Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>La recherche scientifique>Surveillance « vibratoire » des oeuvres de Charles Le Brun et...

Surveillance « vibratoire » des oeuvres de Charles Le Brun et Philippe de Champaigne conservées à proximité du chantier Marengo

Projet suivi par Bertrand Le Dantec

Le but du chantier Marengo est de faciliter la circulation des publics dans le musée tout en répondant aux exigences de la préfecture en matière de sécurité. Pour atteindre cet objectif, la construction de deux escaliers, de part et d’autre du passage Marengo, est en cours.
Dans ce contexte et tout en essayant de répondre aux exigences du plan d’ouverture garantie des salles et de veiller à la protection des œuvres situées à proximité du chantier, la plupart de ces dernières ont été déplacées pour les protéger des risques liés notamment à la poussière, à un climat inadapté et aux vibrations anthropiques provoquées par les travaux.
Au deuxième étage du musée, aile Sully, salles 31 et 32, huit peintures de très grand format de Charles Le Brun et Philippe de Champaigne n’ont pu être déplacées en raison de leurs dimensions et de leur fragilité. En accord avec le département des Peintures et avec la participation de la direction Architecture Muséographie Technique (DAMT) et de la DCPCR, des mesures minimales de conservation préventive ont été prises (constats d’état et protection de la poussière à l’aide d’un tissu technique : Tyvek®), et des systèmes antivibratoires ont été installés. Ces systèmes ont pour objectif de limiter les dommages structuraux qui ne manqueraient pas d’affecter des oeuvres non protégées situées près d’un chantier de démolition aussi important et confiné.
Grâce à la conception spécifique d’un tableur informatique par la Junior entreprise de l’université du Mans, des systèmes antivibratoires ont pu être trouvés, dimensionnés et quantifiés en tenant compte notamment de la masse des peintures. Ces « silent blocs » ont ensuite été installés sous les chariots métalliques, conçus pour l’occasion, qui reçoivent les peintures décrochées. À titre d’exemple, Le Passage du Granique de Le Brun et le chariot qui le supporte représentent une masse de 3 685 kg.
Faute de place, les huit œuvres restées dans les salles 31 et 32 n’ont pu être posées sur des chariots. Trois d’entre elles ont simplement été isolées du sol grâce aux « silent blocs » et appuyées en partie haute sur le mur. L’isolation vibratoire devient dès lors beaucoup plus complexe et nous avons, avec l’aide d’un enseignant chercheur de l’université du Mans qui a conçu un tableur expérimental, dimensionné des mousses techniques à interposer entre l’oeuvre et le mur.
Une fois les œuvres positionnées sur les chariots ou contre les murs, des accéléromètres uni-axiaux, couplés à une centrale d’acquisition, ont été installés, sur les châssis des œuvres, sur les sols et sur les murs des salles 31 et 32 par la société SITES.
Le seuil vibratoire théorique au-delà duquel il est estimé que les vibrations occasionnées par le chantier sont susceptibles de présenter un danger pour les collections a été fixé à 32 (mg). Si la valeur enregistrée sur les châssis des œuvres dépasse ce seuil, le système se met en alarme et envoie un message électronique contenant un enregistrement de 40 secondes qui encadre le dépassement.
Pour parfaire son installation, la société SITES a procédé à une série de tests préalables, d’une part pour valider le dispositif, d’autre part pour disposer d’éléments permettant d’apprécier l’efficacité des « silent blocs » une fois en place.
Les premiers résultats enregistrés sont prometteurs et devront être confrontés aux réalités du chantier.

B. Le Dantec



English version

The construction of two staircases on each side of the Marengo Pavilion to meet the security requirements formulated by the prefecture has led the museum, in collaboration with the Université du Mans, to develop antivibration systems for the eight large paintings that could not be evacuated. The design of a specific spreadsheet and the determination of a theoretical vibration threshold beyond which the construction would pose a danger for the collections have made it possible to generate an alarm and a warning message.

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet