Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Arts & éducation>Conférences de l'auditorium>Colloques, cycles de conférences en histoire de l'art>"Classique et barbare". La sculpture de l'Antiquité tardive et...

"Classique et barbare". La sculpture de l'Antiquité tardive et du haut Moyen Âge (IVe-Xe siècles) Du corpus aux humanités numériques

​Entre l'Antiquité et le Moyen Âge central, où la sculpture a joué un rôle éminent, on considère souvent que cette technique artistique a connu une éclipse dans les siècles intermédiaires. Pourtant, loin d'être une parenthèse, cette longue période a vu le renouvellement en profondeur du rôle de la sculpture, dans ses techniques, dans son langage comme dans ses fonctions.

À l'occasion du lancement d'un programme de recherche centré sur l'étude de ce domaine en France, ces journées d'étude ont été l'occasion de présenter les autres corpus européens en traitant du rapport de la sculpture avec l'architecture, la liturgie, la mort, des questions de formes et de datations ou encore de matériaux et de techniques.

(Première journée d’études le jeudi 24 septembre à l’Ecole du Louvre)
Deuxième journée d’étude le vendredi 25 septembre à l’Auditorium du Louvre

Sous la direction scientifique de :
Pierre-Yves Le Pogam,
conservateur en chef, département des Sculptures, musée du Louvre ;
Anne-Bénédicte Mérel-Brandenburg, membre de l’équipe de recherche de l’École du Louvre ;
Anne Flammin, ingénieur de recherche, CNRS ;
Christian Sapin, directeur de recherche émérite, CNRS ;
Pascale Chevalier, maître de conférences des universités, Clermont-Auvergne.

 

Analyses et matériaux : les marbres blancs

par Anne-Bénédicte Mérel-Brandenburg, chercheur, équipe de recherche, École du Louvre

L’étude de la sculpture du haut Moyen Âge a été profondément renouvelée depuis une trentaine d’année grâce à l’archéométrie. Aux données formelles, typologiques, contextuelles d’œuvres parfois isolées ou fragmentaires, l’analyse des matériaux ajoute la possibilité de retracer l’histoire des grands centres d’extraction et de leur diffusion. Selon une méthodologie basée sur des techniques innovantes, ces analyses permettent de distinguer des matériaux très semblables d’aspect, surtout les marbres blancs, et ainsi de déterminer leur provenance, leur commercialisation et leur utilisation. Appliquées systématiquement dans certaines régions (Occitanie, Aquitaine), elles ont apporté des données capitales à la connaissance de la matérialité des sculptures, ouvrant de nouvelles perspectives à la recherche.

Le sarcophage entre technique et décor

par Fabrice Henrion, délégué scientifique et technique, Centre d’études médiévales (Auxerre - Yonne), membre associé, UMR 6298 ArTeHIS (Archéologie Terre Histoire Sociétés)

Au cours des deux dernières décennies, l’étude des sarcophages de pierre du haut Moyen Âge a pris un tournant particulier en ne considérant plus « l’objet » seulement pour son décor mais bien pour lui-même, révélant ainsi des caractères discriminants jusqu’alors trop souvent laissés de côté. Ainsi, en tenant compte de l’ensemble de son histoire, depuis la carrière d’où il provient jusqu’à la nécropole, au cimetière ou au lieu de culte qui finalement l’accueille, il est dorénavant possible d’inscrire n’importe quel exemplaire, entier ou fragmentaire, dans une typologie et une chronologie archéologiquement établies. Si le décor avait dû être mis de côté dans l’élaboration de la méthode de classification typologique et chronologique, on y revient naturellement, par le prisme des études antérieures et l’apport des données nouvelles.

Débat

Les techniques de sculpture dans l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge

par Thierry Gregor, École doctorale lettres, pensée, arts et histoire – LPAH, Poitiers
L’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge présentent des spécificités techniques en sculpture sur pierre qui seront évoquées lors de cette intervention. L’atelier présentera en condition d’utilisation ces outils parfois particuliers et originaux, ces techniques spécifiques et l’approche du matériau pierre, toujours ingénieux, des graveurs, sculpteurs, tailleurs de pierre ou tout simplement des exécutants de cette période charnière.

Table-ronde conclusive
Intérêt et enjeux d’un corpus en ligne

Gilbert-Robert Delahaye, administrateur et ancien président de plusieurs sociétés d’archéologie ;
Alain Dierkens, professeur, université libre de Bruxelles ;
Fanny Hamonic, musée d’Archéologie nationale ;
Lise Leroux, Laboratoire de recherche des monuments historiques ;
François Heber-Suffrin, maître de conférences honoraire des Universités.

Informations pratiques

Conformément aux directives gouvernementales de lutte contre la propagation du virus Covid-19, le musée du Louvre et le musée national Eugène-Delacroix sont fermés jusqu'à nouvel ordre.

Les visiteurs ayant acheté un billet pour cette période seront remboursés automatiquement. Aucune démarche n’est nécessaire.

Le jardin des Tuileries et le jardin du Carrousel sont ouverts.

Retrouvez sur cette page toutes les informations liées à la situation sanitaire.

Nous vous remercions de votre compréhension.