Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Presse>Communiqués

Presse

Accès libre aux communiqués et dossiers de presse (format acrobat PDF) sur les expositions, les manifestations de l’auditorium, les collections, la vie du musée, etc.
Accès sur autorisation/accréditation pour pouvoir télécharger les "packs médias".
Merci de ne joindre les contacts presse que dans un but journalistique.

131 résultats

« / 9 »

Nb par page :5 -10 -15

Tri : Date  - Titre
Robert Wilson

Le Louvre invite Robert Wilson : Living Rooms


Quelques quarante années après sa fulgurante apparition en France avec Le Regard du sourd, Robert Wilson est le Grand invité du Louvre. Loin de toute commémoration, cet événement organise la rencontre entre le musée par excellence et celui qui, selon Louis Aragon, « révolutionna notre regard ».

Jean Cousin, dit le Père, Eva Prima Pandora, vers 1550, huile sur bois, 97 X 150 cm. Paris, musée du Louvre, RF. 2373

Jean Cousin père et fils. Une famille de peintres au XVIe siècle


Le XVe siècle français a été le siècle de Jean Fouquet et d’Enguerrand Quarton, le XVIIe, celui de Georges de La Tour et de Nicolas Poussin. Le XVIe siècle a eu Jean Cousin.
Son nom, glorifié dans les histoires anciennes, inscrit aux frontons des écoles des beaux-arts et à l’attique des musées, n’a jamais été oublié. Il demeure le symbole du renouveau du vitrail et de la tapisserie au XVIe siècle. Un magistral Livre de Perspective et un manuel pour apprendre à dessiner en ont assuré le renom. Cependant, pour la plupart d’entre nous, Cousin est le peintre virtuose d’un seul tableau, Eva Prima Pandora.
A travers un choix de 60 oeuvres, l’exposition est l’occasion de rendre justice à cet artiste protéiforme, figure centrale du maniérisme français. Elle met en lumière l’originalité et l’importance du style de Jean Cousin et cherche à distinguer l’oeuvre de Jean Cousin Père de celle de son fils, qui porte le même nom.

Vierge à l’Enfant, xylographie coloriée, vers 1420- 1440, Souabe, 282 x 200 mm, BnF, Estampes, réserve Ea-5 (4)-boîte. (cat. 13)

Les origines de l’estampe en Europe du Nord (1400-1470)


L’apparition de l’estampe en Occident constitue un phénomène majeur de l’histoire et de l’histoire de l’art. À partir de 1400, artistes et graveurs expérimentèrent diverses techniques permettant par l’impression d’une matrice gravée et encrée sur un support de créer et de diffuser des images multipliables à l’identique.
À travers un choix de 83 oeuvres, l’exposition montre la diversité des thèmes illustrés. Support et instrument de la dévotion du temps, la gravure a aussi servi des sujets plus audacieux, comme celui du désir charnel ou des scènes de genre dont la teneur nous apparaît aujourd’hui encore bien familière.

Cavalier arabe traversant un gué

Delacroix en héritage. Autour de la collection d’Étienne Moreau-Nélaton


En réunissant dans la magie sensible et intime du musée Delacroix, ancien appartement et atelier du peintre, des chefs-d’oeuvre de la collection Étienne Moreau-Nélaton, un ensemble de dessins et de peintures rarement montrés, l’exposition Delacroix en héritage célèbre la fidélité de trois générations de grands collectionneurs à la personne et à la création d’Eugène Delacroix : Adolphe Moreau, Adolphe Moreau fils et Etienne Moreau-Nélaton.
Les oeuvres de l’artiste rassemblées par le grand-père, conservées par le père et données par le fils trouvent dans leur présentation dans le lieu où vécut, travailla et mourut Delacroix une lecture singulière et privilégiée. Elles y dialoguent avec les collections permanentes du musée.

