Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Conférences et colloques>à 12h30Les tombes thébaines de Sennefer (TT96) et d'Aménémopé...

par Laurent Bavay, Mission archéologique dans la nécropole thébaine, Université libre de Bruxelles

(Antiquités égyptiennes)

La nécropole de l’ancienne Thèbes, sur la rive occidentale du Nil face à la ville moderne de Louqsor, abrite les tombes de l’élite de la société égyptienne du Nouvel Empire. Depuis 1999, le Centre de recherches archéologiques de l’Université libre de Bruxelles a entrepris l’étude et la conservation de deux monuments funéraires situés sur la colline de Cheikh Abd el-Gourna et construits pour deux grands personnages du règne d’Amenhotep II (1427-1401 avant J.-C.) : la tombe thébaine n° 29 du vizir Aménémopé et la  tombe n° 96 de son cousin Sennefer, dont les titres indiquent qu’il joua un rôle important dans la gestion économique du domaine d’Amon. Connus depuis la première moitié du XIXe siècle, ces deux monuments n’ont été que peu étudiés.

La tombe de Sennefer est célèbre pour son caveau peint, au plafond décoré d’un motif de vigne. En revanche, la très vaste chapelle funéraire reste à ce jour inédite. Une grande partie du travail de la mission porte sur la conservation des peintures qui couvrent ses parois, en vue de leur étude et de leur publication. L’utilisation de la chapelle comme étable avant sa protection par les autorités a causé des dommages importants qui rendent la restauration particulièrement difficile. Les résultats déjà obtenus par l’équipe internationale de conservateurs-restaurateurs ont néanmoins permis d’améliorer considérablement la lisibilité des peintures et de garantir leur préservation pour l’avenir. Les niveaux archéologiques, quant à eux, ont été détruits lors de dégagement réalisés au début du siècle dernier.

Voisine de quelques dizaines de mètres, la tombe d’Aménémopé n’avait jamais fait l’objet d’aucune exploration archéologique. Seul un texte figurant dans la chapelle avait, dès sa redécouverte en 1895, retenu l’attention des égyptologues ; il s’agit de l’une des quatre versions connues des « Devoirs du vizir », un document fondamental pour l’étude de l’administration égyptienne au Nouvel Empire. Parallèlement à la conservation et à l’étude des peintures, la fouille s’est attachée à reconstituer l’histoire du monument depuis sa construction jusqu’à l’intervention de la mission. Elle a ainsi permis de mettre au jour les aménagements d’origine de la tombe avec ses appartements funéraires souterrains et l’aménagement d’une vaste terrasse artificielle. Mais aussi de révéler l’occupation de la chapelle et de sa cour par un ermite copte au début du VIIIe siècle de notre ère. L’abondant matériel associé à cette installation chrétienne livre une image particulièrement vivante des communautés semi-anachorétiques de la montagne thébaine. Enfin, les vestiges de l’occupation récente de la tombe ne peuvent être négligés par l’archéologie contemporaine, alors même que ce patrimoine est actuellement en voie de disparition.

La conférence proposera un bilan des principaux résultats obtenus au terme de dix campagnes réalisées par la mission de l’Université libre de Bruxelles.

Bibliographie :
- R. Tefnin, C. Périer-d’Ieteren, « Archéologie et conservation-restauration dans les chapelles de Sennefer (TT 96) et Aménémopé (TT 29) », Bulletin de la Société Française d’Egyptologie 154, 2002, p. 7-28.
Le numéro 45 de la revue Egypte Afrique & Orient est entièrement consacré aux travaux de la mission dans les tombes de Sennefer et d’Aménémopé :
- L. Bavay, « La tombe thébaine d’Aménémopé, vizir d’Amenhotep II », Egypte Afrique & Orient 45, 2007, p. 7-20.
- H. Tavier, « Materiam superabat opus. La conservation-restauration de la chapelle de Sennefer », Egypte Afrique & Orient 45, 2007, p. 33-42.
- D. Laboury, « Sennefer et Aménémopé. Une affaire de famille », Egypte Afrique & Orient 45, 2007, p. 43-52.

Biographie :
Né en 1972, Laurent Bavay est diplômé en archéologie de l’Université libre de Bruxelles. Assistant (1995 à 2006) puis chercheur (2006 à 2008) au Centre de recherches archéologiques de l’ULB, il a participé à de nombreuses campagnes de fouilles en Égypte, en particulier à Tanis, Siwa, Adaïma, Hierakonpolis, Karnak et Saqqara. Spécialisé dans l’étude de la céramique, il est également chargé de la publication de la poterie du Nouvel Empire de Deir el-Medina sous l’égide de l’IFAO, ainsi que des « étiquettes de jarre » hiératiques provenant du même site en collaboration avec Pierre Tallet et Janine Bourriau. En 1999, il crée avec le Professeur Roland Tefnin la mission archéologique de l’ULB dans la nécropole thébaine, dont il assure la direction depuis juillet 2006. Il a soutenu en février 2008 une thèse de doctorat consacrée aux occupations coptes et post-antiques de la tombe thébaine numéro 29. Parallèlement à ses travaux en Égypte, il participe également à divers programmes de terrain en Europe, sur plusieurs sites protohistoriques et gallo-romains en Belgique et en France. Laurent Bavay occupera, à partir de la prochaine rentrée académique, la Chaire d’archéologie égyptienne à l’Université libre de Bruxelles.

Informations pratiques

Lieu

Auditorium du Louvre

Entrée libre dans la limite des places disponibles