Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Conférences et colloques>Signification, sens, présence :les œuvres d’art et leurs...

Le sens de l'interprétation
La mise en mots de l'oeuvre d'art

Intervenant : Étienne Jollet, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Si l’interprétation est censée conférer un sens à l’œuvre, peut-on poser la question du sens même de l’interprétation ? La question est d’autant plus urgente que les œuvres d’art visuel prennent aujourd’hui une importance nouvelle, portées qu’elles sont par l’essor de l’image et le déclin du texte. L’interprétation apparaît comme une démarche tout autant éthique, politique qu’intellectuelle ou sensible : elle ne peut exister que s’il y a consensus pour l’écoute du discours d’autrui. Cela signifie que doit être acceptée l’idée d’une compréhension différente, ou supérieure, à la sienne propre, mais aussi la pluralité des points de vue. La deuxième dimension problématique est celle de l’œuvre, qui serait plus qu’une image justement parce qu’elle est objet d’interprétation. Mais qu’est-ce qu’une oeuvre ? Une complexité singulière ? La traduction matérielle de l’intention de l’artiste ? Le témoignage d’une conception du monde propre à une période ? Enfin, la troisième difficulté est liée à la distance spécifique créée par l’œuvre d’art visuel : distance entre l’objet et le médium utilisé pour en rendre compte, mais aussi distance à l’œuvre qui, même connue, même vue mentalement, n’en est pas moins le plus souvent éloignée dans l’espace et dans le temps.

Professeur d’histoire de l’art moderne à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, Étienne Jollet s’intéresse aux rapports entre le voir et le savoir à l’époque moderne depuis sa thèse de doctorat dont a été tiré Figures de la pesanteur. Fragonard, Newton et les hasards de l’escarpolette (J. Chambon, 1998). Depuis lors, il s’adonne à l’étude des discours sur l’art, notamment la critique en France au XVIIIe siècle (il a publié l’œuvre de La Font de Saint-Yenne, ENSBA, 2001) et l’historiographie de l’histoire de l’art (éd. fr. du Portrait de groupe hollandais d’Aloïs Riegl, Hazan, 2008) ; il s’intéresse tout particulièrement à la question de la symbolique dans l’art et à son inscription dans l’espace visible (Marthe et Marie, avec J.-L. Chrétien et G. Lafon, Desclée de Brouwer, 2002 ; La nature morte et la place des choses. L’objet et son lieu dans l’art occidental, Hazan, 2007). Une réflexion ancienne sur les rapports entre art et pouvoir (Jean et François Clouet, Lagune, 1997) est à l’origine de nombreuses publications sur les monuments royaux en France à l’époque moderne – en particulier la question du piédestal – qu’un ouvrage en cours de rédaction reprend et articule (Monuments en mouvement. Les statues publiques des rois de France de Henri IV à la Révolution). Ses recherches actuelles portent sur la question de la temporalité dans les arts visuels, au sein d’un projet international intitulé « Tempus ».

Cycle(s) : Le sens de l’œuvre – Le sens à l’œuvre. De l’interprétation dans les arts visuels

Laisser un commentaire

Connectez-vous ou créez votre compte Mon Louvre pour poster des commentaires.
Connexion | S’inscrire

Informations pratiques

Lieu :
Auditorium du Louvre

Accès :
Métro : Palais-Royal / Musée du Louvre.
Entrée par la pyramide, le passage Richelieu ou les galeries du Carrousel.
Parking du Carrousel ouvert de 7h à 23h.

Informations :
+ 33 (0)1 40 20 55 55, de 9h à 19h du lundi au vendredi.

Réservations :
Au + 33 (0)1 40 20 55 00, du lundi au vendredi (sauf le mardi), de 11h à 17h, uniquement par carte bancaire.
Groupes scolaires et centres de loisirs : + 33 (0)1 40 20 50 01
Groupes adultes (associations, comités d’entreprise…) : + 33 (0)1 40 20 54 55.

A la caisse de l’auditorium
Du lundi au samedi (sauf le mardi) de 9h à 17h30.

Tarifs
Tarif E : 6 euros, 5 euros (réduit), 4 ou 3 euros (« solidarité » et « jeunes »)