Visite d’un groupe scolaire

Plus de 9 millions de visiteurs au musée du Louvre en 2013


En 2013, le musée du Louvre consolide une fréquentation supérieure à 9 millions de visiteurs, un bon résultat marqué par l’augmentation du public parisien et francilien et par celle des groupes scolaires.
Les collections du Louvre ont aussi attiré un large public au musée Delacroix et au musée du Louvre-Lens.

Victoire de Samothrace. Succès de la campagne

Succès de la campagne d’appel aux dons Tous mécènes ! Victoire de Samothrace


La campagne d’appel aux dons pour la restauration de la Victoire de Samothrace et de son escalier monumental s’achève avec succès : au 31 décembre 2013, grâce aux dons de 6 700 donateurs, la somme d’un million d’euros a été réunie. Le musée du Louvre remercie la générosité de ceux qui concourent, par leur engagement, à la réalisation de ce chantier sans précédent. La Victoire, actuellement en restauration, retrouvera sa place, au sommet de l’escalier Daru, au début de l’été 2014. La rénovation de l’escalier ne s’achèvera qu’en mars 2015.

Gilbert Stuart, George Washington, (The Constable Hamilton Portrait), 1797

New Frontier III. Portraits anglo-américains à l’heure de la Révolution


Le musée du Louvre, le High Museum of Art, le Crystal Bridges Museum of American Art et la Terra Foundation for American Art poursuivent leur collaboration pluriannuelle autour de l’art américain. Cette troisième étape met en regard des portraits britanniques et américains produits de part et d’autre de l’Atlantique au moment de la Révolution américaine alors que la nouvelle Nation est à un tournant de son histoire.
Rassemblant des oeuvres des quatre institutions partenaires, elle permettra de nouveau d’enrichir le dialogue autour de la peinture américaine.

Aiguière dite de Charlemagne, IXe siècle. Abbaye de Saint-Maurice d’Agaune

Le Trésor de l’abbaye de Saint-Maurice d’Agaune


Le musée du Louvre accueille les pièces majeures du trésor de l’abbaye de Saint-Maurice d’Agaune située en Suisse.
Le plus ancien monastère d’Occident encore actif aujourd’hui abrite un trésor exceptionnel par la qualité remarquable des oeuvres et de leur provenance ainsi que du fait de la longévité de son histoire.
Les festivités du jubilé célébrant les 1500 ans de l’abbaye, fondée en 515 sur le site où saint Maurice et ses compagnons subirent le martyre à la fin du IIIe siècle, donnent lieu à des travaux de réaménagement complet du trésor et permettent ce prêt tout à fait exceptionnel.
Autour de dix-neuf pièces d’orfèvrerie du Moyen Âge, une présentation élargie à quelques autres objets (textiles précieux ayant enveloppé les reliques, manuscrits et archives) met en situation l’histoire du trésor de l’abbaye.

Claude Lévêque. Sous le plus grand chapiteau du monde (Partie 1)


Le Louvre invite, à partir du 2 avril 2014, Claude Lévêque, artiste majeur de la scène contemporaine internationale. La pyramide du Louvre accueillera une oeuvre monumentale spécialement produite pour ce premier volet de son projet au musée. Succédant aux sculptures de Loris Gréaud et Tony Cragg, et à la flèche gothique torsadée de Wim Delvoye, l’oeuvre sera placée sous la pyramide dont la colonne centrale était destinée dès l’origine à recevoir une sculpture monumentale. Cette création de Claude Lévêque est le premier chapitre d’une exposition qui viendra, en 2015, habiter les fossés du Louvre médiéval.

Charles Le Brun, L’Apothéose d'Hercule. Projet pour la galerie de l’hôtel Lambert. Paris, musée du Louvre

Peupler les cieux. Dessins pour les plafonds parisiens au XVIIe siècle


La décoration des plafonds connaît au XVIIe siècle une mutation profonde. Le passage du plafond plat au plafond à voussures incite les artistes à imaginer des formules originales, jouant sur la compartimentation de l’espace, sur l’imbrication de niveaux d’illusion, sur l’articulation des registres narratifs, ornementaux ou emblématiques.
À travers quatre-vingts dessins et estampes provenant du fonds du musée du Louvre et de quelques collections parisiennes, l’exposition présente les évolutions formelles des décors civils de la capitale au cours du siècle, se penche ensuite sur les relations entre projets dessinés et répertoires gravés, et s’achève par l’évocation de quatre chantiers majeurs : l’hôtel Lambert, le palais Mazarin et les palais du Louvre et des Tuileries sous Louis XIV.

