Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Conférences et colloques>Archéologie islamique de l’océan indien : les rivages de...

par Stéphane Pradines, Aga Khan University, Londres

Stéphane Pradines mène avec ses équipes, les recherches archéologiques en Afrique orientale au cours de ces vingt dernières années. Deux grands thèmes se dessinent ; la diffusion des idées, des personnes et des objets dans l’océan Indien au cours du Moyen Age,  et  le rôle de l’Islam dans la construction des grands réseaux commerciaux internationaux et de leur impact sur l’urbanisation africaine.

Grâce aux recherches archéologiques réalisées, Mayotte et les Comores apparaissent aujourd'hui comme un centre majeur de diffusion du cristal de roche d’origine malgache dans l’océan Indien, tout comme la cité Etat de Kilwa avait le monopole  du commerce de l’or issu des mines du Zimbabwe. Ces monopoles permettaient aux insulaires de Kilwa et de Mayotte de dégager d’importants bénéfices permettant l’acquisition d’objets importés de prestige comme des céramiques islamiques persanes ou des porcelaines chinoises, des tissus, des perles et des verreries. Au 11e siècle, le cristal de roche était déchargé à Aden au Yémen. Les produits étaient alors transbordés et réexpédiés vers les ports d’Aydhab et de Quseir sur la mer Rouge. Les précieuses marchandises étaient ensuite transférées sur des felouques en direction du Caire. Le cristal de roche était enfin mis en forme par des artisans spécialisés dans la vieille ville de Misr-Fustat. Puis, suite à des ventes, des conquêtes ou des cadeaux diplomatiques, le cristal de roche fatimide est parvenu jusqu’en Europe.
Ainsi, les objets produits à cette époque figurent dans les collections des grands musées de par le monde, du Victoria and Albert Museum à Londres jusqu’au musée du Louvre à Paris.

Archéologue français et professeur d’art et d’architecture islamique à l’université Aga Khan de Londres, Stéphane Pradines a fait sa thèse de doctorat sur la Culture Swahilie à l’université de la Sorbonne sous la Direction de Marianne Barrucand. Avant d’être en poste au Royaume-Uni, il a travaillé en Egypte pendant onze ans pour le prestigieux Institut français d’archéologie orientale. Il s’est spécialisé notamment sur la culture matérielle de guerre : l’architecture militaire et les armes. De 2008 à 2016, il a codirigé deux programmes de recherche internationaux sur la Guerre en Islam médiéval. Il a organisé des fouilles au Caire, sur les murailles Fatimides et Ayyoubides et effectué tout le travail de sauvetage dans le Caire mamelouk pendant 17 ans. En parallèle, il a continué ses recherches dans l’océan Indien et dirigé d’importantes fouilles archéologiques au Kenya, en Tanzanie, aux Comores et aux Maldives. Il dirige actuellement une fouille archéologique avec le World Monument Fund sur le site de Kua au large de l’île de Mafia en Tanzanie.

Informations pratiques

Lieu
Auditorium du Louvre, sous la pyramide

Tarif D
8 €, plein
6 €, réduit
4 €, jeune (- de 26 ans) ; solidarité ; scolaire

Gratuit
- Adhérents Amis du Louvre Jeune ;
- Etudiants en art, histoire de l’art et architecture ;
- Personnel du ministère de la Culture et de la Communication ;
- Membres du Conseil International des Musées (ICOM).

Entrée libre dans la demi-heure précédant la manifestation, sur présentation d’un justificatif

Caisse de l’auditorium
Du lundi au dimanche (sauf le mardi) de 9h à 17h15, et les mercredis et vendredis jusqu’à 19h15.
Par téléphone 01 40 20 55 00
du lundi au vendredi (sauf mardi) de 11h à 17h, uniquement par carte bancaire.

Acheter un billet