Karomâmâ sous la plume de Jean-François Champollion au cœur du parcours déchiffrement.

Focus

Posté le 20 mai 2022

Dans le cadre de la célébration du bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes par Jean-François Champollion, le musée présente exceptionnellement la statuette de Karomâmâ dans la salle d'actualité du département des Antiquités égyptiennes, jusqu'en février 2023. Le musée célèbre également cet anniversaire en proposant au public, dès le 28 septembre, deux parcours Regarder et déchiffrer avec Champollion dans les salles du département.

« C’est ainsi que j’apporte au Louvre le plus beau bronze qui ait jamais été découvert en Egypte ». Voilà comment, en 1829, Jean-François Champollion annonce l’arrivée au Louvre de la statuette de Karomâmâ, bronze incrusté d’or, d’argent et d’électrum de près de 60 cm de haut. Il pensait qu’elle représentait une épouse de roi, elle était, en réalité, celle bien terrestre d’un dieu – Amon-  et prêtresse à Thèbes.

Habituellement présentée avec d’autres œuvres du début du premier millénaire avant notre ère, elle est exceptionnellement, du mois de juin à la fin de l’année 2022, dans la salle d’actualité du Département des antiquités égyptiennes pour célébrer le bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes par Jean-François Champollion. Le musée du Louvre célèbre en effet ce bicentenaire à plus d’un titre. La lettre à M. Dacier du 27 septembre 1822 par laquelle il explique le principe du déchiffrement des hiéroglyphes est considérée comme l’acte de naissance de l’égyptologie, mais le linguiste exceptionnel fut aussi le premier conservateur de la section égyptienne du Louvre inaugurée en 1827.

Le Louvre souhaite montrer cette année combien la découverte linguistique du savant éblouissait son regard, au point qu’en plus de décrypter une civilisation en lisant pour la première fois depuis des millénaires les monuments dans leur langue, il en saisit l’art comme personne auparavant. C’est donc sous la plume de ce savant esthète que les visiteurs du Louvre sont invités à retrouver la statuette de Karomâmâ.

Pour poursuivre leur rencontre avec Champollion, les visiteurs sont invités à découvrir une sélection d’œuvres commentées par le célèbre égyptologue, intitulée « Lire et déchiffrer avec Champollion » et signalée dans l’ensemble des salles des antiquités égyptiennes (niveaux 0 et 1) par des supports spécifiques. A travers ces textes, ils perçoivent l’extraordinaire acuité de son regard, instruit mais toujours neuf, et les raisonnements qui le portèrent à déchiffrer les hiéroglyphes. 


Commissaire : Florence Gombert-Meurice, musée du Louvre.

À voir du 22 juin 2022 au 16 février 2023 
Salle 337, Aile Sully, Niveau 0

 Partager cet article

Vous aimerez aussi

J'écris en hiéroglyphes

Pour fêter le bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes, le Louvre édite un livre-jeu pour marcher sur les pas de Champollion et percer les secrets des hiéroglyphes, l'écriture sacrée des Égyptiens !

1822 – 2022 : le Louvre célèbre le déchiffrement des hiéroglyphes par Champollion

Il y a 200 ans, Jean-François Champollion, qui quelques années plus tard serait le premier conservateur du musée égyptien du Louvre, perçait le secret des hiéroglyphes. Ce bicentenaire offre l’opportunité au musée de rendre hommage à l’Égypte antique et l’égyptologie pendant toute l’année 2022.

Regards du Louvre

En ouverture de l’année de son 230ème anniversaire, le musée du Louvre invite 20 figures de la création contemporaine, âgées de moins de 40 ans à proposer leurs « Regards du Louvre », dans un projet plastique associant le Louvre à son partenaire du Louvre-Lens.