Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Presse>Communiqués

Presse

Accès libre aux communiqués et dossiers de presse (format acrobat PDF) sur les expositions, les manifestations de l’auditorium, les collections, la vie du musée, etc.
Accès sur autorisation/accréditation pour pouvoir télécharger les "packs médias".
Merci de ne joindre les contacts presse que dans un but journalistique.

109 résultats

/ 22 »

Nb par page :5 -10 -15

Tri : Date  - Titre
Mark Lewis, Invention au Louvre, 2014. Film HD, coul., sil. - 140 * 87 px

Mark Lewis. Invention au Louvre


Le musée du Louvre poursuit son programme d’art contemporain en présentant depuis l’automne 2014 une création de l’artiste canadien Mark Lewis, dont l’œuvre, reconnue internationalement, se développe dans le champ des arts visuels à partir du film. Après l’invitation à Walid Raad en 2013 au département des arts de l’Islam, c’est au tour de Mark Lewis de développer un projet de recherche artistique basé sur les collections du musée. Sous le titre d’Invention au Louvre, Mark Lewis donne forme à une archéologie du cinéma dans l’histoire de l’art. À travers quatre films conçus et réalisés au musée, l’artiste canadien confronte les images en mouvement au mouvement imaginé qui, de tout temps, a travaillé les mythes et la réception de la création artistique. Présentée depuis le mois d’octobre 2014, cette exposition temporaire est prolongée jusqu’au 31 août 2015.

visuel_presse_new-frontier

New Frontier IV. Fastes et fragments. Aux origines de la nature morte américaine


Dernier épisode du partenariat New Frontier qui lie le musée du Louvre, le High Museum of Art, le Crystal Bridges Museum of American Art et la Terra Foundation for American Art, l’exposition « Fastes et fragments. Aux origines de la nature morte américaine » se penche sur l’essor de la nature morte aux Etats-Unis au XIXe siècle. À la suite des expositions consacrées au paysage, à la peinture de genre et au portrait, New Frontier IV permet à nouveau d’enrichir le dialogue autour de la peinture américaine.
Rassemblant dix oeuvres issues des collections des quatre institutions partenaires, cette dernière édition illustre, comme les précédentes, la façon dont les peintres américains, tels Raphaelle Peale, Martin Johnson Heade ou William Michael Harnett, ont adapté les modèles européens à leur époque et à leur pays, participant ainsi à l’émergence d’une voix nationale.

visuel-presse_frequentation2014

En 2014, le Louvre maintient son haut niveau de fréquentation avec 9,3 millions de visiteurs


En 2014, le Louvre demeure le musée le plus visité au monde. La fréquentation s’est maintenue à un très bon niveau, avec 9,3 millions de visiteurs*, comme en 2013. Particulièrement attractives, les collections permanentes ont accueilli 100 000 visiteurs de plus qu’en 2013. L’année 2014 a en effet été marquée par la rénovation des salles dédiées aux Objets d’art du XVIIIe siècle et par la nouvelle présentation de la Victoire de Samothrace restaurée. Au total, ce sont 9,8 millions de personnes qui ont pu admirer les collections du Louvre à Paris et à Lens.

Madrasa El Attarine, Fès, Maroc

Le Maroc médiéval. Un empire de l’Afrique à l’Espagne


L’exposition incite à relire la période du XIe au XVe siècle, véritable apogée de l’Occident islamique, tant du point de vue historique qu’artistique. Une succession de dynasties - almoravide, almohade et mérinide - ont unifié un espace politique et civilisationnel centré sur le Maroc, regroupant des territoires de l’Afrique sub-saharienne jusqu’en Andalousie. L’influence de ces empires, unissant pour la première fois les confins de l’Occident islamique, a rayonné jusqu’en Orient.
Réunissant près de 300 oeuvres, cette importante exposition, organisée par le musée du Louvre et la Fondation nationale des musées du Maroc, présente les plus belles réalisations dans les domaines du décor architectural, du textile, de la céramique ou de la calligraphie et permet d’appréhender cette longue et riche histoire, clef de compréhension du Maroc contemporain et source de sa modernité.

Cratère en forme de bol à oiseaux, oiseaux et ornements géométriques

Rhodes, une île grecque aux portes de l’Orient. Du XVe au Ve siècle av. J.-C.


Célèbre grâce au souvenir du Colosse, - l’une des sept merveilles du monde antique - et de la présence des chevaliers de Saint-Jean à l’époque médiévale, l’île de Rhodes fut, dès l’Antiquité, un lieu privilégié d’échanges entre l’Egée et l’Orient. Pourtant, l’archéologie rhodienne est assez peu connue du grand public. Les oeuvres présentées permettent de mesurer l’orientalisation de la culture grecque entre l’âge du bronze et la fin de l’archaïsme. Les limites chronologiques (XV-Ve siècles avant J.-C.) privilégient l’histoire des périodes hautes, en amont de la fondation, de la ville de Rhodes, en 408/407, qui, en unifiant le territoire jusque-là partagé entre les trois cités de Lindos, Camiros et Ialysos, ouvre une nouvelle page de l’histoire de l’île. Première exposition consacrée entièrement à Rhodes, elle répond à un triple objectif : elle évoque l’histoire des fouilles, auxquelles ont participé, depuis 1859, des archéologues français, anglais, danois, italiens et grecs ; elle met en valeur la mixité culturelle de Rhodes, terre d’échanges en Méditerranée orientale. Elle est aussi l’occasion de redécouvrir la dimension orientalisante de l’art rhodien par l’intermédiaire de quelques-unes de ses productions les plus spectaculaires, en particulier son orfèvrerie, sans équivalent dans le monde grec, et sa faïence, un artisanat lié à l’Égypte et au Levant.

/ 22 »

Nb par page :5 -10 -15

Mon Louvre espace personnel

pm.inputLabel();

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet