Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Conférences et colloques>Sépulture d’un prince nomade dans la steppe de la Mer Noire :...

Conférences et colloques Sépulture d’un prince nomade dans la steppe de la Mer Noire : rang, éléments transculturels et contrôle territorial au début du XIIIème siècle.

Conférence

Intervenante : Renata Holod, université de Pennsylvanie, UPENN Museum

Les fouilles de sauvetage d'un tumulus, entreprises en 1981, ont permis la reconstitution du rituel funéraire d'un chef nomade. Ce tumulus se situe dans les steppes du sud de l'Ukraine. Aujourd'hui appelé le Chungul Kurgan, il fut érigé sur les hauteurs de la rive droite d'une vaste et marécageuse vallée du réseau fluvial de la Molochna qui débouche dans la mer d'Azov. Protégées des rigueurs du climat de la steppe des plateaux, alimentées en permanence en eau, ces vallées ont constitué un environnement idéal pour les quartiers d'hiver de plusieurs groupes de nomades pastoraux au cours de l'antiquité et du Moyen Âge.

Cette sépulture d'un noble ou d'un prince Kipčak (Cuman en latin, Polovtsi en slave) peut être datée des premières décennies du XIIIe siècle. Ces collines artificielles relevaient en fait de pratiques millénaires. La conversion ultérieure de cette population nomade soit à islam soit au christianisme a mis fin à l'édification de Kurgan comme mode de sépulture. Le Chungul Kurgan marque la phase terminale de cette pratique régionale.

Un projet de recherche a été établi en collaboration et avec le soutien du Getty Trust entre 2006 et 2011 pour réexaminer les objets et matériels provenant de ce Kurgan. Le luxe de la sépulture et sa grande taille indiquent que le défunt occupait un rang très élevé. Les objets retrouvés dans la tombe, vêtements funéraires, armes, réceptacles de boissons et de drogues notamment, proviennent de contextes géographiques et culturels variés. La plupart sont des objets fabriqués pour une élite appartenant à des sociétés sédentaires d'Europe occidentale, de Russie et du bassin méditerranéen. Ce spectaculaire complexe funéraire résume le dynamisme et la richesse des relations entre les Kipčaks et leurs voisins sédentaires.

Renata Holod est professeur de sciences humaines au département Histoire de l'art du College for Women Class of 1963, et conservateur, section Proche-Orient, à l’University Museum de l'université de Pennsylvanie. Après une licence d'études islamiques à l'université de Toronto et un master d'histoire de l'art à l'université du Michigan, elle a obtenu un PhD en Fine Arts à la Harvard University. Spécialiste de la culture visuelle du monde islamique, elle a travaillé en Iran, en Syrie, au Maroc, en Ouzbékistan, en Turquie, en Tunisie et en Ukraine.

Elle a participé à de nombreux comités consultatifs et comités directeurs, dont plusieurs au J. Paul Getty Trust, à la Fondation Van Berchem, aux Muqarnas annuels et à l'Aga Khan Award for Architecture. Elle est ancienne présidente de l’Historians of Islamic Art Association. Renata Holod a notamment remporté la médaille du Roi Fahd pour l'Enseignement de l'architecture islamique et la chaire de maître du jury du prix Aga Khan. Elle a été nommée Clark Professor en 2002. The Islamic Environmental Research Centre lui a décerné en 2004 un prix pour un travail exceptionnel sur l’architecture islamique.

Parmi ses nombreuses publications, notons City in the Desert: Qasr alHayr East (Cambridge, MA: Harvard University Press, 1978); The Mosque and the Modern World (London: Thames & Hudson, 1997); l'étude en cours sur Djerba, An Island Through Time: Jerba Studies (vol. 1, Portsmouth, RI: JRA Supplement, 2009; volume 2 en préparation). Elle a co-dirigé Modern Turkish Architecture (Philadelphia: University of Pennsylvania Press, 1984 et 2005), et co-dirigé The City in the Islamic World (Leiden: Brill, 2008), un ouvrage en 2 volumes. Elle fait actuellement partie de l'équipe éditoriale de The Handbook of the Global City pour Oxford University Press. Elle a récemment rejoint l'équipe éditoriale du journal Arkheolohiya de l'Institut d'archéologie de Kiev (2011).

Elle a été co-commissaire de l'exposition « Osman Hamdi Bey and the Americans: Art, Archaeology and Diplomacy » au PENN Museum de Philadelphie et au musée Pera à Istanbul (2010‐2011).

Elle est le principal chercheur du Chungul Kurgan Research Project financé par un Getty Collaborative Grant, qui étudie un tumulus du XIIIe siècle à Kipčak/Polovtsi dans le sud de l'Ukraine en vue d'une étude monographique rédigée par O. Halenko, R. Holod, V. Otroshchenko, Y. Rassamakin et W. T. Woodfin, The last Kurgan: a thirteenth century Prince’s burial in the Black Sea Steppe.

 

Cycle(s) : Actualité de la recherche archéologique

Laisser un commentaire

Connectez-vous ou créez votre compte Mon Louvre pour poster des commentaires.
Connexion | S’inscrire

Informations pratiques

Lieu
Auditorium du Louvre
 
Accès
Métro : Palais-Royal / Musée du Louvre.
Entrée par la pyramide, le passage Richelieu ou les galeries du Carrousel.
Parking du Carrousel ouvert de 7h à 23h.
 
Entrée libre dans la mesure des places disponibles
 
Informations
01 40 20 55 55, de 9h à 19h du lundi au vendredi.

Réservations
Au 01 40 20 55 00, du lundi au vendredi (sauf le mardi), de 11h à 17h, uniquement par carte bancaire.
Groupes scolaires et centres de loisirs : 01 40 20 50 01
Groupes adultes (associations, comités d’entreprise…) : 01 40 20 54 55.

A la caisse de l’auditorium
Du lundi au samedi (sauf le mardi) de 9h à 17h30.