Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Expositions>Baccio Bandinelli, 1493-1560

Dessins et sculptures du Louvre

Baccio Bandinelli, fils d’un important orfèvre de Florence, fut l’un des sculpteurs attitrés de la maison des Médicis. Comblé d’honneurs et de commandes, détesté pour sa prétention, son arrogance et ses continuelles intrigues, il est l’une des figures noires de l’histoire de l’art florentin.

On ne cesse pas non plus de critiquer le statisme ou la froideur de ses oeuvres monumentales, au premier rang desquelles l’Hercule et Cacus du Palazzo Vecchio, emblématique de la virtuosité de l’artiste comme de ses limites. Or si l’on s’est toujours moqué des « géants » de Bandinelli, ses reliefs, qui ne se contentent pas d’imiter les modèles antiques, mais sont pour ainsi dire hantés par le souvenir de Donatello, ont toujours été très admirés.
Bandinelli demeure enfin l’un des très grands noms du dessin florentin : Vasari le déclare en ce domaine inégalable. Il recourt fréquemment à la sanguine, mais son médium favori est l’encre brune, traitée à la Michel-Ange, dont les valeurs sont données par des hachures.
Ce style de dessin est chez lui la plupart du temps pensé dans les termes du relief sculptural, à partir du clair-obscur propre à la sculpture. Le dessin est parfois presque vide, à la limite du trait pur ; souvent, il est saturé d’ombres.
Par ce qu’il manifeste de violence de sentiments ou de passions extrêmes, Bandinelli se montre le très exact contemporain de Pontormo et de Rosso, dont il partage à son âpre manière l’inquiétude formelle.
La noirceur de son inspiration confine parfois au fantastique, tandis que certaines feuilles préfigurent, par l’économie de leur moyens, le fait divers à la Géricault.

L’exposition d’une quarantaine de dessins et des trois sculptures de Bandinelli que conserve le Louvre montre l’étonnante variété d’un univers que l’on a trop souvent tendance à limiter à la postérité de Michel-Ange.

Cette exposition bénéficie du soutien de : A.I. CAPITAL, OSAKA UNIVERSITY OF ARTS, KYOTO INTERNATIONAL CULTURE FOUNDATION

Publications :
- Baccio Bandinelli, Carel van Tuyll van Serooskerken avec le concours de Laura Angelucci, Dominique Cordellier et Roberta Serra, coédition musée du Louvre Editions / 5 Continents, collection « Cabinet des dessins », 20 euros. Cet ouvrage bénéficie du soutien d’Arjowiggins.

À l’auditorium du musée du Louvre :
Lundi 11 février 2008 à 20h30, lecture par Richard Bohringer de Vita ou Mémoires de ma vie de Benvenuto Cellini, rival et ennemi de Baccio Bandinelli.

Lundi 3 mars 2008 à 12h30, présentation de l’exposition par Carel van Tuyll, musée du Louvre.

 

Commissaire(s) :

Carel van Tuyll et Dominique Cordellier, département des Arts graphiques, musée du Louvre.

Informations pratiques

Lieu


Aile Denon, 1er étage, salles 9 et 10

Tarifs


Accès avec le billet collections permanentes : 9 euros ; 6 euros après 18 h les mercredi et vendredi.