Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements

Collections et départements

Le musée du Louvre présente des œuvres de l'art occidental du Moyen Âge à 1848, des civilisations antiques qui l'ont précédé et influencé et des arts d'Islam. Les collections sont réparties en huit départements qui ont leur histoire propre, liée aux conservateurs, aux collectionneurs et aux donateurs.

Archéologie à Gabies

14 Janvier 2020

Fouilles de Gabies - 140 * 87 px

Conférence

Reportée au 31 janvier 2020 à 17h30
Société Française d'Archéologie Classique, salle Benjamin.

Antiquités grecques, étrusques et romaines - Actualité

Du Danube au Bosphore : les Grecs en mer Noire

14 Janvier 2020

Le complexe rural de Messarité 4 - 140 * 87 px

Conférence

31 janvier 2020 à 12h30
Auditorium du Louvre

Antiquités grecques, étrusques et romaines - Actualité

Réouverture de la Galerie d’Apollon

13 Janvier 2020

Couronne de l'impératrice Eugénie (détail) - 140 * 87 px

Fermée depuis mars dernier, la galerie d’Apollon, l’un des lieux emblématiques du musée et du palais du Louvre, écrin d’une partie des collections historiques les plus précieuses du musée, rouvre ses portes au public à l’issue de travaux et de réaménagements muséographiques conduits par le musée avec l’aide d’un mécénat de la Maison Cartier.

Le dépoussiérage spectaculaire des peintures et des décors de stucs s’est accompagné de celui des tapisseries qui scandent ses murs, chefs-d’œuvre des Gobelins commandés pour la galerie par Duban et installés en 1852. L’éclairage et la sécurisation des vitrines ont été rénovés à cette occasion. Ces grandes vitrines, ainsi que les vitrines murales et celles en table des embrasures des fenêtres, continuent d’abriter, dans une présentation toutefois entièrement repensée, les collections de pierres dures de Louis XIV. S’y ajoutent quelques autres pierres dures réunies à des fins pédagogiques, et des éléments en pierre dure du surtout de Charles IV d’Espagne offert à Napoléon Ier qui partage avec les gemmes de Louis XIV une origine royale et une infinie préciosité des matières.

Enfin, trois nouvelles vitrines ont été installées au centre de la galerie, désormais ouverte à la circulation dans les deux sens : depuis la rotonde d’Apollon ou du Salon carré. Elles abritent ce qui subsiste au Louvre de la collection des diamants de la Couronne fondée en 1532 par François Ier, transmise et enrichie de règne en règne malgré les vicissitudes de l’Histoire mais malheureusement vendue presque entièrement par l’État en 1887. Les vingt-trois bijoux aujourd’hui au Louvre sont de nouveau réunis dans la galerie où ils sont individualisés en trois ensembles : ceux antérieurs à la Révolution dont le Régent et le Sancy brièvement montés en 1722 sur la couronne personnelle du sacre de Louis XV, présentée à dessein à leurs côtés dans la vitrine ; ceux du Premier Empire, de la Restauration et de la monarchie de Juillet ; ceux du Second Empire avec les vestiges des grandes parures de l’impératrice Eugénie. Quelques écrins, souvent demandés par des amateurs passionnés, sont également présentés.

La galerie d’Apollon, aile Denon 1er étage, a été rouverte au public le mercredi 18 décembre 2019, et sera inaugurée le mercredi 15 janvier 2020.

Objets d'art - Actualité

Publication : Bernard Palissy, nouveaux regards sur la céramique française aux XVIe et XVIIe siècles

18 Décembre 2019

Palissy, Plat ovale à bord ondulé (détail) - 140 * 87 px

La publication de ce numéro thématique de la revue Technè s’explique avant tout par la volonté d’évoquer l’état actuel de la recherche, menée en collaboration étroite par trois principaux acteurs institutionnels – le musée du Louvre, le musée national de la Renaissance à Ecouen et le Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France –, après trente années d’intenses réflexions sur Bernard Palissy et les céramiques produites à sa suite. Si l’intérêt pour l’homme, l’écrivain, le protestant, l’artiste et sa production est naturellement très vif depuis le XIXe siècle, il a été largement relancé à la fin du XXe siècle par les extraordinaires découvertes archéologiques des Tuileries, faites à la veille de la commémoration du quatre-centième anniversaire de sa mort en 1990, suivi de celui célébrant les cinq cents ans de sa naissance en 2010.

Référence : Barbe, Françoise ; Bouquillon, Anne ; Crépin-Leblond, Thierry ; Gerbier, Aurélie (dir.), « Bernard Palissy, nouveaux regards sur la céramique française aux XVIe et XVIIe siècles », Technè. Paris : Centre de recherche et de restauration des musées de France, 2019, n° 47.

Ce numéro peut être commandé en envoyant un message à cid@msh-paris.fr, en attendant d’être disponible sur le site https://c2rmf.fr/diffuser/techne

Objets d'art - Actualité

Nouvelle Acquisition : Statue-cube d’un chef des médecins de Haute et Basse Egypte Pa-ân-meniou

10 Décembre 2019

Statue-cube de Pa-ân-meniou, chef des médecins de Haute et de Basse Egypte - 140 * 87 px

RFML.A..2019.32.1

En 2019, le Louvre a acquis par préemption la statue-cube en granit de Pa-ân-meniou, fils de Nes-Ptah et de Méhyt-en-Ouaoua (H. 41 cm ; l. 18,7 ; pfd. 17,8 cm). L’homme cumulait divers titres de prêtrise et celui, rare, de chef des médecins de Haute et de Basse Égypte. La statue de cet éminent personnage de la cour, proche du roi Osorkon II (865-830  av. J.-C., 22e dynastie), viendra rejoindre la statuaire de la même époque, salle 643, vitrine 9, au premier étage de l’aile Sully, à partir du 14 décembre 2019.

D’abord montrée au public dans son état d’acquisition dans le courant de l’année 2020, la statue sera ensuite étudiée avec les équipes du Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2rmf), en particulier la tête, qui pourrait bien être antique et qui semble être un ajout de collectionneur réadaptée sur le corps.

A l’avant des jambes du personnage, une déesse à tête de lion, peut-être Tefnout, est figurée debout face à une autre déesse et au dieu Horakhty notamment vénéré à Héliopolis, ville au nord-est du Caire et provenance probable de la statue. Sur les côtés et au dos sont gravées les triades divines des plus importants centres religieux de l’Égypte : Thèbes, Abydos et Memphis.

Florence Gombert-Meurice

Repères bibliographiques :
- Helmut Brandl, Untersuchungen zur steinernen Privatplastik der Dritten Zwischenzeit. Typologie. Ikonographie. Stilistik, Berlin, 2008, vol. 1, p. 95-86, vol. 2, pl. 45.
- Helmut Brandl et Karl Jansen-Winkeln, « Fünf Denkmäler des Obersten Arztes Pa-an-meni aus der 22. Dynastie », Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Institutes, Abt. Kairo 64 (2008), p. 29-31, pl. 6. F.

Antiquités égyptiennes - Actualité

/ 21 »

Nb par page :5 -10 -15

Dernières acquisitions

6 Juillet 2017

Portrait de Charles d’Albert d’Ailly, duc de Chaulnes (1625-1698) par Antoine Coysevox (1640-1720)

Portrait de Charles d’Albert d’Ailly, duc de Chaulnes (1625-1698)

  • Antoine Coysevox  (1640-1720)

  • Achat, 2017

  • Sculptures

Toutes les dernières acquisitions


Média en ligne


Informations pratiques

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
Nocturne gratuite le premier samedi du mois
de 18h à 21h45

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre 2019

Information in other languages

Entrez au musée en moins de 30 minutes
en achetant votre billet en ligne :

Achetez votre billet