Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Attribuée au Maître H. L., Vierge à l’Enfant

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Attribuée au Maître H. L., Vierge à l’Enfant

Mentionnée en 1914 et 1924 dans la collection Joseph Claer de Mulhouse, mais non localisée depuis, la Vierge à l’Enfant a ressurgi en 2009 dans le commerce d’art parisien et a pu être acquise en janvier 2010. Cette figure de retable, célèbre et admirée dès sa découverte en 1914, a toujours été considérée comme une oeuvre majeure du Maître H. L., l’un des plus grands artistes du gothique tardif allemand.

Graveur et sculpteur, cet artiste n’est connu que par son monogramme H. L. apposé sur ses gravures datées de 1511 à 1522 et sur son chef-d’oeuvre, exécuté de 1523 à 1526, le retable de la collégiale de Brisach, en Allemagne, près de Fribourg-en-Brisgau. Le Maître H. L. est contemporain de Matthias Grünewald et de Hans Baldung Grien, et ses oeuvres puissamment expressives appartiennent au même monde formel germanique des premières décennies du XVIe siècle. L’animation irréelle des drapés et des chevelures, la vibration maniériste des formes, l’invention de types humains étranges et la fantaisie des détails sont les composantes de son langage virtuose très original, qui exacerbe les valeurs traditionnelles du gothique tardif.

De haute qualité, la Vierge à l’Enfant est parfaitement représentative du style personnel du Maître H. L. Son visage charnu interprète le type féminin de la Vierge couronnée placée au centre du retable de Brisach. Le modelé se fait ici plus insistant, comme sur le visage de saint Jean à la prédelle du même retable. L’opulente chevelure coulant en beaux méandres rappelle aussi les épaisses mèches de plusieurs figures de Brisach. Le magnifique mouvement courbe de la grosse mèche enroulée qui enchâsse le buste féminin, selon une formule typique de l’artiste, est traité avec un art exceptionnel. Cette vision sensible et charnelle de la figure humaine trouve d’évidents parallèles dans les oeuvres de Baldung Grien sans doute connues du Maître H. L., tel Le Couronnement de la Vierge de Fribourg (1512-1514).

Spécifique du style des gravures et des sculptures du maître, le drapé s’anime d’un enchevêtrement de plis froissés au rythme savamment organisé. À la courbe dessinée par la mèche sur le buste répondent le mouvement du voile plissé et l’envol du pan du manteau, comme si un même souffle emportait cheveux et vêtements dans la même direction, tandis que l’Enfant Jésus s’élance vers le côté opposé. Drapé et attitude évoquent la Vierge à l’Enfant dessinée sur un projet de retable attribué à l’entourage du Maître H. L. (Ulm, Stadtarchiv). Plus dynamique sur notre sculpture, l’Enfant se tourne complètement vers l’extérieur et son pied gauche devait être soutenu par la main droite de sa mère, comme sur une sculpture du musée de Bâle probablement inspirée d’un modèle de H. L. Malgré ses mutilations, le corps grassouillet de l’Enfant peut être aisément rapproché des angelots sculptés ou des putti gravés par le Maître H. L.

La Vierge à l’Enfant, bien que peu épaisse, dégage une impression d’ampleur et de puissance. Cette plénitude plastique donnée à la figure humaine s’accorde aussi à l’iconographie mariale, qui souligne la prééminence de la Vierge immaculée avec le croissant de lune à ses pieds. Statue grandeur nature, la Vierge à l’Enfant a été conçue pour être présentée dans la caisse d’un retable d’autel, placée en position centrale et sans doute entourée de figures de saints.

Sculpteur d’exception, qui n’était évoqué dans les musées français que par deux reliefs du musée d’Unterlinden à Colmar attribués à son entourage, le Maître H. L. est désormais représenté au Louvre par cette figure mariale, image magistrale du dernier épanouissement de la sculpture gothique tardive allemande du Rhin supérieur.

S. Guillot de Suduiraut


Attribuée au Maître H. L.
(actif dans le Brisgau, Allemagne, de 1511 à 1526 environ)
Vierge à l’Enfant
Vers 1520-1525
Bois (tilleul) polychromé. H. 1,53 m ; l. 64 cm ; pr. 28 cm
Ancienne collection Joseph Claer, Mulhouse, 1912-1924.
Paris, galerie Mathieu Sismann, 2009 ; achat, 2010
Département des Sculptures (R.F. 2010-01)
 

Bibliographie

Münzel (G.), « Der Mutter Anna-Altar im Freiburger Münster und sein Meister », Freiburger Münsterblätter, 10, 1914, p. 65-66, fig. 11.

Schmitt (O.), Oberrheinische Plastik im ausgehenden Mittelalter, Fribourg-en- Brisgau, 1924, p. 16, 52, pl. 133.

Sommer (C.), « Der Meister des Breisacher Hochaltars », Zeitschrift des deutschen Vereins für Kunstwissenschaft, 3, 1936, p. 263.

Spätgotik am Oberrhein. Meisterwerke der Plastik und des Kunsthandwerks 1450-1530, catalogue de l’exposition (Karlsruhe, Badisches Landesmuseum im Karlsruher Schloß, 1970), Karlsruhe, Icom, 1970, p. 208 (E. Zimmermann).

Krummer-Schroth (I.), « Der Schnitzaltar in Niederrotweil a.K. », Jahrbuch der Staatlichen Kunstsammlungen in Baden-Württemberg, 8, 1971, p. 77, 80, 82-83, 88, 90, fig. 18b.

Schindler (H.), Der Meister HL = Hans Loy? Werk und Wiederentdeckung, Königstein im Taunus, 1981, p. 56-57, fig. 45.

La Vierge à l’Enfant d’Issenheim. Un chef-d’oeuvre bâlois de la fin du Moyen Âge, catalogue de l’exposition (Paris, musée du Louvre, 1998), Paris, Rmn, 1998, p. 89 (S. Guillot de Suduiraut).

Guillot de Suduiraut (S.), « Une Vierge à l’Enfant attribuée au Maître H. L. est retrouvée », La Revue des musées de France. Revue du Louvre, 2010-3, p. 8-9, fig. 1-3.


 


 

English version

 

Mentioned in 1914 and 1924 as present in the Joseph Claer de Mulhouse collection, but then cited as whereabouts unknown, in 2009 the Virgin and Child resurfaced on the Parisian art market. Greatly admired since its discovery in 1914, this celebrated figure from an altarpiece has always been considered a major work of the so-called Master H.L., one of the finest artists of the late German Gothic period.

An engraver and sculptor, this craftsman is known only by his monogram H.L., inscribed on engravings dating from 1511 to 1522, and on his masterpiece: the retable (1523–26) in the collegiate church in Breisach near Freiburg im Breisgau. The fantastical folds of the drapery and locks of hair, the Mannerist repetition of the forms, the invention of humans with a strange appearance, and the imaginative details, are all components of his very original virtuoso language, which intensified traditional late Gothic values.

This superbly crafted Virgin and Child encapsulates the personal style of Master H.L. The mother’s full features and mane of hair flowing down in beautiful cascades, are reminiscent of several Breisach altarpieces. The drapery’s tangle of crumpled folds, and the Child’s plump body is found in many of the Master’s engravings and sculptures.

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet