Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Conférences et colloques>Conversation entre Tomás Saraceno et Bruno Latour

En partenariat avec :

Tomás Saraceno en conversation avec Bruno Latour

C’est un dialogue de longue date qui unit le philosophe des sciences Bruno Latour et l’artiste Tomás Saraceno. Depuis une dizaine d’années, ce dernier développe une recherche pointue, repoussant toujours plus loin les frontières d’une exploration spatiale et comportementale à travers le principe de réseaux ouverts dont chacun devient l’acteur. Dans un texte qu’il lui consacre en 2011, « Some Experiments in Art and Politics » (e-flux journal #23, mars 2011), le philosophe des sciences Bruno Latour souligne combien cette œuvre touche certains aspects cruciaux du débat contemporain où se nouent des considérations écologiques, sociales et politiques. En travaillant conjointement le modèle de la sphère - clos et centré sur lui-même -, et celui du réseau - ouvert et privé de centre -, en traversant les catégories caduques qui opposent nature et société, Tomás Saraceno donne à penser et à sentir l’interdépendance et l’impermanence de toute notion identitaire. Ses œuvres les plus récentes reposent sur des systèmes formels non créés de main d’homme, comme avec les toiles d’araignées qu’il met au centre de l’observation et de l’écoute du spectateur.

Tomás Saraceno aime à dire qu’il vit et travaille sur et au-delà de la planète Terre. Son œuvre est basée sur un processus continu de recherche où l’artiste croise les mondes de l’art, de l’architecture, des sciences naturelles et de l’ingénierie. Ses structures flottantes et ses installations interactives explorent essentiellement de nouvelles manières durables d’habiter et de percevoir l’environnement. D’abord formé en architecture à l’Universitad Nacional de Buenos Aires, ce jeune artiste s’est diplômé en art et en architecture à la Escuela Superior de bellas Artes de la Nación Ernesto de la Carcova, Buenos Aires (2000) et à la  Städelschule de Francfort (2003). Ces dernières années, il a présenté son travail dans des expositions monographiques et de groupe telles que : « Le Bord des Mondes » au palais de Tokyo, Paris (2015) ; « Cosmic Jive : The Spider Sessions » au Museo d’arte contemporanea Villa Croce, Gènes (2014) ; « In Orbit » à la Kunstsammlung Nordrhein-Westfalen, Dusseldorf (2013-2015) ; « On Space Time Foam » au Hangar Bicocca, Milan (2012-2013) ; « Cloud City » au Metropolitan Museum, New York (2012) ; « Cloud Cities » au Hamburger Bahnhof, Berlin (2011-2012).

Bruno Latour, né en 1947 à Beaune, en Côte d'Or, après une agrégation de philosophie, s'est formé à l'anthropologie en Côte d'Ivoire. Il a longtemps enseigné dans des écoles d'ingénieur, le CNAM d'abord, puis l'Ecole des Mines où il avait rejoint le Centre de sociologie de l'innovation en 1982. Depuis 2006, il est professeur à Sciences Po, Paris, où il dirige depuis deux ans le programme TARDE. En 2013, il est également nommé professeur associé à la London School of Economics (LSE). Parmi ses principales publications, parues en français aux éditions de La Découverte et traduites en plusieurs langues  : Paris ville invisible (2009), un travail de théorie sociologique à partir d'enquêtes photographiques ; Politiques de la nature-comment faire entrer les sciences en démocratie (1999), qui fait la synthèse des travaux sur la philosophie de l'environnement ; La fabrique du droit (2002), un ouvrage sur l'ethnographie du Conseil d'Etat ; L'espoir de Pandore (2001), qui fait le point sur l'impact des « Science Studies » sur la philosophie des sciences ; Enquête sur les Modes d’existence. Une anthropologie des Modernes (2012) ; Face à Gaïa. Huit conférences sur le nouveau régime climatique (2015). Bruno Latour a notamment été commissaire de deux expositions avec Peter Weibel, au ZKM de Karlsruhe : « Iconoclash » (2002) et « Making Things Public » (2005). Il a récemment présenté au Théâtre des Amandiers de Nanterre « Make it Work/ Le Théâtre des Négociations », plateforme de recherche développée au sein de Sciences Po, visant à imaginer des formes de négociation alternatives au cadre onusien pour la prochaine Conférence de Paris sur le climat.

Cycle(s) : En lien avec l'exposition « Brève histoire de l’avenir »
Evénement(s) : En lien avec l'exposition « Brève histoire de l’avenir »

Informations pratiques

Lieu
Auditorium du Louvre

Tarif E
6 €, plein
5 €, abonnement classique
4 €, abonnement tarif réduit
3 €, réduit
3 €, jeune ; solidarité
3 €, scolaire
Gratuit pour les étudiants en art et histoire de l'art et pour les Amis du Louvre jeune

Caisse de l’auditorium
Du lundi au samedi (sauf le mardi),de 9h à 17h15, les mercredi et vendredi jusqu’à 19h15.
Ouverture des caisses le 2 septembre 2015.
Ventes en continu à la Fnac.

Par téléphone
01 40 20 55 00
Du lundi au vendredi (sauf mardi), de 11h à 17h, uniquement par carte bancaire.

Achetez votre billet