Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Evénements>Le Printemps du Baroque

Evénement Le Printemps du Baroque

Du 28 janvier au 1er mars 2010 : Musique filmée, Concerts, Conférences, Oeuvre en scène, Littérature

Partenaires :
"Le printemps du baroque" est organisé en coproduction avec l’Ina.
Avec le soutien du Centre de Musique Baroque de Versailles.
La communication du cycle bénéficie du soutien de France Musique Et Concertclassic.com
Les concerts de 12h30 bénéficient du parrainage de la Fondation Safran pour la musique
La communication des concerts bénéficie du soutien de Télérama.


Après Wagner en 2006 et Beethoven en 2008, la biennale « Classique en images » traite, pour la première fois, d’une période musicale, celle du baroque.
En quelques décennies, après la Seconde Guerre mondiale, une vision nouvelle du baroque s’est peu à peu imposée sous l’impulsion d’interprètes et de musicologues.

C’est ce printemps des anciens dont nous évoquons l’avènement en mélangeant archives et documents récents, documentaires et fictions. Cette célébration du baroque a lieu en présence de William Christie, de Jordi Savall, de Jean-Claude Malgoire et se prolonge grâce à un rassemblement unique d’archives télévisuelles et cinématographiques, par un hommage aux interprètes qui ont présidé à cette résurrection.

Un programme spécial permet ainsi d’entendre les grandes voix du baroque – Arthur Deller, James Bowman, Paul Esswood – et les clavecinistes et gambistes qui ont fait revivre des instruments relégués dans les réserves des musées instrumentaux.

« Classique en images » célèbre également les grandes dates qui ont marqué la redécouverte de l’opéra baroque : Atys de Lully à l’Opéra Comique, Les Boréades de Rameau à Aix-en-Provence, le Couronnement de Poppée de Monteverdi par Ponnelle et Harnoncourt à Zurich.

Le cinéma a également joué un rôle important dans ce printemps du baroque, comme le rappellent les projections de la Chronique d’Anna Magdalena Bach de Jean-Marie Straub ainsi que de Tous les matins du monde d’Alain Corneau.

Plusieurs séances sur les points clés de cette redécouverte enrichissent cette édition de « Classique en images » de rapprochements avec la peinture et la littérature.

Enfin, les quatre concerts qui accompagnent la biennale permettent de découvrir des œuvres de Moulinié et la reconstitution de Vêpres à la Vierge du compositeur romain Mazzocchi ; ils mettent en regard musique profane et œuvres sacrées de Lully et de Du Mont.


Musique filmée
Cette programmation met en évidence l’évolution qu’a connue notre perception du baroque avec trois générations d’interprètes au travers d’archives souvent inédites mettant en scène les précurseurs (Wanda Landowska, Karl Ristenpart, Ralph Kirkpatrick), les pionniers (Alfred Deller, Gustav Leonhardt, Nikolaus Harnoncourt, William Christie) et les héritiers (Fabio Biondi et le baroque italien).
Cette confrontation dépasse le classique dialogue à deux voix – les modernes commentent le style des anciens – et permet un récit à trois voix où les pionniers, notamment, réagissent à la manière dont leur legs a été repris par leurs héritiers.

Le programme s’ouvre sur un hommage, en sa présence, à William Christie et aux Arts Florissants.
Comme toujours, « Classique en images » privilégie l’audiovisuel, avec des archives rares, des inédits.
Mais cette édition donne aussi une place importante au cinéma, à la mesure du rôle qu’il a joué dans la redécouverte du baroque.
En témoigne une journée consacrée à Tous les matins du monde en présence de Jordi Savall, qui interpréta à la viole de gambe la musique de ce film d’Alain Corneau.


Conférences
Les jeudis 11, 18 et 25 février à 18h30
Pour prolonger le cycle, trois conférences cerneront le contour d’un baroque qui, par nature, déjoue les tentatives de définition : théâtre des passions, écriture du corps, art du trompe-l’oeil ou de la fuite du temps qui enveloppe le spectateur dans sesmétamorphoses, et ne le saisit qu’« en action » à l’instant même où ces formes se déploient.
Le baroque à l’oeuvre : matières, affects, effet
Par Giovanni Careri, EHESS, Paris.
Orphée. L’art et la mort
Par Jean-Claude Lebensztejn, historien de l’Art, Paris.
Le corps baroque : histoire et reconstitution du ballet de cour
Par Mark Franko, University of California, Santa Cruz.


Concerts
Quatre concerts spécialement consacrés à la musique religieuse du « premier baroque » viennent illustrer le cycle.
Avec Cantus Cölln, le chœur de chambre de Namur, Alexis Kossenko.

Mercredi 10 février à 20h
Cantus Cölln
Konrad Junghänel, direction
En liaison avec le cycle « Ensembles vocaux ».

Jeudi 11 février à 12h30
Les Ambassadeurs

Alexis Kossenko, flûte et direction

Mercredi 17 février à 20h
Les Pages et les Chantres du Centre de musique baroque de Versailles

Olivier Schneebeli, direction
En liaison avec le cycle « Ensembles vocaux ».


Mercredi 24 février à 20h
Chœur de chambre de Namur
Les Agrémens

Guy van Waas, direction
En liaison avec le cycle « Ensembles vocaux ».


L’Œuvre en scène
Mercredi 17 février à 12h30
Lubin Baugin, Le Dessert de gaufrettes

Par Sophie Nauleau, écrivain et productrice radio


Littérature
Lundi 15 février
Tous les matins du monde

Texte de Pascal Quignard lu par Michel Vuillermoz
Cette soirée propose de renouer avec l’écriture de Pascal Quignard qui ne ressemble à aucune autre. Tous les matins du monde réunit déjà les thèmes qui lui sont chers, et qu’il saura développer dans ses oeuvres à venir : l’éveil des sens, les passions amoureuses, les rites et les symboles dans notre appréhension du monde, la musique, la création… Parce qu’il y a chez lui, sous le déguisement de l’ascétisme, une recherche d’émotion à nulle autre pareille, qui transporte toujours le lecteur.Une soirée sous le signe du lien entre musique et littérature sous la plume d’un des auteurs contemporains les plus marquants.

Lundi 1er mars
Vous comprendrez donc (Lei dunque capira)
Texte de Claudio Magris lu par Valérie Lang
Le mythe d’Orphée est connu de tous. Comment le poète est allé chercher sa femme, Eurydice – l’amour de sa vie – aux Enfers. Comment, à quelques pas de son retour au monde
des vivants, elle lui échappe définitivement parce qu’il ne peut contenir son envie de la revoir.
Dans ce texte qui revêt la forme d’un monologue, tel un poème en prose, Claudio Magris met la figure féminine d’Eurydice au centre du récit. L’écrivain italien revisite le mythe, pour en offrir une interprétation moderne de la passion amoureuse, soumise à l’épreuve de la mort. Vous comprendrez donc est le récit, superbe, de l’amour et de la sensualité.

Agenda des expositions et évenements
D L M M J V S
30 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3

Toute la programmation


Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet