Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Conférences et colloques>à 12h30La tombe de Philippe II à Vergina-Aigai : une nouvelle...

par Despina Ignatiadou, musée archéologique de Thessalonique

(Antiquités grecques, étrusques et romaines)

La frise peinte sur la façade de la tombe de Philippe II est considérée comme un jalon majeur dans la peinture grecque antique. Son interprétation, étroitement liée à l'identité du défunt, a alimenté de nombreuses querelles d'experts. Sur les dix personnages de la fresque, trois seulement sont vêtus de pourpre, la couleur attachée à la représentation des dieux, des héros et des rois. Puisqu’il ne peut s’agir de divinités, il reste à identifier les trois rois et à situer dans le temps la scène représentée. Il convient également de s’interroger sur l'association, dans cette chasse, d'animaux vivant dans des habitats naturels différents et que l’on ne pouvait donc chasser dans un même lieu. Mais la représentation d'une chasse, dans une réserve d'animaux sauvages ou même dans un bosquet sacré, pouvait-elle constituer un hommage funéraire adapté au génie politique et militaire de Philippe II ? Sans doute si l’on considère que la chasse remplissait un rôle symbolique dans la narration des campagnes du roi, de ses liens politiques et même de ses croyances religieuses.

Despina Ignatiadou est conservatrice chargée des collections des œuvres en métal et  directrice adjointe du musée archéologique de Thessalonique (Grèce). Elle a étudié l'archéologie à l'université Aristote de Thessalonique et la conservation des antiquités à l'Institut d'archéologie de l'université de Londres. Elle a obtenu sa thèse à l'université Aristote sur « La verrerie macédonienne du IVe siècle av. J.-C. Le verre incolore ». Despina Ignatiadou a participé aux fouilles de plusieurs sites grecs et à plusieurs expositions permanentes, temporaires et itinérantes pour le musée archéologique de Thessalonique et pour le ministère grec de la Culture. Elle a été l'un des responsables de l’aménagement des salles consacrées à « L'or de la Macédoine » et l’un des auteurs du guide consacré à cette section.
Parmi ses publications figurent plusieurs études sur l'archéologie de la Macédoine, l’organisation d'expositions et la restauration des antiquités. Ses recherches portent principalement sur l'histoire du verre préromain. Elle est actuellement vice-présidente de l'Association Internationale pour l’Histoire du Verre. Son dernier ouvrage, rédigé  en collaboration avec A. Antonaras et publié à Thessalonique en 2008, a pour titre : Glassworking, Ancient and Medieval : Terminology, technology and typology, A Greek-English, English-Greek Dictionary.

Informations pratiques

Entrée libre