Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Presse>Communiqués

Presse

Accès libre aux communiqués et dossiers de presse (format acrobat PDF) sur les expositions, les manifestations de l’auditorium, les collections, la vie du musée, etc.
Accès sur autorisation/accréditation pour pouvoir télécharger les "packs médias".
Merci de ne joindre les contacts presse que dans un but journalistique.

101 résultats

« / 7 »

Nb par page :5 -10 -15

Tri : Date  - Titre
Victoire de Samothrace - L’escalier Daru

Restauration de la Victoire de Samothrace et de son escalier monumental


Le grand chantier de restauration de la Victoire de Samothrace et de l’escalier Daru qui lui sert d’écrin démarre le 3 septembre. Les travaux dureront plus d’un an et demi et nécessitent un aménagement exceptionnel ; la Victoire ne sera donc plus visible par le public du 3 septembre 2013 à l’été 2014. Ce chantier majeur, de l’ordre de quatre millions d’euros, bénéficie du soutien de Nippon Television Holdings, de F. Marc de Lacharrière (Fimalac) et de Bank of America Merrill Lynch Art Conservation Project. Le musée du Louvre souhaite également ouvrir à tous la possibilité de participer à cet ambitieux projet en lui dédiant la campagne « Tous mécènes ! » avec l’ambition de rassembler un million d’euros.

Tous mécènes Escalier Daru. Victoire de Samothrace

Nouvelle campagne d’appel au don pour la restauration de la Victoire de Samothrace


Le grand chantier de restauration de la Victoire de Samothrace débute en septembre 2013. Le Louvre lance une nouvelle campagne d’appel au don individuel « Tous mécènes ! » le 3 septembre, jour où le monument ne sera plus visible par le public. Il s’agit de réunir un million d’euros avant la fin de l’année qui aidera le musée à redonner tout son éclat à ce chef-d’oeuvre.

Georges Didi-Huberman dans une salle du parcours sur l’Orient méditerranéen dans l’Empire romain au Louvre

La Chaire du Louvre. L’Album de l’art à l’époque du « Musée imaginaire » par Georges Didi-Huberman


Pour la cinquième édition de La Chaire du Louvre, rendez-vous annuel dédié à la recherche en archéologie, en histoire des arts et de la culture, l’historien de l’art Georges Didi-Huberman propose d’interroger la notion du « Musée imaginaire » d’André Malraux à travers les champs – imaginaire, matériel, littéraire, esthétique et politique – dans lesquels elle s’est épanouie, jusqu’à former aujourd’hui notre inconscient culturel.

Xavier Le Roy, Salüt für Caudwell

OUVERTURES/ OPENINGS. Un cycle de performances en collaboration avec la FIAC 2013


Pour la sixième année consécutive, le musée du Louvre poursuit en collaboration avec la FIAC son programme « Ouvertures/Openings ». Ce cycle, dédié aux expérimentations artistiques menées aux frontières entre les disciplines, confronte l’histoire de la performance depuis les années 1960 à ses prolongements et renouvellements actuels. Réunissant des artistes et des interprètes d’exception, l’édition 2013 met à l’honneur une expérience élargie de la musique et du son.

La catastrophe et ses représentations. Un programme de recherche au Louvre (2013 - 2016)


Le musée du Louvre engage une réflexion sur l’un des thèmes privilégiés de notre monde contemporain : la catastrophe et ses représentations. En effet la catastrophe, en tant qu’événement marquant la mémoire et frappant l’imaginaire, est représentée dans de nombreuses oeuvres du musée. Il s’agit de les interroger en invitant différentes disciplines à un dialogue commun. Chaque année la réflexion se concentre sur une thématique spécifique : le sujet abordé en 2013 est la ville et ses ruines.

Jacqueline Lichtenstein. Pratique et théorie du dessin (XVe-XIXe siècle)


Après Michel Pastoureau et Georges Vigarello, l’auditorium du Louvre invite Jacqueline Lichtenstein pour un nouveau cycle de cinq séances d’initiation à l’histoire des arts. Au fil de ces cours, à la fois ambitieux et accessibles à tous, la philosophe et historienne de l’art démontrera la place cruciale du dessin non seulement dans la pratique artistique et les débats théoriques, mais aussi dans l’affirmation d’un nouveau statut de l’artiste en Europe depuis la Renaissance.

Nettoyage d’un dessous de plinthe

Musée du Bardo. Réouverture de la Salle de Carthage


Lors de sa visite d’Etat en République de Tunisie, le Président de la République française, François Hollande, s’est rendu au musée National du Bardo à Tunis pour visiter la nouvelle Salle de Carthage. Elle avait été inaugurée la veille en présence de Sylvia Pinel, ministre de l'Artisanat, du Commerce et du Tourisme, de la République française, de Mehdi Mabrouk, ministre de la Culture de la République tunisienne, de Jean-Luc Martinez, Président-directeur du musée du Louvre, et de Soumaya Gharsallah, directrice du musée du Bardo. Cette inauguration constitue le premier aboutissement d’un partenariat ambitieux, initié en novembre 2009, entre le musée du Bardo, le musée du Louvre et l’Institut national du patrimoine de Tunisie à travers la signature d’une convention-cadre de coopération scientifique. Soutenue par l’Institut Français de Tunisie (IFT), cette réussite s’inscrit dans le cadre d’un projet de long terme qui permet aujourd’hui de renforcer les liens existants entre le musée du Bardo, le musée du Louvre et les institutions tunisiennes en matière scientifique.