Princesse de Bactriane

Contexte et enjeux - Louvre Abu Dhabi


L’Émirat d’Abu Dhabi, souhaitant créer un musée d’art sur son territoire, a sollicité le savoir-faire des musées français pour mener à bien son projet. Par un accord intergouvernemental signé en 2007, les Émirats Arabes Unis et la France ont décidé de la création d’un muséeuniversel portant le nom de Louvre Abu Dhabi et dont l’ouverture est prévue pour décembre 2015.

Le Bas de Montargis_miroirs

Nouvelles salles des objets d’art. De Louis XIV à Louis XVI Un art de vivre à la française


Des collections uniques au monde et un « moment de perfection » de l’art français

Au premier étage de l’aile nord et dans une partie de l’aile ouest de la cour Carrée, un chantier d’exception s’achève : celui de la rénovation complète des salles consacrées aux objets d’art du règne de Louis XIV et du XVIIIe siècle. Il constitue la dernière étape des travaux du département des Objets d’art entrepris dans le cadre du projet du Grand Louvre.
Le musée du Louvre abrite l’un des ensembles les plus riches et les plus complets jamais réunis dans une collection publique, témoignage éclatant du savoir-faire français du XVIIIe siècle, admiré dans le monde entier. Afin de donner aux visiteurs du musée une lecture plus compréhensible de cette collection, les salles ont connu un changement spectaculaire. L’ouverture au public est prévue le 6 juin 2014.

Jeune Émir à l’étude

Naissance d’un musée. Louvre Abu Dhabi


Le Louvre Abu Dhabi dévoile, pour la première fois en France, le meilleur de sa toute jeune collection ; plus de cent soixante des plus beaux chefs-d'oeuvre déjà acquis par le musée émirien seront présentés en mai, à Paris, lors d’une exposition d’envergure intitulée « Naissance d’un musée ».
Le Louvre Abu Dhabi, qui ouvrira ses portes en décembre 2015, sera le premier musée universel créé au Moyen-Orient, dans une région au carrefour des civilisations. Sa collection d’oeuvres anciennes et contemporaines, provenant de différents pays, se constitue progressivement depuis 2009, au fil des acquisitions. L’exposition permettra au public français de découvrir, en avant-première, la richesse des collections du futur musée mais également d’en appréhender le projet architectural et culturel.

Figure masquée de profil vers la droite

Masques, mascarades, mascarons


Au travers d’une centaine d’oeuvres issues des collections des départements antiques et modernes du Louvre, enrichies par des emprunts à d’autres grands fonds, l’exposition évoque la fonction paradoxale du masque, emblème de l’illusion, celle qui consiste à « dérober et produire un double ». Quel est son effet ? Suffit-il de modeler un visage pour modifier le comportement du porteur ? Sa signification symbolique et magique est-elle attachée aussi bien à celui qui revêt le masque qu’à celui auquel il est destiné ?

Victoire de Samothrace - Fin de la restauration

Victoire de Samothrace – Fin de restauration


Le grand chantier de restauration de la Victoire de Samothrace s’achève. Objet de toutes les attentions des restaurateurs depuis septembre 2013, l’éclatante silhouette du monument le plus célèbre du musée du Louvre s’offre de nouveau aux regards des visiteurs à partir du 9 juillet 2014. Dix mois ont été en effet nécessaires pour ausculter soigneusement les surfaces et effectuer le minutieux travail de nettoyage. Les marbres dévoilent enfin la splendeur de leurs teintes et de leurs contrastes.

« / 9 »

Nb par page :5 -10 -15

Mon Louvre espace personnel

pm.inputLabel();

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet