ainsi leur corpus.
Au retour, sous la conduite de l’enseignante, l’ensemble des élèves parcourt l’itinéraire en sens inverse. Il s’agit maintenant de valider la sélection des différents groupes. Les élèves justifient leurs choix en indiquant les éléments de l’œuvre qui, à leur sens, sont significatifs. Ils commentent les œuvres sélectionnées en exprimant leur ressenti et leur interprétation. Ils sont invités à photographier les sculptures dans leur ensemble et à cadrer les éléments évocateurs des cinq sens. L’enseignante propose sa propre sélection que les élèves comparent avec la leur.
C’est également l’occasion de faire vivre les œuvres en proposant quelques brèves activités ludiques de mises en scènes, récits d’histoires et d’expériences sensorielles.

Matériel

. Plusieurs appareils photographiques
. Des carnets de croquis et des crayons de papier
. Des castagnettes et plusieurs coquillages

Aile Richelieu, Cour Puget
Aile Richelieu, Cour Puget (vignette_140)

© 2010 Musée du Louvre / Angèle Dequier

1La sculpture, pourquoi, pour qui ?

Regroupement en haut des escaliers de la Cour Puget.

L’enseignant amène les élèves à réfléchir sur le rôle de la sculpture en posant des questions :
. Que voyez-vous autour de vous ?
. Pourquoi ces sculptures sont-elles dans un musée ?
. Ont-elles toujours été là ? Où étaient-elles avant ?
. Connaissez-vous d’autres endroits où l’on peut voir des sculptures ?
. Pour quelles raisons les hommes réalisent-ils des sculptures ?


L’enseignant s’appuie sur les réponses apportées par les élèves pour aborder les différents rôles de la sculpture (raconter des histoires, célébrer des évènements, évoquer des personnages …).


Faire définir aux enfants les cinq sens et la manière dont ils peuvent être évoqués dans la sculpture :
Le toucher : la main et les doigts qui caressent ; demander de mimer la gestuelle du toucher
L’ouïe : l’oreille qui écoute ; faire distinguer les actions d’écouter et d’entendre
Le goût : la bouche qui mange ou boit ; énumérer les saveurs le sucré et le salé
L’odorat : le nez qui sent ; montrer que l’on peut percevoir ou dégager une odeur
La vue : les yeux qui regardent ; faire distinguer les actions de regarder et voir

 

Après avoir indiqué l’itinéraire, l’enseignant propose un départ différé des groupes. Les élèves disposent de quinze minutes environ pour parcourir le trajet. L’ensemble de la classe se retrouve ensuite devant « Jeanne d’Arc écoutant ses voix ».

Jeanne d'Arc écoutant ses voix, François Rude
Jeanne d'Arc écoutant ses voix, François Rude (vignette_140)

© 2012 RMN (Musée du Louvre) / René-Gabriel Ojéda

2Jeanne d’Arc écoutant ses voix, François Rude

Richelieu Entresol – Cour Puget

1852
Marbre
H. : 2,27 m. ; L. : 0,98 m. ; Pr. : 0,79 m.

 

L’ouïe : la main ouverte qui amplifie le son

 

Les élèves commentent l’attitude de Jeanne d’Arc et devinent ce que signifie sa gestuelle. Leur énoncer le titre de l’œuvre comme indice si cela leur semble difficile. En déduire le sens évoqué : l’ouïe.
Raconter l’histoire de Jeanne d’Arc. Rôle de cette sculpture (comme annoncée en intro).
Leur faire imaginer le type de son entendu, sa source, sa distance.
Faire un croquis de la sculpture.

Jeune pêcheur à la coquille, Jean Baptiste Carpeaux
Jeune pêcheur à la coquille, Jean Baptiste Carpeaux (vignette_140)

© 2013 RMN (Musée du Louvre) / Michel Urtado

3Pêcheur à la coquille, Jean-Baptiste Carpeaux

Richelieu RDC – salle 33

Modèle original, plâtre
H. : 0,91 m. ; L. : 0,47 m. ; Pr. : 0,54 m.


L’ouïe : le coquillage collé à l’oreille


Faire circuler les coquillages et proposer aux élèves de coller une oreille contre et d’exprimer ce qu’ils entendent et ressentent.
« Que peut bien entendre le pêcheur dans son coquillage ? »
Les réponses diffèrent en fonction du ressenti des enfants. 
Leur parler du bruit de la mer.

Premier secret confié à Vénus, François Jouffroy
Premier secret confié à Vénus, François Jouffroy (vignette_140)

© 1994 Musée du Louvre / Pierre Philibert

4Premier secret confié à Vénus, François Jouffroy

Richelieu RDC – salle 32

Daté 1839
Marbre
H. : 1,66 m. ; L. : 0,57 m. ; Pr. : 0,44 m.