Jardin du musée Delacroix

Le musée Delacroix, un atelier d’artiste au coeur de Saint-Germain-des-Prés


« Mon logement est décidément charmant… La vue de mon petit jardin et l’aspect riant de mon atelier me causent toujours un sentiment de plaisir. » (Journal d’Eugène Delacroix, 28 décembre 1857). Derrière la cour où se niche le musée, se dévoile un lieu secret, charmant, où vit toujours le souffle créateur de Delacroix.

Dispositif « L’art espagnol au musée du Louvre, histoire d’une collection » présenté à Tokyo d’avril 2012 à octobre 2012

Louvre - DNP Museum Lab - Chefs-d'oeuvre de la peinture espagnole


Venez découvrir la collection d'art espagnol du musée du Louvre grâce à des dispositifs multimédia conçus dans le cadre du projet Louvre - DNP Museum Lab. Cette approche interactive et ludique vous offre des clés de lecture pour comprendre les chefs d'oeuvre de Zurbaran, Murillo ou Goya.

Vue du Val d'Arco, Dürer

Un allemand à la cour de Louis XIV


Everhard Jabach (1618-1695) fut l’un des plus grands collectionneurs de son temps. Marchand-banquier issu d’une puissante famille colonaise, il s’installa très tôt à Paris où il devint l’un des acteurs majeurs de la politique économique de Colbert. La vente de sa somptueuse collection à Louis XIV en 1662 et en 1671 signa l’acte inaugural d’une véritable collection royale de tableaux et de dessins.

IMG-CP-dessins-bolonais - FR

Les dessins bolonais du XVIIe siècle


À l’occasion de la publication du catalogue Dessins bolonais du XVIIe siècle, le musée du Louvre présente un riche ensemble de dessins des artistes actifs à Bologne et en Emilie au Seicento.

IMG_CP-greaud - FR

Loris Gréaud, [I]


Le musée du Louvre présente du 19 juin 2013 au 20 janvier 2014, l’un des deux volets du nouveau projet de Loris Gréaud : [I]. L’œuvre succède à la sculpture en bois rouge de Tony Cragg, Versus, 2011, et à la flèche gothique torsadée de Wim Delvoye, Suppo, 2012. Elle sera placée sous la pyramide de Ieoh Ming Pei dont la colonne centrale était destinée dès l’origine à recevoir une sculpture monumentale, afin de signaler, par une œuvre d’art, l’entrée dans le musée.

Acquisition d’un Christ en croix de la Renaissance italienne


Un très beau Christ en croix de bois peint datant de la Renaissance italienne entre dans les collections du musée du Louvre. Il appartenait à Monsieur Peter Silverman et à Madame Kathleen Onorato, collectionneurs canadiens, qui en font généreusement don au musée du Louvre. OEuvre d’un artiste florentin de grand talent et créée autour de 1500, son attribution fait débat ; certains y reconnaissent la main de Michel-Ange.

Giotto e compagni


Loué par ses contemporains, Dante, Pétrarque et Boccace, admiré par Léonard de Vinci et copié par Michel-Ange, Giotto di Bondone (vers 1267-1337) a été perçu au fil des siècles comme l’auteur d’une révolution picturale sans précédent depuis l’Antiquité. Cette mutation radicale n’est pas seulement d’ordre stylistique, elle s’explique aussi par une attitude différente vis-à-vis du monde sensible que l’artiste entend restituer dans sa variété et sa réalité tridimensionnelle.
A travers une trentaine d’oeuvres – peintures, dessins, enluminures et sculpture – venues majoritairement des collections françaises mais aussi de l’étranger (New York, Metropolitan Museum of Art, Washington, National Gallery of Art, Florence, Museo Horne et Museo diocesano, Padoue, Musei Civici …) - l’exposition tentera bien sûr de rendre hommage au génie novateur de Giotto, mais aussi d’aborder des questions comme l’organisation de son atelier et le rôle de ses compagni (assistants), la pertinence dans ce contexte médiéval du concept de création autographe, la diffusion de son art à travers l’Italie, l’invention de nouveaux types de tableaux (croix peintes, polyptyques …).

visuel presse art du contour

L’art du contour. Le dessin dans l’Egypte ancienne


Le thème du dessin, tel qu'on peut l'observer dans l'art égyptien au temps des Pharaons, n'a jamais fait l’objet d’une exposition. Devant la difficulté pour les égyptologues et les historiens d'art occidentaux à attribuer l'oeuvre à une main reconnue, les créateurs de cette production plus de trois fois millénaire, admirée de tous, n’ont pas nécessairement acquis le rang d'artistes. Grâce à des prêts exceptionnels (80 oeuvres environ), la définition du dessin donnée par Giorgio Vasari comme étant le « père de nos trois arts, l’architecture, la sculpture et la peinture » s’illustre parfaitement dans ces témoignages archéologiques. Le dessin est en effet une composante essentielle de l’art dans l’Égypte ancienne. Point de départ dans l’élaboration des autres techniques artistiques comme la peinture, le relief, la ronde-bosse, les arts décoratifs et l’architecture, le dessin est ici considéré comme l’art du contour : dessinateurs et peintres sont usuellement désignés comme les « scribes des contours » ou « ceux qui tracent les formes ». Cette exposition, riche de 200 oeuvres, s’attache à explorer toute la complexité de l’art égyptien bi-dimensionnel, avec ses conventions, ses techniques, ses pratiques, ses fonctions et ses usages. Explorant les liens étroits qu’entretiennent l’écriture et le dessin dans l’Egypte ancienne, elle permet d’analyser la nature complexe de la création égyptienne et les spécificités de la civilisation qui a engendré ces oeuvres et ainsi de lui rendre une place majeure dans l'Histoire de l'art universel.

« / 7 »

Nb par page :5 -10 -15

Mon Louvre espace personnel

pm.inputLabel();

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet