Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Conférences et colloques>Pour une vision renouvelée des ports antiques d’Arles. Bilan des...

Conférences et colloques Pour une vision renouvelée des ports antiques d’Arles. Bilan des recherches archéologiques subaquatiques dans le Rhône et en Camargue

Conférence

Intervenant : Luc Long, Département des Recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM), Marseille.
En lien avec l’exposition « Arles, les fouilles du Rhône. Un fleuve pour mémoire »

Durant l’Antiquité, les embouchures du Rhône ont toujours constitué une zone de rupture de charge entre le grand commerce maritime et la redistribution des produits par le fleuve. Les récentes fouilles au large de la Camargue et dans le Rhône, à Arles, confirment l’importance stratégique de la cité. Réorganisée, depuis la fondation par Jules César d’une colonie romaine (46 avant J.-C.), Arles affirme rapidement la primauté de sa vocation maritime au détriment de Marseille.

Les fouilles sous-marines, face aux Saintes-Maries-de-la-Mer, révèlent l’existence d’un avant-port maritime submergé devant un ancien bras du fleuve, tandis que celles du Rhône, à Arles, mettent au jour les vestiges d’un grand port fluvial. Si de nombreuses épaves antiques affirment la variété de cet espace nautique particulier, entre la mer et le fleuve, les très beaux objets récupérés dès 2007 dans le Rhône devaient décorer le riche quartier de la rive droite. Ils témoignent des remaniements et des destructions de cette rive entre le Haut Empire et le IVe siècle après J.-C.

Ces découvertes apportent incontestablement du nouveau sur Arles et confirment la description du poète Ausone qui évoquait, au IVe siècle, une ville double établie sur les deux rives.

Luc Long

Conservateur en chef du Patrimoine et scaphandrier professionnel au DRASSM - Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines - Luc Long est connu pour la découverte du portrait de Jules César dans les eaux du Rhône, en 2007. Au préalable, il soutient sa maîtrise en 1979, sous la direction d’André Tchernia, démontrant l'existence de deux épaves romaines superposées au pied du Grand Congloué, à Marseille. Recruté la même année au DRASSM et reçu major au concours national de Conservateur du patrimoine en 1982, il poursuit un doctorat sur l’inventaire des épaves antiques de Méditerranée française, sous l'égide de Jean-Paul Morel.

Depuis, il a étudié près de 200 épaves. À l'origine spécialiste des épaves romaines, Luc Long dirige pendant 10 ans la fouille de l’épave grecque archaïque de la Pointe Lequin (Porquerolles, Var). Il s'intéresse aux épaves profondes qui échappent à la plongée en scaphandre autonome et intervient à plusieurs centaines de mètres de fond sur des navires uniquement accessibles par sous-marins.

En 2010, soucieux de transmettre sa passion et de pallier l’absence d’un enseignement spécifique, il contribue à la création d’un diplôme universitaire en Archéologie sous-marine à l’université de Nîmes.

Parmi ses publications :
– Les épaves du Grand Congloué, Etude du journal de fouille de Fernand Benoit, Archaeonautica 7, 1987, p. 9-36.

– avec M. L’Hour et E. Rieth, « Le Mauritius, la mémoire engloutie », Ed. Casterman, Paris, 1989, 272 p.

–  L’épave antique d’Apollonia (Libye), Dossiers d’archéologie, 167, janv. 1992, p. 70-77.

– Inventaire des épaves de Camargue, de l’Espiguette au Grand Rhône, des cargaisons de fer antiques aux gisements du XIXème siècle : leur contribution à l’étude du paléorivage. In Crau, Alpilles, Camargue, Histoire et Archéologie, actes réunis par M. Baudat, Arles, Groupe Archéologique Arlésien, p. 59-115.

– Epaves profondes et archéomatique, Le nouveau souffle de l’archéologie sous-marine, In Nuove Effemeridi, Archeologia Subacquea in Sicilia, rassegna trimestrale di cultura, d. guida, Palermo, 46, 1999, 110 p.

– avec L.-F. Gantes et M. Riva, L’épave Grand Ribaud F, un chargement de produits étrusques du début du Vème siècle av J.-C., In Gli Etruschi da Genova ad septembre-Ier octobre 2002, II, Pisa-Roma, Istituto editoriale e poligrafici internazionali, MMVI, 2006, p. 455-495

- Les épaves protohistoriques de la côte gauloise et de la Corse (Ve-IIIe s. avant J.-C). In La circulacio d’amfores al Mediterrani occidental durant la Protohistoria (segles VIII-III aC), actes de la II Reunion Internacional d’Arqueologia de Calafell (2002), Barcelone, Universitat de Barcelona, 2004, p. 127-164 (Arqueo Mediterrània, 8, 2004).

– « Secrets du Rhône, les trésors archéologiques du fleuve à Arles », Actes Sud, Arles, 2008, 269 p.

– « Duplex Arelas », port fluvial et maritime, In Archéologie et environnement dans la Méditerranée antique, Villes fluviales et maritimes : les contraintes de l’environnement, EPHE, Sciences Historiques et Philologiques, III, Hautes Etudes du Monde gréco-romain, 42, DROZ, Actes du colloque de Paris en 2005, 2008, p. 195-220.

– avec P. Picard, « César, Le Rhône pour mémoire, Vingt ans de fouilles dans le fleuve à Arles », catalogue de l’exposition, Actes-Sud, Musée départemental Arles antique, 2009, 396 p.

– avec G. Duperron, Le mobilier de la fouille de l’épave romaine Arles-Rhône 7. Un navire fluvio-maritime du IIIème siècle de notre ère, In SFECAG, Actes du congrès d’Arles, 2011, p. 37-56.


 

Cycle(s) : Actualité de la recherche archéologique

Vos commentaires

  • Bonjour, je n'arrive pas à réserver en ligne,est ce mon ordinateur? mrerci Kchalot

    kchalot, 28-04-2012 à 06h11

  • 1 / 1

    Nb par page :5 -10 -15

Laisser un commentaire

Connectez-vous ou créez votre compte Mon Louvre pour poster des commentaires.
Connexion | S’inscrire

Informations pratiques

Lieu
Auditorium du Louvre
 
Accès
Métro : Palais-Royal / Musée du Louvre.
Entrée par la pyramide, le passage Richelieu ou les galeries du  Carrousel.
Parking du Carrousel ouvert de 7h à 23h.
 
Entrée libre dans la mesure des places disponibles
 
Informations :
+33 (0)1 40 20 55 55, de 9h à 19h du lundi au vendredi