L’ouïe : la main qui isole le chuchotement


Les élèves recherchent quels sont les gestes des personnages qui expriment l’ouïe et explique le rôle de la main qui isole le son du chuchotement et traduit le sentiment du secret et de la confidence (titre de l’œuvre)
Organiser une petite mise en scène ou chaque élève confie un secret à un camarade en s’inspirant de la position des personnages. Ils apprécient ainsi les notions de face et de profil. Enfin, ils prennent conscience de l’origine du mot « chuchoter ».

L’enfant à la grappe, David D’Angers
L’enfant à la grappe, David D’Angers (vignette_140)

© Photo (C) RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Christian Jean

5L’enfant à la grappe, David D’Angers

Richelieu RDC – salle 33

1845
Marbre
H. : 1,31 m. ; L. : 0,55 m. ; Pr. : 0,48 m.


Le goût : la bouche qui effleure la grappe de raisin


Inviter les élèves à retrouver cette œuvre en leur donnant le titre comme élément de recherche.
Les inciter à s’exprimer sur l’attitude du personnage.
Leur demander de décrire la sculpture en citant les différents éléments constitutifs, dont la grappe de raisin et en déduire le sens évoqué : le goût.
Raconter l’origine autobiographique de cette scène : le fils du sculpteur voulant cueillir une grappe de raisin a échappé à une vipère grâce à la vigilance de son père. Il a fait cette sculpture en souvenir de cette scène mais sans représenter le serpent…

L’Amour, Antoine-Denis Chaudet
L’Amour, Antoine-Denis Chaudet (vignette_140)

© 2011 Musée du Louvre, dist. RMN / Thierry Ollivier

6L’Amour, Antoine-Denis Chaudet

Richelieu RDC – salle 31

Marbre présenté au Salon de 1817
H. : 0,77 m. ; L. : 0,64 m. ; Pr. : 0,44 m.


Le toucher : la finesse du geste


Faire prendre conscience aux enfants de la délicatesse du toucher digital : les doigts qui saisissent délicatement les ailes un papillon.
Proposer des étoffes aux touchers différents (rugueux, épais, soyeux… et essayer de trouver celui qui, à leur sens, se rapprochent le plus de celui des ailes d’un papillon.

 

Bacchante au tambour de basque avec deux enfants, Augustin Pajou
Bacchante au tambour de basque avec deux enfants, Augustin Pajou (vignette_140)

© Musée du Louvre

7Bacchante au tambour de basque avec deux enfants, Augustin Pajou

Richelieu Entresol – Cour Puget

1774
Pierre de Tonnerre
H. : 1,82 m. ; L. : 0,94 m. ; Pr. : 0,73 m.


La vue : points de vue sur une ronde bosse et jeu de regards


L’enseignant aborde la notion de  groupe sculpté en ronde-bosse en faisant faire le tour de la sculpture aux élèves et leur demande de :
. Trouver des points de vue où seulement deux personnages sont visibles
. Trouver un point de vue qui permet de voir les trois personnages à la fois
. Se placer du côté du dos de la sculpture, pour découvrir que les pieds de l’enfant sont ceux d’un animal et montrer que les apparences sont parfois trompeuses
. Décrire les attitudes qui évoquent la vue : le regard que porte la femme sur l’enfant derrière elle, la direction du regard de l’enfant assis qui semble apostropher le spectateur

Les élèves recherchent aussi les éléments qui évoquent le goût et l’ouïe : le raisin et la pomme que l’enfant tient à la main ainsi que le tambourin.

Œdipe rappelé à la vie par le berger Phorbas, Antoine-Denis Chaudet
Œdipe rappelé à la vie par le berger Phorbas, Antoine-Denis Chaudet (vignette_140)

© 1994 Musée du Louvre / Pierre Philibert

8Œdipe rappelé à la vie par le berger Phorbas, Antoine-Denis Chaudet

Richelieu Entresol – Cour Puget


Plusieurs sens : Le goût, odorat, toucher, vue


Raconter le récit mythologique de l’abandon d’Œdipe par ses parents et son sauvetage par le berger Phorbas.
Demander aux élèves en justifiant leurs réponses :
. Quel moment de l’histoire est représenté?
. À qui appartient ce chien ?
. Dans quel état se trouve l’enfant ? que fait-il ?
. Quels sont les sens évoqués par cette œuvre ?
Réponses attendues :
. Après que Phorbas a sauvé Œdipe
. À Phorbas qui est berger
. Il est inerte, immobile ; il semble dormir
. Le goût (Phorbas qui nourrit Œdipe), l’odorat (chien) et le toucher (chien qui lèche les pieds de l’enfant)