Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Presse>Communiqués

Presse

Accès libre aux communiqués et dossiers de presse (format acrobat PDF) sur les expositions, les manifestations de l’auditorium, les collections, la vie du musée, etc.
Accès sur autorisation/accréditation pour pouvoir télécharger les "packs médias".
Merci de ne joindre les contacts presse que dans un but journalistique.

99 résultats

« / 20 »

Nb par page :5 -10 -15

Tri : Date  - Titre

Luca Penni. Un disciple de Raphaël à Fontainebleau


Luca Penni fit ses premières armes à Rome, auprès de collaborateurs du premier cercle de Raphaël. De cet apprentissage, il acquit une grande connaissance de l’oeuvre du maître italien qui fut toute sa vie son modèle. Mais il ne le copia jamais : si ses compositions trouvent bien souvent leurs origines dans les oeuvres de Raphaël, le trait est pur et simple, héritage des années passées sur les chantiers de Fontainebleau aux côtés de Rosso et Primatice.

visuel presse art du contour

L’art du contour. Le dessin dans l’Egypte ancienne


Le thème du dessin, tel qu'on peut l'observer dans l'art égyptien au temps des Pharaons, n'a jamais fait l’objet d’une exposition. Devant la difficulté pour les égyptologues et les historiens d'art occidentaux à attribuer l'oeuvre à une main reconnue, les créateurs de cette production plus de trois fois millénaire, admirée de tous, n’ont pas nécessairement acquis le rang d'artistes. Grâce à des prêts exceptionnels (80 oeuvres environ), la définition du dessin donnée par Giorgio Vasari comme étant le « père de nos trois arts, l’architecture, la sculpture et la peinture » s’illustre parfaitement dans ces témoignages archéologiques. Le dessin est en effet une composante essentielle de l’art dans l’Égypte ancienne. Point de départ dans l’élaboration des autres techniques artistiques comme la peinture, le relief, la ronde-bosse, les arts décoratifs et l’architecture, le dessin est ici considéré comme l’art du contour : dessinateurs et peintres sont usuellement désignés comme les « scribes des contours » ou « ceux qui tracent les formes ». Cette exposition, riche de 200 oeuvres, s’attache à explorer toute la complexité de l’art égyptien bi-dimensionnel, avec ses conventions, ses techniques, ses pratiques, ses fonctions et ses usages. Explorant les liens étroits qu’entretiennent l’écriture et le dessin dans l’Egypte ancienne, elle permet d’analyser la nature complexe de la création égyptienne et les spécificités de la civilisation qui a engendré ces oeuvres et ainsi de lui rendre une place majeure dans l'Histoire de l'art universel.

CP l'envers du tableau

L’envers du tableau. Découvrir la face cachée des chefs-d’oeuvre du Louvre


Quel curieux n’a jamais éprouver le désir de retourner un tableau pour en voir le revers ? Découvrir des indices insolites, des messages laissés il y a plusieurs centaines d’années… En écho au salon Paris Tableau le Louvre propose du 4 au 28 novembre un circuit original autour d’une sélection de 36 revers de tableaux.

Mark Lewis, Invention au Louvre, 2014. Film HD, coul., sil. - 140 * 87 px

Mark Lewis. Invention au Louvre


Le musée du Louvre poursuit son programme d’art contemporain en présentant à l’automne 2014 une création de l’artiste canadien Mark Lewis, dont l’oeuvre, reconnue internationalement, se développe dans le champ des arts visuels à partir du film. Après l’invitation à Walid Raad, en 2013 au département des Arts de l’Islam, c’est au tour de Mark Lewis de développer un projet de recherche artistique basé sur les collections du musée et se déclinant sous trois formes : une exposition temporaire dans la salle de la Maquette du 9 octobre 2014 au 5 janvier 2015, un livre d’artiste et, en novembre, une carte blanche de trois jours à l’auditorium. Sous le titre d’Invention au Louvre, Mark Lewis donne forme à une archéologie du cinéma dans l’histoire de l’art. À travers trois films conçus et réalisés au musée, un livre et une programmation, l’artiste canadien confronte les images en mouvement au mouvement imaginé qui, de tout temps, a travaillé les mythes et la réception de la création artistique.

Figure masquée de profil vers la droite

Masques, mascarades, mascarons


Au travers d’une centaine d’oeuvres issues des collections des départements antiques et modernes du Louvre, enrichies par des emprunts à d’autres grands fonds, l’exposition évoque la fonction paradoxale du masque, emblème de l’illusion, celle qui consiste à « dérober et produire un double ». Quel est son effet ? Suffit-il de modeler un visage pour modifier le comportement du porteur ? Sa signification symbolique et magique est-elle attachée aussi bien à celui qui revêt le masque qu’à celui auquel il est destiné ?

« / 20 »

Nb par page :5 -10 -15

Mon Louvre espace personnel

pm.inputLabel();

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet