Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Presse>Communiqués

Presse

Accès libre aux communiqués et dossiers de presse (format acrobat PDF) sur les expositions, les manifestations de l’auditorium, les collections, la vie du musée, etc.
Accès sur autorisation/accréditation pour pouvoir télécharger les "packs médias".
Merci de ne joindre les contacts presse que dans un but journalistique.

121 résultats

/ 13 »

Nb par page :5 -10 -15

Tri : Date  - Titre
visuel-presse_vue-avignon_vernet

Présentation officielle de la Vue d’Avignon, depuis la rive droite du Rhône près de Villeneuve par Claude-Joseph Vernet


Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, annonce l’acquisition par l’État pour le musée du Louvre grâce au mécénat du Groupe AXA d’une oeuvre reconnue d’intérêt patrimonial majeur, la Vue d’Avignon, depuis la rive droite du Rhône près de Villeneuve par Claude-Joseph Vernet.

La Vue d’Avignon, depuis la rive droite du Rhône près de Villeneuve est un chef d’oeuvre de la peinture du 18e siècle et marque un jalon essentiel dans l’histoire du paysage en France. Peint alors que l’artiste sillonnait le pays afin d’exécuter, pour le roi Louis XV, la série des Ports de France, le tableau, depuis plus de 200 ans conservé en Angleterre, allie l’exactitude topographique et la précision dans la description des activités humaines à un extraordinaire sens poétique et à une virtuosité toute moderne dans le rendu des effets atmosphériques et lumineux.

visuel presse_thraces

L’épopée des rois thraces. Découvertes archéologiques en Bulgarie


Patrie d’Orphée ou de nombreux rois légendaires cités par Homère, la Thrace, région encore méconnue, révèle peu à peu ses splendeurs grâce à de récentes découvertes archéologiques.
Aux frontières du monde grec et de l’empire perse, émerge en Thrace, durant la période classique, une nouvelle puissance régionale, le royaume odryse. Les nombreuses tombes d’aristocrates ou de rois, mises au jour ces dernières décennies, rendent compte, avec leur mobilier en céramique, en bronze ou en or, de la richesse de la Thrace. Entre la mer Noire et la mer Egée, cette région se nourrit des échanges nombreux qu'elle entretient avec toutes les civilisations qui l’entourent. À travers les collections des musées bulgares, cette exposition se propose de découvrir la réalité et la complexité de ce royaume.

visuel-presse_la-fabrique-des-saintes-images

La fabrique des saintes images. Rome-Paris, 1580-1660


Le grand mouvement de réforme qui secoua l’Église tout au long du XVIe siècle apporta avec lui, après une violente remise en cause, une profonde réflexion sur ce que devaient être les images sacrées.
Rassemblant 85 oeuvres (dessins et gravures, peintures, objets d’art, sculptures), La fabrique des saintes images se propose d’évoquer la complexité des enjeux qui furent, pour l’art religieux, au coeur du processus créateur des plus grands peintres, sculpteurs et architectes du XVIIe siècle : Le Caravage, Annibale Carracci, Guido Reni, Gianlorenzo Bernini et Pietro da Cortona à Rome ; Simon Vouet, Eustache Le Sueur, Philippe de Champaigne ou les frères Le Nain à Paris.
Suite aux bouleversements de la crise religieuse et à la stabilisation des positions respectives des Catholiques et des Réformés, l'Église de Rome avait en effet entrepris sa propre réforme, dont le concile de Trente (1545-1563) fut l'entreprise la plus spectaculaire. Il réaffirma, entre autres, la possibilité, la légitimité et l'utilité des saintes images, profondément et brutalement attaquées par les Protestants. C'est dans ce contexte que commanditaires et artistes réfléchirent pour fabriquer de nouvelles images qui soient recevables : comment créer ces images et quel rôle revient à l’artiste dans ce processus ? S’il est admis que le Christ ou la Vierge Marie sont représentables puisqu’incarnés, comment leur donner des traits alors qu’on ne connait pas leur visage ? Les artistes peuvent-ils inventer de toutes pièces ces images et en faire des images valides pour le croyant ?

visuel-presse_poussin-et-dieu

Poussin et Dieu


Au printemps 2015, le musée du Louvre met à l’honneur le XVIIe siècle avec trois expositions, deux dans ses murs et une aux Galeries nationales du Grand Palais : Poussin et Dieu, La fabrique des saintes images. Rome-Paris (1580-1660) et Velázquez.

Nicolas Poussin (1594-1665) est le plus grand peintre français du XVIIe siècle. Selon certains, il est même le plus grand peintre français tout court. Pourtant l’artiste, considéré dès son vivant comme le « Raphaël de la France », demeure aujourd’hui beaucoup moins connu du public que Watteau, Delacroix, Monet ou Cézanne.
À l’occasion du 350e anniversaire de la mort de l’artiste, l’exposition a pour ambition de faire mieux connaître du grand public le maître français, en présentant et en expliquant un aspect méconnu de son art, sans doute le plus émouvant : ses tableaux religieux.

visuel presse_belle_ferroniere

La Belle Ferronnière de Léonard de Vinci restaurée


Portrait célèbre mais peu documenté, La Belle Ferronnière vient de connaître une restauration d’un peu plus de quatre mois au Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF).
S’inscrivant dans la réflexion d’ensemble menée sur la collection des tableaux de Léonard de Vinci du musée du Louvre, cette restauration a essentiellement constitué en un amincissement modéré des couches récentes (depuis le milieu du XXe siècle) des vernis oxydés et encrassés, ce qui permet, en redonnant leurs couleurs à la carnation et aux vêtements du modèle, d’améliorer sensiblement l’état de présentation du tableau et sa lisibilité.
Suivie par une commission constituée d’experts français et étrangers, elle a également permis d’atténuer, grâce au travail de retouche, le reflet rouge sur la mâchoire et le cou, résultat d’une abrasion ancienne des tons froids du glacis situé à la surface de la couche picturale.
Du 15 avril au 19 juillet 2015, l’oeuvre sera prêtée à l’exposition « Leonardo 1452-1519 » au Palazzo Reale de Milan.

visuel presse_broche

Acquisition de la Broche d’épaule de l’impératrice Eugénie, 1853


Le musée du Louvre a fait l’acquisition d’une broche d’épaule de l’impératrice Eugénie, réalisée par le joailler François Kramer. Composée de sept perles mises en valeur par des diamants et des brillants, cette broche d’épaule fait partie d’un ensemble de quatre broches, dont deux broches d’épaule et deux broches de corsage livrées par le joailler en 1853 à Napoléon III pour l’impératrice Eugénie. Entrée dans les collections le 11 février 2015, elle rejoint ainsi ces bijoux exposés ensemble en salle 74 près des appartements Napoléon III, aile Richelieu. Cette acquisition par le département des Objets d’art s’est faite sur les crédits d’acquisition du musée du Louvre.

Mark Lewis, Invention au Louvre, 2014. Film HD, coul., sil. - 140 * 87 px

Mark Lewis. Invention au Louvre


Le musée du Louvre poursuit son programme d’art contemporain en présentant depuis l’automne 2014 une création de l’artiste canadien Mark Lewis, dont l’œuvre, reconnue internationalement, se développe dans le champ des arts visuels à partir du film. Après l’invitation à Walid Raad en 2013 au département des arts de l’Islam, c’est au tour de Mark Lewis de développer un projet de recherche artistique basé sur les collections du musée. Sous le titre d’Invention au Louvre, Mark Lewis donne forme à une archéologie du cinéma dans l’histoire de l’art. À travers quatre films conçus et réalisés au musée, l’artiste canadien confronte les images en mouvement au mouvement imaginé qui, de tout temps, a travaillé les mythes et la réception de la création artistique. Présentée depuis le mois d’octobre 2014, cette exposition temporaire est prolongée jusqu’au 31 août 2015.

visuel_presse_new-frontier

New Frontier IV. Fastes et fragments. Aux origines de la nature morte américaine


Dernier épisode du partenariat New Frontier qui lie le musée du Louvre, le High Museum of Art, le Crystal Bridges Museum of American Art et la Terra Foundation for American Art, l’exposition « Fastes et fragments. Aux origines de la nature morte américaine » se penche sur l’essor de la nature morte aux Etats-Unis au XIXe siècle. À la suite des expositions consacrées au paysage, à la peinture de genre et au portrait, New Frontier IV permet à nouveau d’enrichir le dialogue autour de la peinture américaine.
Rassemblant dix oeuvres issues des collections des quatre institutions partenaires, cette dernière édition illustre, comme les précédentes, la façon dont les peintres américains, tels Raphaelle Peale, Martin Johnson Heade ou William Michael Harnett, ont adapté les modèles européens à leur époque et à leur pays, participant ainsi à l’émergence d’une voix nationale.

visuel presse victoire de samothrace 2015

La Victoire de Samothrace. Redécouvrir un chef-d’oeuvre


L’éclatante silhouette du monument le plus célèbre du musée du Louvre s’offre de nouveau au regard des visiteurs depuis juillet 2014 après près d’un an de restauration. Ce chantier d’envergure a permis de remarquables découvertes sur la conception et le décor de ce chefd’oeuvre de l’époque hellénistique. L’exposition La Victoire de  Samothrace– redécouvrir un chef-d'oeuvre, revient sur l’histoire du monument depuis sa découverte en 1863 et rend compte du travail des restaurateurs et des équipes du musée.

visuel-presse_Thales-Fielding-par-Delacroix

Un musée, une collection en hommage à Delacroix. Douze ans d’acquisition 2002-2014


Situé dans le dernier appartement et dernier atelier d’Eugène Delacroix, le musée Eugène-Delacroix a été créé comme musée associatif, grâce à l’engagement de la Société des Amis d’Eugène Delacroix, fondée à l’initiative de Maurice Denis en 1929. Lieu de mémoire, dont la disposition des pièces et du jardin est celle qu’avait conçue Delacroix, le musée réunit une collection riche, variée et singulière, rassemblant des oeuvres insignes de Delacroix et des artistes de son temps.
Cet accrochage présente les oeuvres acquises depuis douze ans grâce à l’engagement de la Société des Amis du musée Eugène-Delacroix, héritière depuis 2002 de la société fondatrice, et au rattachement du musée à l’établissement public du Louvre depuis le 1er janvier 2004. Avant la rénovation muséographique de l’appartement où vécut Delacroix, il offre de souligner combien l’hommage rendu au grand artiste depuis la création du musée demeure vif et contemporain. Transparaît ainsi, la singularité d’une collection, qui n’est pas issue de l’héritage de l’artiste mais du rassemblement patient et constant, appelé à se poursuivre, d’oeuvres choisies.

/ 13 »

Nb par page :5 -10 -15

Mon Louvre espace personnel

pm.inputLabel();

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet