Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Films>Agnès de-ci, de-là Varda - 1 & 2

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Agnès de-ci, de-là Varda
Fr., 2011, réal. Agnès Varda, 2011, 5x45 min
« J’ai commencé une série de voyages, filmant de ci de là des visages et des mots, des musées, des fleuves et des œuvres… et des artistes dont j’aime le travail. » Agnès Varda

Agnès de ci de là Varda est une série de chroniques, filmées par Agnès Varda avec une petite caméra au cours des deux dernières années à l’occasion de ses voyages, et commentées par elle. La cinéaste a longé des fleuves inconnus, filmé des élagueurs d’amendoeiras à Copacabana, exploré des lieux oubliés comme les Watts Towers à Los Angeles ou une friche artistique sur une terrasse à Saint-Pétersbourg...
Son projet ? Filmer la vie et l’art contemporain là où il se trouve (musées, expositions, biennales), en donnant la parole à des artistes comme Soulages, Boltanski, Messager, Barcelo, Pierrick Sorin ou bien à d’autres comme Monsieur Bouton de Lyon, ou Kikie Crêvecoeur de Bruxelles. Croisés en route, Manuel de Oliveira improvise une danse au Portugal et Carlos Reygadas évoque ses parties de foot au Mexique...
Des carnets de voyages dans lesquels Agnès Varda se livre entre deux entretiens, avant d’assembler, de façon originale, sa récolte d’images et d’impressions. Un cinéma plein de fantaisie, d’humour et de talent, de-ci de-là.

« Sont-ce des ballons que j’ai envoyés comme des cartes postales de voyage ou est-ce moi qui voyage de bulle en bulle, de ci de là ?" En avion jusqu’à Berlin, où l’on marche parmi les ours et où Joseph Beuys a sculpté de la matière grasse ; en voiture à Francfort, pour voir pleurer des femmes ; à la nage pour converser avec Pierrick Sorin dans son aquarium ; en autobus pour une "perm’ à Nantes" vers Jacques Demy ; en taxi au Mexique pour trinquer avec des squelettes ; en métro à Paris pour rendre visite au chat Guillaume-en-Egypte qui garde l’atelier de Chris Marker ; en bateau à Sète pour écouter Pierre Soulages ; en parapluie au Portugal pour poser avec Manoel de Oliveira et sa femme. À nous trois, on totalisait 276 ans… » Agnès Varda

Agnès de-ci, de-là Varda – Épisodes 1 & 2
Épisode 1

Après une virée à Berlin, Agnès s'attarde dans le désordre magnifique de l'atelier de Chris Marker. Elle se promène dans Second Life où ce cinéaste qui "pousse la discrétion jusqu'au secret" mène une vie parallèle. Puis, elle prend le train pour Nantes où l'on "célèbre" les vingt ans de la mort de Jacques Demy et les cinquante ans de Lola : flash-mob, émouvants plans du visage d'Anouk Aimée passage Pommeraye, détour par les chantiers navals où s'ébrouent désormais de gigantesques animaux marins mécaniques et séjour revigorant au musée des Beaux-Arts. Au Lieu Unique, où s'expose un Pierrick Sorin courant à contre-sens sur un 33-tours ou crachant obstinément sur un écran, Agnès Varda pousse dans ses retranchements ce plasticien qui avoue "aimer faire le mariole, mais le mariole un peu dépressif". La cinéaste se rend ensuite au Portugal, où Manuel de Oliveira lui chipe sa caméra et improvise une danse, avant d'explorer une de ses obsessions préférées : que s'est-il passé avant et après une photo ?

Episode 2
L'artiste majorquin Miguel Barceló montre à Agnès Varda les outils qu'il élabore lui-même pour peindre des gorilles, des animaux marins ou des tomates écarlates. La cinéaste se rend aussi à Bruxelles, à l'inauguration du musée Magritte. Pour l'occasion, Harari a conçu une vidéo qui permet de faire défiler sur les murs de la ville les pipes, chapeaux et autres parapluies immortalisés par le peintre. La réalisatrice rend visite à un ami fidèle et charmeur, le créateur multiforme Hans Ulrich Obrist, qui l'avait incitée à se déguiser en artiste contemporaine grâce à un costume de patate en 2003, lors de la Biennale de Venise. La rencontre avec Christina, une journaliste, est l'occasion d'inverser les rôles : Agnès assaille de questions cette jeune femme qui a réalisé un film sur l'importance des cheveux, la perte graduelle des siens et ses conséquences.

 

Cycle(s) : Journées internationales du film sur l'art, 10e édition

Informations pratiques

Lieu
Auditorium du Louvre

Tarif E
6 €, plein
5 €, réduit
3 €, jeune (- de 26 ans) ; solidarité ; scolaire

Gratuit
- Adhérents Amis du Louvre Jeunes ;
- Etudiants en art, histoire de l’art et architecture ;
- Personnel du ministère de la Culture et de la Communication ;
- Membres du Conseil International des Musées (ICOM)
- Adhérents Carte Louvre professionnels.
Entrée libre dans la demi-heure précédant la manifestation, sur présentation d’un justificatif

Caisse de l’auditorium
Du lundi au dimanche (sauf le mardi) de 9h à 17h15, et les mercredis et vendredis jusqu’à 19h15.
Par téléphone 01 40 20 55 00
du lundi au vendredi (sauf mardi) de 11h à 17h, uniquement par carte bancaire.

Acheter un billet pour cette séance Acheter des billets pour le cycle