Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Conférences et colloques>Alexandrie à l’époque des Consuls : les aiguilles de Cléopâtre,...

par Paolo Gallo, université de Turin

Entre le 18e et le début du 19e siècle, les bateaux étrangers qui font escale à Alexandrie mouillent dans le Port Est ; les Consulats de France et d’Angleterre sont situés juste en face, dans le quartier où se trouvent la « Douane » et l’unique dock utilisable pour l’embarquement des marchandises destinées à l’étranger. C’est dans ce lieu que les hommes d’affaires, les voyageurs, les aventuriers, les bédouins transportent les antiquités qu’ils ont ramassées sur les sites de toute l’Égypte dans l’espoir de les vendre à quelque marchand occidental. Parmi les meilleurs acheteurs figurent les consuls des grandes Nations européennes en Égypte, à qui les moyens et les connaissances permettent d’organiser plus facilement les délicats transports d’œuvres d’art des époques pharaonique et ptolémaïque. Des milliers d’objets égyptiens stationnent dans leurs entrepôts alexandrins pour quelques temps avant d’être expédiés par bateau vers les musées d’Europe. Le croisement des données archéologiques avec celles qui concernent la topographie locale et les documents d’archives a permis, tout récemment, de découvrir l’emplacement exact de l’ancienne maison consulaire française d’Alexandrie, dont la cour et les magasins au rez-de-chaussée constituèrent, à l’ « Époque des Consuls », la plus grande station du trafic d’antiquités égyptiennes dirigé vers l’Europe. C’est à cet endroit – qui devint plus tard un laboratoire pharmaceutique - qu’un grand nombre de monuments égyptiens fameux – parmi lesquels le grand naos en pierre du Louvre - a stationné avant de rejoindre les collections européennes.

De nationalité italienne, Paolo Gallo est né en 1961. Il a étudié Égyptologie à Pise avec Edda Bresciani, puis à Paris avec les professeurs Jean Yoyotte, Jean Leclant, Nicolas Grimal. Il a obtenu le doctorat en « Égyptologie » à l’université de Rome « La Sapienza » avec Alessandro Roccati. Ancien membre de l’Institut Français d'Archéologie Orientale du Caire à titre étranger (1990-1993), il est actuellement professeur-chercheur d’égyptologie à l’université de Turin, où il a enseigné dès 1999. Depuis 1997, il a ouvert et dirige la Mission archéologique de l’université de Turin sur l’Île de Nelson – Aboukir (Gouvernorat d’Alexandrie), où les vestiges d’une colonie grecque de l’époque macédonienne et une nécropole des dernières dynasties indigènes (26e-30e dynasties) ont été découvertes.
Il est associé aux projets de publication du Centre d’Études Alexandrines (USR 3134 du CNRS) concernant les monuments pharaoniques et égyptisant d’Alexandrie ; il est chargé de la publication des « pharaonika » retrouvés par la Mission Grecque d’Alexandrie dirigée par Harris Tzalas. Il est en train de terminer un ouvrage sur l’archéologie de la « Région canopique ».


Evénement(s) : 12h30 au Louvre

Informations pratiques

Lieu
Auditorium du Louvre, sous la pyramide

Tarif D
8 €, plein
6 €, réduit
4 €, jeune (- de 26 ans) ; solidarité ; scolaire

Gratuit
- Adhérents Amis du Louvre Jeune ;
- Etudiants en art, histoire de l’art et architecture ;
- Personnel du ministère de la Culture et de la Communication ;
- Membres du Conseil International des Musées (ICOM).

Entrée libre dans la demi-heure précédant la manifestation, sur présentation d’un justificatif

Caisse de l’auditorium
Du lundi au dimanche (sauf le mardi) de 9h à 17h15, et les mercredis et vendredis jusqu’à 19h15.
Par téléphone 01 40 20 55 00
du lundi au vendredi (sauf mardi) de 11h à 17h, uniquement par carte bancaire.

Acheter un billet