Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Arts & éducation>Conférences de l'auditorium>L'œuvre en scène>François Boucher "L'Odalisque brune"

François Boucher "L'Odalisque brune"

par Guillaume Faroult, Musée du Louvre, département des Peintures
La conférence est accompagnée d’une lecture réalisée par Nicolas Vial, comédien

MISE EN GARDE : Attention, certaines images peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes ainsi que des personnes non averties

Oeuvre en scène, par Guillaume Faroult, Musée du Louvre, département des Peintures
La conférence est accompagnée d’une lecture réalisée par Nicolas Vial, comédien. (Auditorium du Louvre, 5 juin 2019)

Premier peintre du roi Louis XV et directeur de l’Académie royale de peinture et de sculpture, François Boucher (1703-1770) mène une des plus brillantes carrières artistiques du siècle des Lumières. Sollicité tant par l’administration royale que par les cours étrangères, il fournit modèles et décors qui inspirent l’Europe entière. En 1765, alors qu’il est au sommet de sa renommée, une gravure équivoque divulgue au public la composition d’une de ses œuvres érotiques les plus audacieuses : une belle jeune femme brune, voluptueuse et dénudée, étendue sur un sofa d’inspiration turque. Les draperies abondent, comme pour désigner le processus de « dévoilement » en cours sur la toile. L’œuvre semble évoquer autant un imaginaire du harem que l’univers des romans licencieux.

L’Odalisque brune compte parmi ces peintures secrètes dont le 18e siècle libertin s’est montré friand. Peinte en 1745 pour un amateur discret, elle est le fruit de ce siècle curieux de tout et épris de liberté autant que de licence.

La conférence s’attache à décrypter le contexte de la création ainsi que les significations multiples de cette toile originale, séduisante et ambiguë qui témoigne du goût des masques et des fantasmes orientaux des hommes des Lumières.

Guillaume Faroult est conservateur en chef au département des Peintures du musée du Louvre, en charge des peintures françaises du 18e siècle et des peintures britanniques et américaines. Spécialiste de l’art pictural français et britannique du 18e siècle et du début du 19e siècle, il a écrit de nombreux ouvrages et articles sur l’art de cette période, en se focalisant notamment sur les questions de la réception des œuvres d’art, du collectionnisme, des relations entre peinture et littérature et de l’histoire des institutions artistiques et muséales.
Il a été commissaire d’un grand nombre d’expositions, dont : « 1869 : Watteau et Chardin entrent au Louvre. La collection La Caze » (Paris, musée du Louvre - Londres, Wallace Collection, 2007 - 2008), « Turner et ses peintres » (Londres, Tate Britain - Paris, Grand Palais - Madrid, Prado, 2009 - 2010), « Antiquité rêvée. Innovations et résistances au XVIIIe siècle » (Paris, musée du Louvre – Houston, Museum of Fine Arts, 2010 – 2011), « Fragonard amoureux. Galant et libertin » (Paris, musée du Luxembourg, 2015 - 2016) et « Hubert Robert (1733 - 1808). Un peintre visionnaire » (Paris, musée du Louvre - Washington, National Gallery of Art, 2016).

Parmi ses publications, citons : Jacques-Louis David (éditions Jean-Paul Gisserot, 2004) ;  Le Verrou de J. H. Fragonard (Louvre éditions et RMN, 2007) ; Lady Macbeth marchant dans son sommeil de Johann Heinrich Füssli (Louvre éditions et Somogy, 2011) ; La Croix dans la contrée sauvage de Thomas Cole (Louvre éditions et Somogy, 2012). Il a participé à la publication du Catalogue des peintures britanniques, espagnoles, germaniques, scandinaves et diverses du musée du Louvre (2013). Il a co-dirigé l’ouvrage, Delicious decadence. The Rediscovery of French Eighteenth-Century Painting in the Eighteenth Century, (Ashgate, 2014).
Au printemps 2019, il va publier un ouvrage sur L’Odalisque brune de François Boucher dans la collection Solo (Louvre éditions et El Viso).
Il prépare en outre un livre intitulé L’Amour peintre. L’imagerie érotique en France au XVIIIe siècle dont la parution se fera fin 2019 (éditions Cohen & Cohen).
En 2020, il sera commissaire de deux expositions sur la peinture britannique présentées par le musée des Beaux-Arts de Bordeaux.

Informations pratiques

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
Nocturne gratuite le premier samedi du mois
de 18h à 21h45

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre 2019

Information in other languages

Entrez au musée en moins de 30 minutes
en achetant votre billet en ligne :

Achetez votre billet