Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Conférences et colloques>à 20h « Faces à faces » : Joseph Kosuth ‘ni apparence ni...

Conversation entre Joseph Kosuth, artiste, Rome, et Jean-Pierre Criqui, historien de l’art, Rédacteur en chef des Cahiers du musée national d’art moderne, Paris.

A l’occasion de la création in situ présentée au Louvre, l’artiste Joseph Kosuth est invité à une conversation autour de son parcours artistique et théorique, depuis l’affirmation de sa réflexion singulière sur la perception et le langage, dans la mouvance conceptuelle des années 1960.
Son interlocuteur est Jean-Pierre Criqui, auteur de nombreux ouvrages, expositions et essais sur l’art minimal, conceptuel et post-conceptuel.

Né à Toledo (Ohio) le 31 janvier 1945, Joseph Kosuth est l’un des pionniers de l’art conceptuel et de l’art de l’installation, à l’origine de travaux basés sur le langage
et les stratégies d’appropriation dans les années 1960. Son œuvre explore systématiquement les thèmes de la production et le rôle du langage ainsi que le sens dans l’art. L’enquête
qu’il mène depuis bientôt quarante ans sur la relation entre langage et art se manifeste sous forme d’installations, d’expositions, de commandes publiques et de publications à travers l’Europe, le continent américain et l’Asie, dont six éditions de la Documenta et huit de la Biennale de Venise, (parmi elles, une au Pavillon hongrois en 1993).
En 1968, il reçoit une bourse de la Fondation Cassandra, Marcel Duchamp l’ayant sélectionné une semaine avant sa disparition. Il a été récompensé par
le Brandeis Award en 1990, le Frederick Weisman Award en 1991, la Menzione d’Onore à la Biennale de Venise en 1993, et nommé Chevalier de l’ordre des Arts
et des Lettres
par le gouvernement français en 1993. En juin 1999, le gouvernement français émet un timbre-poste d’une valeur de 3 francs en l’honneur de son oeuvre dans la ville
de Figeac. En février 2001, l’Université de Bologne lui décerne les Laurea Honoris Causa, doctorat en philosophie et littérature. En octobre 2003, il reçoit la plus haute récompense autrichienne en termes de réussites scientifiques et culturelles, la Decoration of Honour in Gold for services to the Republic of Austria. Joseph Kosuth a étudié au Cleveland Institute of Art (1963-1964), à la School of Visual Arts de New York (1965-1967), à la New School for Social Research (anthropologie et philosophie) de New York (1971-1972) et au département d’arts plastiques de la School of VisualArts de New York (1967-1985). Il a été professeur à la Hochschule für Bildende Künste de Hambourg (1988-1990), à la Staatliche Akademie der Bildende Künste de Stuttgart (1991-1997) et à la Kunstakademie de Munich (2001- 2006), et enseigne actuellement à l’Istituto Universitario di Architettura de Venise. Il intervient en tant que professeur et conférencier dans plusieurs universités et institutions depuis presque quarante ans, parmi lesquelles : les universités de Yale, Cornell, New York et Duke, l’UCLA, Cal Arts, Cooper Union, le Pratt Institute, le Museum of Modern Art de New York, l’Art Institute de Chicago, l’Académie royale de Copenhague, l’Ashmolean Museum, l’université d’Oxford, l’université de Rome, la Kunstakademie de Berlin, le Royal College of Art à Londres, la School of Art de Glasgow, la Hayward Gallery à Londres, la Sorbonne à Paris, le musée Sigmund Freud à Vienne. Il partage sa vie entre New York et Rome.

Historien de l’art et critique, Jean-Pierre Criqui est depuis le 1er février 2010 responsable du service des conférences et débats au Centre Pompidou, où il est également rédacteur en chef des Cahiers du Musée national d’art moderne. Il a publié de nombreux textes sur l’art contemporain, dont certains ont été réunis en volume sous le titre Un trou dans la vie. Essais sur l’art depuis 1960 (Desclée de Brouwer, 2002). Il a également fait paraître à l’automne 2009 une monographie consacrée à l’artiste belge Wim Delvoye (Ides & Calendes/SuperVision). Parmi les expositions dont il a été le commissaire, la dernière en date, « L’Horizon chimérique. Ed Ruscha –Jean-Marc Bustamante », s’est tenue en 2007 au Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg.

Informations pratiques

Lieu

Auditorium du Louvre

Entrée libre